Test Blu-ray : La Grande Muraille (16 mai 2017) de Yimou Zhang avec Matt Damon, Jing Tian

Entre le courage et l’effroi, l’humanité et la monstruosité, il existe une frontière qui ne doit en aucun cas céder. William Garin, un mercenaire emprisonné dans les geôles de la Grande Muraille de Chine, découvre la fonction secrète de la plus colossale des merveilles du monde. L’édifice tremble sous les attaques incessantes de créatures monstrueuses, dont l’acharnement n’a d’égal que leur soif d’anéantir l’espèce humaine dans sa totalité. Il rejoint alors ses geôliers, une faction d’élite de l’armée chinoise, dans un ultime affrontement pour la survie de l’humanité. C’est en combattant cette force incommensurable qu’il trouvera sa véritable vocation : l’héroïsme.

Chronique Film : « La Grande Muraille », film de Zhang Yimou est une bonne surprise. En effet retrouver la grande muraille dans ces conditions, c’est à dire au XIIe siècle dans l’effervescence des combats contre ces monstres les « TaoTei », avec autant de soldats et donc autant de figurants, est assez ahurissant à contempler ! Tout réside dans l’organisation et la description de cette armée phénoménale, dans la façon dont sont organisés les combats, ce qui nous amène à découvrir de savants mécanismes tous aussi incroyables et ingénieux dans leur apparence ou leur fonctionnement ! Et ça n’arrête pas une minute, aucun répit ne nous ait accordé dans ce bouillonnement de tactiques, alors que le réalisme des images de synthèse nous donne à voir des monstres plus vrais que nature ! Le scénario est certes bien mince et on aura donc aucune difficulté à comprendre l’enjeu de l’histoire ainsi que les intérêts des personnages principaux, tous avec des buts bien différents !… Et donc au fond, cela nous laisse juste nous focaliser sur le spectacle offert du début à la fin, d’autant plus que cette dernière vaut bien le détour avec un Matt Damon décidément en forme.

Note : 8,5/10

616JzZq+OZL._SL1000_

TEST BLU-RAY :

Image :Le tournage du film a été réalisé à l’aide de caméras Arri Alexa 65 et le master intermédiaire augure obligatoirement d’un excellent résultat en terme d’image pour cette édition blu-ray  Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails cette perfection visuelle est particulièrement saisissante.

Son : Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique avec les dialogues que ce soit en vo et en vf donnent  du volume et  ne se laissent pas déborder par des effets sonores . La musique fait vibrer l’installation et plonge le spectateur dans une certaine violence au sein des combat envers les montres .

Bonus : Côté Bonus, les making of sont intéressants ce qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film, la bonne ambiance du tournage et surtout les impressions des acteurs au fur et à mesure que le tournage progresse. Les scènes coupé sont également très bonnes et donne un petit plus sur quelques histoires. Du très bon travail.

Bonus: Scènes coupées et en versions longues
Matt Damon en Chine
Travailler avec le réalisateur Zhang Yimou
Les effets visuels
Homme contre monstre
Armes de guerre
La conception d’un univers spectaculaire

  • Acteurs : Matt Damon, Jing Tian, Pedro Pascal, Willem Dafoe, Zhang Hanyu
  • Réalisateurs : Zhang Yimou
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1), Allemand, Français, Anglais
  • Sous-titres : Italien, Espagnol, Néerlandais, Portugais, Allemand, Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 16 mai 2017
  • Durée : 103 minutes

71oR3D-nKsL._SL1000_

Test Blu-ray : Nocturnal Animals ( 9 mai 2017) de Tom Ford avec Amy Adams, Jake Gyllenhaal

Susan Morrow, s’ennuie dans l’opulence de son existence. Alors que son mari s’absente, Susan reçoit un colis inattendu : un manuscrit signé de son ex-mari Edward Sheffield dont elle est sans nouvelles depuis des années. Edwards se met en scène en père de famille aux prises avec un gang de voleurs de voiture ultraviolents, mené par l’imprévisible Ray Marcus. Après lui avoir fait quitter la route, le gang l’abandonne impuissant sur le bas-côté, prenant sa famille en otage. Susan, émue par la plume de son ex-mari, ne peut s’empêcher de se remémorer les moments les plus intimes qu’ils ont partagés. Elle trouve une analogie entre le récit de fiction de son ex-mari et ses propres choix cachés derrière le vernis glacé de son existence.

