Golem (8 juin 2017) de Pierre Assouline

Gustave Meyer, grand maître international d’échecs, voit sa vie basculer à la veille d’un tournoi quand il est soupçonné du meurtre de son ex-femme. Profondément troublé, le fugitif décide de mener une enquête sur lui-même pour prouver son innocence et résister à la pression qui l’envahit. De recherches en bibliothèque sur la Kabbale en rencontres avec des spécialistes des neurosciences, les théories les plus anciennes et les plus futuristes l’amènent à une terrible découverte. Sera-t-il assez solide pour faire face à la vérité ?

Chronique:  Le pitch est simple : un maître d’échecs d’origine juive est opéré par un neurochirurgien, ami d’enfance, afin de pallier ses crises d’épilepsie et il s’aperçoit que le médecin a implanté dans son cerveau, à son insu et à des fins suspectes, un dispositif destiné à augmenter ses capacités mémorielles. de surcroît, le joueur d’échecs est accusé d’avoir fomenté l’accident mortel de son épouse, ce qui le contraint à se cacher et à fuir.Le roman d’Assouline offre quelques pistes, il conduit le personnage sur les traces de ses ancêtres, parmi les communautés religieuses juives de l’Europe centrale. « Toute l’oeuvre de Pierre Assouline est hantée par ce que Bernard-Henri Levy, s’inspirant De Chateaubriand, appelle dans son futur – et très attendu – essai : « le génie du Judaïsme » », écrit Annick Geille dans le salon littéraire de Linternaute.
Le livre comprend deux grandes parties ; la première , dans laquelle on entre rapidement, sur fond d’enquête policière ; la seconde, plus abrupte, débouche sur une quête d’identité, sur fond de transhumanisme, qui incite davantage à la réflexion.

Note : 8,5/10

 

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Folio (8 juin 2017)
  • Collection : Folio

41WVBie1QrL._SX301_BO1,204,203,200_

 

Nous autres simples mortels (21 novembre 2016) de Ness,Patric

Et si vous n’étiez pas l’Élu ? Si vous n’étiez pas destiné à être un héros ? Celui qui est censé combattre les zombies, ou ce nouveau truc, là, complètement dingue, avec les lumières bleues. Il y a des choses tellement plus importantes que la énième fin du monde ! Si vous étiez comme Mikey ? Qui veut simplement avoir son bac, passer ce dernier été avec ses amis et, enfin, embrasser Henna (ou plus). Juste se sentir capable de découvrir l’extraordinaire dans sa vie si ordinaire…

Critique : Après son roman : » Quelques Minutes après minuit » Patrick Ness reviens avec un roman où l’on suite un groupe d’amis pendant la période qui précède juste le bac…nous sommes face à une histoire écrite avec une double narration qui met beaucoup l’accent sur les problèmes des adolescents teinté d’humour dans une histoire somme toute classique.Le récit met du temps à s’installer avant de démarrer mais cela nous permet à nous attacher aux personnages du livre.  Le livre nous plonge dans un univers dans lequel tous les repères sont bouleversés.
Ce qui étonne également, c’est la violence de l’histoire, alors qu’elle est destinée à des adolescents. Les protagonistes ont beaux être des ados rien ne leur est épargné de la cruauté et de la barbarie . L’intrigue ne cesse de monter en puissance, enchaînant les révélations et les rebondissements à un rythme effréné. Impossible pour le lecteur de rester de marbre, tant les personnages sont crédibles et attachants tel que Mikey, Mel, Jared, Henna. Ce sont des héros très attachants et humains. L’écriture est simple, épurée et les pages se tournent sans difficulté. Ces glissements furtifs dans l’étrange n’enlèvent rien à une réflexion juste sur le difficile passage à l’âge adulte.

Note : 9,5/10

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (21 novembre 2016)
  • Collection : ROMANS ADO

41pFZJOVfWL._SX342_BO1,204,203,200_.jpg

Panique dans la mythologie : l’odyssée d’Hugo (7 septembre 2016) de Fabien Clavel

Hugo, féru de mythologie, anti-héros par excellence au sein de sa classe de 5e, devient en revanche un précieux allié des Dieux lorsqu’il bascule dans le passé.
Lors d’une visite au Louvre, Hugo est projeté dans l’Antiquité. Il découvre qu’Ulysse a disparu et Hadès lui confie la mission de le retrouver.