Chronique film : « Nocturnal Animals » nous prouve que Tom Ford compose son cinéma comme il le ferait avec un vêtement ! C’est en effet la haute couture du septième art, tant dans sa construction époustouflante que dans son esthétisme abouti et particulièrement soigné… C’est presque un travail de peintre dont il s’agit ici, par des prises de vue, des photographies d’espaces incroyables, aussi bien d’intérieurs purs et contemporains, presque glacés qui s’opposent à de magnifiques paysages bruts d’un profond Texas. Mais tout cela est sans compter son scénario habile, qui fait se confronter, et même se bousculer une fiction violente et incontrôlée à une réalité ordonnée, rangée et mesurée, dont l’interaction devient troublante et envoûtante ! Passer de l’une à l’autre en devient presque une expérience en soi, tant le retentissement du roman a un impact sur la réalité qui perd pied, qui vacille complètement, ce que traduit parfaitement Amy Adams en femme déstabilisée, plus convaincante cette fois en galeriste désabusée, rattrapée par des valeurs qu’elle refusait et fuyait de toutes part, formatée dans un monde factice… C’est en effet, ce roman écrit par Edward son ex-mari, qui sera avec le recul, un révélateur essentiel à ses yeux… Pour faire le portrait de cet homme qui réapparaît dans sa vie, Tom Ford use de mécanismes terriblement ingénieux. Il le met en scène à travers deux personnages, réel et fictionnel dont ces deux facettes retentiront avec fracas dans la vie de Susan, tel un jeu du chat qui malmène sa souris. Jake Gyllenhaal est tout simplement fabuleux dans une composition qui va de l’abattement total à une folie furieuse et désespérée, sans oublier Michael Shannon qui dans cette quête mutuelle, l’accompagne en lui donnant le change de manière incroyable ! Un très beau film assez magique et aux multiples questions, qui prend des risques audacieux et certains au point de nous perturber, mais ici dans le bon sens du terme !

Note : 9,5/10

61i5ZI6PN7L._SL1000_

Test Blu ray :

Image :Une image au piqué affûte, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes affichant un rendu HD soigné, des contrastes solides et une définition exemplaire. La précision des séquences nocturnes est d’ailleurs remarquable. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support se révèle d’une grande efficacité.

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonore, la VO s’illustre en DTS-HD Master Audio 5.1 et offre au spectateur une immersion parfaite d’un bout à l’autre. La VF DTS 5.1 est elle aussi très efficace coté surround mais le doublage FR de l’actrice Amy Adams est par contre totalement indigeste ce qui est vraiment dommage.

Bonus : Côté Bonus, les making of sont très intéressant ce qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film et des avis des acteurs et le module : Le regard du réalisateur est superbe pour tout les fan du film et Tom Ford y donne une vrai leçon de cinéma.

  • Acteurs : Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Andrea Riseborough, Michael Sheen, Michael Shannon
  • Réalisateurs : Tom Ford
  • Audio : Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS 5.1)
  • Sous-titres : Français, Néerlandais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 9 mai 2017
  • Durée : 116 minutes

81Ir2vZuh6L._SL1500_

 

Test Blu-ray : Monster Cars (2 mai 2017) de Chris Wedge avec Lucas Till, Jane Levy

Monster Cars nous embarque pour vivre l’incroyable aventure d’un garçon ordinaire, Tripp, se liant d’amitié pour un adorable monstre, Critch

Chronique Film: Pas le grand film de l’année mais une comédie bien sympathique et qui ne se prend pas la tête. On découvre dans ce film une toute nouvelle espèce, pleine d’intelligence, extrêmement attachante et surtout irrésistiblement drôle. Cependant, il faut également noter le parallèle qui est fait, avec la réalité que vivent certaines espèces animales en danger de nos jours. Ce film aborde les problèmes que l’industrie peut engendrer sur l’environnement, favorisant consciemment ou non, la disparition entière ou partielle de certains animaux.  Malgré le côté jeunesse de ce film réussi à donner beaucoup de qualités et surtout un véritable cachet avec un scénario classique avec beaucoup de courses-poursuites et qui viendront amener le rythme parfait à cette petite intrigue sans prétention. Il faut souligner que c’est une véritable comédie avec un duo Lucas Till/Jane Levy qui interprètent leurs rôles à la perfection. Un film qui se veut familial, drôle, super mignon, il saura pourtant nous surprendre par ses qualités visuelles et par les émotions qui s’en dégagent.

Note : 8,5/10

61owkPwatbL._SL1000_

 

  • Acteurs : Lucas Till, Jane Levy, Thomas Lennon, Barry Pepper, Rob Lowe
  • Réalisateurs : Chris Wedge
  • Audio : Japonais (Dolby Digital 5.1), Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1), Anglais
  • Audio description : Anglais
  • Sous-titres : Danois, Néerlandais, Norvégien, Allemand, Suédois, Français, Finnois, Italien, Japonais, Espagnol
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.78:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 2 mai 2017
  • Durée : 104 minutes

71TktnGqWCL._SL1000_.jpg

Test DVD : Manchester By the Sea ( 25 avril 2017) de Kenneth Lonergan avec Casey Affleck, Michelle Williams

L’histoire des Chandler, une famille de classe ouvrière, du Massachusetts. Après le décès soudain de son frère Joe, Lee est désigné comme le tuteur de son neveu Patrick. Il se retrouve confronté à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi et de la communauté où il est né et a grandi.

Chronique Film: C’est un superbe drame familial porté par un Casey Affleck bouleversant dans un rôle où sa nonchalance, sa sobriété, sa voix éraillée et son air de chien battu font merveille. A la mort de son frère, il est désigné pour être le tuteur de son neveu. Pour cela, il doit revenir à Manchester (dans le nord-est des E-U, et non pas en Angleterre) et faire face aux fantômes du passé tout en apprenant à vivre le présent en s’occupant de son neveu, un adolescent de 16 ans qui doit assumer la perte de son père et l’absence d’une mère instable, ayant reconstruit sa vie ailleurs. Ce drame familial est une réussite totale en mariant humour, émotion, tendresse et scènes totalement bouleversantes. À coup de flashbacks, toute la complexité et le mystère du personnage principal Lee et de ses relations troubles avec son entourage nous sont révélées par petites touches impressionnistes.
Ça parle de vie et de mort, de la difficulté du quotidien et des nouveaux départs. C’est profondément touchant et plein d’humanité, tout en évitant constamment la facilité et en conservant une distance ironique avec les personnages. Une leçon d’élégance et d’intelligence.

Note : 9,5/10

71Diq3iodvL._SL1000_.jpeg

Test DVD :

Image :Une image au piqué affuté, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes. Belle tenue des couleurs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites surtout  les paysages de la ville de Manchester et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonore et il est parfait. Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique.

Bonus :  Côté Bonus 3 scènes coupées présentes mais qui ne servent pas à grand chose sur l’histoire. Le making-of de 15 minutes nous permet de découvrir de l’intérieur la création de ce film et le commentaire audio de Kenneth Lonergan est de haute qualité.

 

  • Acteurs : Casey Affleck, Michelle Williams, Kyle Chandler, Lucas Hedges, Gretchen Mol
  • Réalisateurs : Kenneth Lonergan
  • Format : Couleur, PAL
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Allemand, Italien, Espagnol, Arabe, Hindi, Néerlandais, Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 25 avril 2017
  • Durée : 131 minutes

713wODvd9CL._SL1000_

 

 

Test DVD : Chicago Med ( 4 avril 2017) avec Nick Gehlfuss, Colin Donnell

Le quotidien mouvementé du personnel d’un des plus importants hôpitaux de Chicago. Leur mission : sauver des vies, en se confrontant aux cas médicaux les plus critiques. Seuls leur courage et leur compassion leur permet au quotidien de faire face aux challenges parfois insurmontables de la médecine, ainsi qu’aux dilemmes éthiques propres à leur noble discipline.

Chronique série : La série démarre avec l’inauguration du Chicago Medical Center, un service d’urgence à la pointe ! Malheureusement, cette inauguration est interrompue par le déraillement d’un train ! Parmi les témoins se trouvent le docteur Connor Rhodes (Colin Donnell), nouveau médecin du Chicago Med.
La suite du premier épisode nous permet surtout d’en apprendre plus sur les différents personnages de la série. Nathalie Manning (Torey DeVitto), pédiatre enceinte qui a perdu son mari au combat, Ethan Choi (Brian Tee), ancien médecin militaire qui a un peu de mal à enlever les vilaines images de sa tête, Will Halstead (Nick Gehlfuss), médecin sanguin et idéaliste qui n’hésite pas à franchir la ligne jaune et frère de Jay (Jesse Soffer) de Chicago PD, Daniel Charles (Olivier Platt), psychiatre de l’hôpital que tout le monde vient consulter, Sarah Reese (Rachel DiPollo), stagiaire aux urgences indécise, Sharon Goodwin (Epatha Merkerson) directrice très protectrice ou encore April Sexton (Yaya DaCosta), la splendide infirmière qui a arrêter ses études de médecine pour que son frère puisse en profiter à sa place.
Chacun dans ce petit monde trouve sa place assez aisément, au milieu de cas cliniques plutôt intéressant sur un rythme assez soutenu et tenant en haleine. On retrouve très souvent des passages des personnages de Chicago PD, et même un crossover entre les séries.
On en apprend petit à petit sur les différents personnages, sur leur vie, leur passé, leur quotidien. La grossesse de Nathalie et le petit Will qui lui tourne autour, les incertitudes de Reese, les difficultés à dormir de Choi, les problèmes entre April et son frère et autre tracas du quotidien. Des amitiés, des tensions et surtout le docteur Rhodes, revenu à Chicago malgré un lourd passif avec son milliardaire de père !
Les personnages évoluent assez vite et chacun à ses moments à lui, les intrigues sont plutôt sympas et se suivent avec plaisir.
On peut regretter, également, que la synergie des personnages ne soit pas flagrante. Les personnages n’agissent pas vraiment ensemble hors du contexte médical.
Si les personnages sont bien écrits et pensés, aucun ne prend la couverture sur lui, au point de se démarquer. D’ailleurs, petit souci, on a un peu de mal à savoir, le poste et le grade de chacun.
Bref, cette première saison de Chicago Med n’est pas extraordinaire mais elle se laisse regarder avec plaisir.

Note : 8,5/10

61AFOIxLrWL._SL1000_

Test DVD :

Image : Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails  et fortes d’une définition précise, de noirs profonds et de contrastes somptueux, les images nous gratifient d’un rendu assez exceptionnel, notamment dans les séquences nocturnes.

Son : Une piste sonore splendide, riches en détail et d’une limpidité et un impact hautement satisfaisants dans les dialogues. La piste VO propose une DTS-HD Master 5.1 est clairement à privilégier, même si la piste VF se défend plutôt bien avec du DTS Digital Surround 5.1.

Bonus : Pas seul bonus pour cette série; ce qui est vraiment dommage au vu de sa qualité.

 

  • Acteurs : Oliver Platt, Epatha Merkerson, Nick Gehlfuss
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais, Français
  • Région : Région 2
  • Studio : Universal
  • Date de sortie du DVD : 4 avril 2017
  • Durée : 756 minutes

71juu+0iCLL._SL1000_

 

Test DVD: Colony ( 4 avril 2017) avec Josh Holloway, Sarah Wayne Callies

Dans un futur proche, les extraterrestres ont colonisé la Terre. Et pourtant, la plupart des humains ne savent pas à quoi ces aliens ressemblent, les personnes chargées de faire régner l’ordre étant des collaborateurs. À Los Angeles, les Bowman vivent comme beaucoup d’autres sous une menace constante. Lorsque le passé de Will, le père de la tribu, remonte à la surface, le gouverneur du secteur offre à cet ancien du FBI de mettre ses compétences à profit pour étouffer la progression de la résistance. Alléchés par la possibilité de retrouver leur fils cadet disparu depuis le jour de l’occupation, Will et son épouse Katie vont devoir prendre la plus difficile décision de leur existence. Choisiront-ils de collaborer… ou de résister ?

Chronique Série : Colony nous expose un monde où des aliens ont envahie la terre pour en exploiter ses ressources et ses habitants en formant des colonies à travers les continents via des murs infranchissables. Ce qui entoure ces RAP reste assez flou, tout ce que l’on sait c’est qu’ils sont technologiquement beaucoup plus évolués que les terriens et règne sur terre avec une main de fer. En effet très peu de personnes les ont rencontrés, seuls les haut responsables et les proxy (gouverneurs de chaque colonie) ont eu un contact avec eux. Ces responsables recrutent des personnes qui s’occupent du maintient de l’ordre dans ces colonies. On suit une famille appartenant à une colonie qui est tiraillée entre la collaboration et la résistance, car bien sûr une résistance s’organise dans l’espoir de recouvré la liberté. Il y a aussi une histoire de religion accompagnant ces aliens, mais là aussi, le sujet reste assez mystérieux. La série est plutôt bien faite, on sens le poids de l’occupation et la menace de mort qui pèse en permanence sur les gens. Quel plaisir de retrouver Josh Holloway (« Lost ») et Sarah Wayne Callies (« Prison break », « The walking dead »). Ils forment un couple très crédible au coeur de la tourmente. Le mystère qui plane sur l’existence et les intentions des aliens est un des éléments forts de cette formidable série.

Note : 9/10

51XL8YacvPL._SL1000_

Test Dvd :

Image :Une HD au piqué affuté, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes. Belle tenue des noirs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité, le 5.1 est parfait que les épisodes soient en français ou en anglais.  Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique.

Bonus :  Côté Bonus, le making of est intéressant ce qui qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création de la série et les scènes coupé et additionnel sont un petit plus.

Scènes coupées
Colony : derrière le mur

 

  • Acteurs : Josh Holloway, Sarah Wayne Callies, Peter Jacobson, Amanda Righetti, Tory Kittles
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Néerlandais, Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 3
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 4 avril 2017
  • Durée : 420 minutes

818g4xHbJhL._SL1500_.jpeg

 

Test Blu-ray : Alliés (Allied) (4 Avril 2017) de Robert Zemeckis avec Brad Pitt, Marion Cotillard

Casablanca 1942.  Au service du contre-espionnage allié, l’agent Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beauséjour lors d’une mission à haut risque. C’est le début d’une relation passionnée. Ils se marient et entament une nouvelle vie à Londres. Quelques mois plus tard, Max est informé par les services secrets britanniques que Marianne pourrait être une espionne allemande. Il a 72 heures pour découvrir la vérité sur celle qu’il aime.

Chronique Film : R. Zemeckis se frotte à nouveau au film de guerre par un angle d’approche détourné après « Forrest Gump ». Sauf que là, la guerre fait plus office de réel contexte que d’étape sur un parcours biographique. Ce contexte donne tout le sel à l’intrigue de ce film au scénario original qui nous entraîne dans le sillage de ce couple campé par une M. Cotillard fabuleuse qui fait face à un B. Pitt un peu moins fabuleux, au visage figé et qui ne déploie que mollement ses talents d’acteur. Il y avait pourtant la place pour que l’acteur se distingue mais il n’arrive pas à transcender son rôle. La dramaturgie est assez poignante et on nage nous aussi en pleine paranoïa tandis que le héros fait tout pour découvrir la vérité. Cette histoire d’amour est parfois sublimée par le talent immense de Zemeckis qui signe une nouvelle fois la preuve éclatante de son immense talent visuel, troussant quelques séquences d’action au découpage virtuose. Un film dur, poignant, intense auquel il manque juste un acteur principal plus convaincant mais le souffle de l’épopée romantique est là en termes de narration.

Note : 8,5/10

61n3Q-KRgoL._SL1000_

Test Blu ray :

Image : Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails . Malgré les nombreux décors cette perfection visuelle est particulièrement saisissante.

Son : Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique avec les dialogues que ce soit en vo et en vf donnent  du volume et  ne se laissent pas déborder par des effets sonores . La musique fait vibrer l’installation et plonge le spectateur dans une certaine mélancolie .

Bonus : Côté Bonus, les making of sont intéressants ce qui qui nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film, la bonne ambiance du tournage et surtout les impressions des acteurs au fur et à mesure que le tournage progresse. Du très bon travail

Bonus : L’histoire d’Alliés
Des plateaux au Sahara : les décors d’Alliés
À travers l’objectif : la réalisation avec Robert Zemeckis
Coudre le passé : les costumes d’Alliés
Jusqu’à ce que la mort nous sépare : Max et Marianne
Garçons et filles : la distribution
Lumière, pixels, ACTION ! Les effets visuels d’Alliés
Au volant : les véhicules d’Alliés
Feu à volonté : les armes d’Alliés
Ça swingue : la musique d’Alliés

 

  • Acteurs : Brad Pitt, Marion Cotillard, Jared Harris, Lizzy Caplan, Daniel Betts
  • Réalisateurs : Robert Zemeckis
  • Format : Couleur
  • Audio : Japonais (Dolby Digital 5.1), Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (DTS-HD 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Anglais
  • Sous-titres : Allemand, Suédois, Finnois, Japonais, Norvégien, Anglais, Néerlandais, Français, Espagnol, Danois, Italien
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 4 avril 2017
  • Durée : 125 minutes

91u7jDI32LL._SL1500_.jpeg

 

Test Dvd : Iris (21 mars 2017) de Jalil Lespert avec Romain Duris, Charlotte Le Bon

Iris, la femme d’Antoine Doriot, un riche banquier, disparaît en plein Paris. Max, un jeune mécanicien endetté, pourrait bien être lié à son enlèvement. Mais les enquêteurs sont encore loin d’imaginer la vérité sur l’affaire qui se déroule sous leurs yeux.

Chronique Film: « Iris »est un polar machiavélique avec un scénario efficace, le tout baigné dans un univers sombre. Jalil Lespert privilégie son travail sur l’intrigue en se focalisant sur des rebondissements assez efficaces, tout en distillant des indices et les explications sous forme de flash-backs utiles. Cette histoire à tiroirs imbriqués fonctionne pour le spectateur à le tenir en haleine, d’autant plus que les fantasmes des personnages ajoutent un plus à cette ambiance particulière. Les acteurs sont épatants. Romain Duris en garagiste est juste parfait. Charlotte Lebon est délicieuse à souhait. Jalil Lespert joue un banquier tout en nuance. Camille Cottin est magistrale. Adel Bencherif joue un flic juste comme il faut. On se laisse donc emporter par ce trio infernal sans savoir qui aura le dernier mot ou presque ! Ce film nous montre à quel points l argent peux amener à des situations extrêmes et être destructeur. Un bon thriller haletant, efficace, avec une belle esthétique et une finesse psychologique

Note : 8,5/10

61VN1Q-Z15L._SL1000_.jpg

Test DVD :

Image :Une image au piqué affuté, extrêmement détaillée et aux couleurs profondes. Belle tenue des noirs.  Les ambiances sont parfaitement retranscrites surtout lors des scéne sombres et le support se révèle d’une grande efficacité. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble

Son : Le son bénéficie d’une grande qualité sonore et il est parfait. Les effets sonores du film envahissent les différents canaux, avec beaucoup de précision et de dynamique.

Bonus :  Côté Bonus, le petit making of est intéressant  et un bel entretien de Jalil Lespert nous permet de découvrir de l’intérieur la création de ce film.

  • Acteurs : Romain Duris, Charlotte Le Bon, Jalil Lespert, Camille Cottin, Adel Bencherif
  • Réalisateurs : Jalil Lespert
  • Audio : Français (DTS-HD 2.0), Français (DTS-HD 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 21 mars 2017
  • Durée : 98 minutes

51WLNTCzyqL

Test Blu- Ray – Ouija : les origines (14 mars 2017) de Mike Flanagan avec Annalise Basso, Elizabeth Reaser

À Los Angeles en 1965, une veuve et ses deux filles montent une nouvelle arnaque pour pimenter leur commerce de séances de spiritisme bidon. Chemin faisant, elles font involontairement entrer chez elles un esprit maléfique bien réel. Lorsque la fille cadette est possédée par la créature impitoyable, la petite famille doit surmonter une terreur dévastatrice pour la sauver et renvoyer l’esprit de l’autre côté..

Critique Film :  Très bonne surprise que cette suite  qui nous envoie dans un film »old school » qui à travers l’époque choisie (années 60) et la photographie rappellent clairement cette époque. L’introduction du film avec sa séance de spiritisme fait penser à « complot de famille ». Par la suite l’action s’installe tranquillement pour monter en puissance dans les 40 dernières minutes. A part la table de Ouija, le film ne présente aucun point commun avec le premier film « Ouija » réalisé en 2015. Ce n’est pas réellement une préquelle. Le film est plutôt bien réalisé, même si sa première partie est un peu lente. Le suspense et la terreur s’installent vers la fin du métrage avec de bonnes séquences horrifiques. Le film vaut aussi par l’interprétation de ses actrices principales. On retrouve Henri Thomas dans le rôle du père Tom. « Ouija, les origines » est un film horrifique plutôt sobre à l’ancienne.

Note : 8,5/10

71xj70uea5l-_sl1000_

Test Blu-ray :

Image :  L’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La saturation dans certaines scènes lumineuses ou d’autres plus sombres est parfaitement bien évitée

Son : La répartition du son lors du film est minutieuse, et les effets sonores sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes amenant le spectateur dans une certaine ambiance pour le faire sursauter.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déborder par les musiques ou les effets sonores.

Bonus : Des bonus du film qui tournent principalement autour du « Ouija »et un making of traditionnel mais très bien fait et le commentaire audio du réalisateur Mike Flanagan nous en apprend plus sur la conception du film.

  • Acteurs : Annalise Basso, Elizabeth Reaser, Lulu Wilson, Henry Thomas, Parker Mack
  • Réalisateurs : Mike Flanagan
  • Audio : Italien (DTS 5.1), Allemand (DTS 5.1), Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS 5.1), Espagnol (DTS 5.1)
  • Sous-titres : Allemand, Arabe, Italien, Turc, Français, Suédois, Finnois, Danois, Portugais, Hindi, Norvégien, Néerlandais, Espagnol, Islandais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 14 mars 2017
  • Durée : 98 minutes

71grgrgdl8l-_sl1000_

Test Blu-ray- The Heroic Legend of Arslân – Saison 1 – Partie 2 (31 Janvier 2017)

À la frontière de l’Orient et de l’Occident se trouve le prospère royaume de Parse, tenu d’une main de fer par le redoutable roi Andragoras. Avec sa frêle carrure et son maniement approximatif des armes, difficile pour le jeune prince Arslân de revendiquer son statut d’héritier au trône. Alors âgé de 14 ans, il va prendre part à sa première bataille afin de repousser l’envahisseur lusitanien dans la plaine d’Atropathènes. Un jour marqué du sceau de l’infamie qui fera basculer à jamais son destin et celui du royaume de Parse.

Critique série :  Universal et @anime nous proposent là un  deuxième coffret dont le contenu vaut son prix : 13 premiers épisodes en VOSTF et VF. Cette partie deux pose parfaitement les bases de la série, en offrant au spectacteur une suite de l’histoire avec plusieurs scènes d’action pêchues et en nous présentant des personnages qu’on a envie de suivre plus longtemps. Le style d’Hiromu Arakwa y est trés bien reproduit.  La gravité du conflit amorcé e s’accentue, les morts jonchent. La cruauté est de mise et tout porte à croire que ça n’est pas près de s’arrêter. Deux nouveaux personnages entrent en scène, deux personnages doués dans deux domaines différents et avec un côté comique allégeant l’atmosphère oppressante de l’histoire. Le récit se suit en deux temps, l’un avec Arslan qui se retrouve loin de chez lui et un autre a lieu au palais d’Ecbatana , lieu de toutes les horreurs. Deux temps, deux perspectives intéressantes pour une histoire qui prend de l’ampleur et qui nous plonge toujours plus dans une guerre qui n’a pas finis de nous en faire voir.

Test Blu-ray :

Image : La colorimétrie du manga est parfaitement étalonnée et nous permet de profiter d’un très belle animé. Le piqué n’en fait pas trop mais nous fait don de certains détails indiscernables en basse résolution.

Son : La répartition du son lors de la série est minutieuse, et les effets sonores sont magnifiquement mises en valeur. L’intelligibilité des voix est exemplaire et il le fallait pour une telle série. La piste VO donne d’ailleurs plus de consistance aux voix que la VF.

Note : 9/10

Coffret édition limitée
Contient :
– les 2 Blu-ray de la saison 1, partie 2
– 12 cartes dessinées
– 4 cartes collector de personnages
– 1 poster réversible
– 1 livret avec présentation des personnages, origines de l’histoire et illustrations (100 pages)

2nde partie de la saison 1 :
1.14 – The Foreign Prince
1.15 – The Black Leopard of Sindhura
1.16 – Elegy for the Setting Sun
1.17 – The Duel Before the Gods
1.18 – Cross the River Again
1.19 – The End of Winter
1.20 – The True Face of a Knight
1.21 – A Song of Farewell
1.22 – The Night Before the Attack
1.23 – The Battle for the Keep of St Emmanuel
1.24 – The Decisive Battle
1.25 – The Highway of Blood and Sweat

  • Réalisateurs : Noriyuki Abe
  • Audio : Japonais (DTS-HD 2.0), Allemand (DTS-HD 2.0), Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS-HD 2.0)
  • Sous-titres : Allemand, Français, Néerlandais
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 1.78:1
  • Nombre de disques : 2
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 31 janvier 2017
  • Durée : 300 minutes

71pLtAYychL._SL1000_.jpg