Critique : Ce premier tome de Panique dans la mythologie inaugure une série de courts romans pour les jeunes lecteurs passionnés de mythologie. On redécouvre de façon ludique et originale les plus célèbres mythes de la mythologie grecque. Pour ce premier épisode, direction Troie pour revivre l’Odyssée d’Ulysse car ce dernier a disparu !
Le format court de chaque tome rend l’histoire très dynamique et le duo Blanche/Hugo fonctionne à merveille.

Note : 8,5/10

 

  • Poche: 160 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Rageot Editeur (7 septembre 2016)
  • Collection : Rageot Romans

51l-3ItVxOL._SY346_.jpg

 

Un cadeau du ciel…(3 novembre 2016) de Francoise Hardy

C’est un voyage au bout de la nuit et au bout de la vie. Une odyssée intime dans le dédale de la souffrance, de la maladie. Un purgatoire contemporain, quotidien, qui est le propre de la condition humaine.
En mars 2015, Françoise Hardy Hardy a été hospitalisée à la suite de la dégradation de son état de santé dû à un lymphome de Malt. Dans la spirale infernale, elle se fracture la hanche et le coude pendant son hospitalisation. Plongée dans un coma artificiel, elle sera donnée pour condamnée par les médecins. Presque morte. Se produit un miracle grâce à une thérapie de la dernière chance. Dans un combat contre l’ange, la vie reprend le dessus. Une renaissance.
François Hardy a choisi d’écrire sur cette hospitalisation, ce coma artificiel. Elle essaie de revivre consciemment ce qu’elle a vécu inconsciemment. Son récit n’est ni une vallée de larmes ni un chemin de croix. Avec subtilité, humour, elle retrace ce voyage entre vie et mort, rêves, cauchemars et réalité. L’écriture est déliée et élégante.

Critique : Avec beaucoup d’humour, de distance et de dérision François Hardy signe avec ce roman une épreuve au cœur de l’humanité, qui nous concerne tous où elle nous entraine dans un voyage au bout de la nuit et au bout de la vie. Une odyssée intime dans le dédale de la souffrance, de la maladie. Un purgatoire contemporain, quotidien, qui est le propre de la condition humaine. Le lecteur va étre très impressionnée par le niveau de réflexion que cela soit sur la politique, l’écologie, la littérature ou la théologie de Françoise Hardy.
L’intelligence de son discernement, son honnêteté intellectuelle, le courage avec lequel elle affirme son point de vue qui va souvent à l’encontre du « politiquement correct » rendent son écrit très instructifs et hors des lieux communs si souvent entendus !
On y découvre une personne profonde, cultivée et aussi exigeante envers les autres qu’avec elle même ! Une très belle découverte

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 186 pages
  • Editeur : Des Equateurs (3 novembre 2016)
  • Langue : Français

515wYcMyFzL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le Royaume (25 août 2016) de Emmanuel Carrère

« A un moment de ma vie, j’ai été chrétien. Cela a duré trois ans. C’est passé. Affaire classée, alors ? Il faut qu’elle ne le soit pas tout à fait pour que, vingt ans plus tard, j’aie éprouvé le besoin d’y revenir. Ces chemins du Nouveau Testament que j’ai autrefois parcourus en croyant, je les parcours aujourd’hui – en romancier ? en historien ? Disons en enquêteur ».

Critique : Le nombre de pages à la lecture n’est pas un obstacle. Cet ouvrage se lit très vite et est souvent captivant: suivre Paul et Luc dans leurs voyages dans le pourtour méditerranéen est fort intéressant. Le monde Greco judéo romain est rendu vivant avec des détails pittoresques. Emmanuel Carrère a fait un gros travail de recherche et nous fait bénéficier de ses recherches en étant accessible sur Saint Luc, roman sur l’aventure du premier siècle du christianisme et sur sa postérité contemporaine, et plus encore roman sur la porte si étroite par laquelle les hommes peuvent envisager d’accéder au Royaume .
L’auteur illustre son propos par de nombreuses comparaisons savoureuses et drôles, bien que peut être un peu trop souvent inspirée par l’histoire du communisme, qui rend son texte percutant et imagé. Il apparaît aussi que Carrère admire d’autant plus Saint Luc qu’il semble le comprendre au point de pouvoir, en toute liberté et humilité, imaginer ce qu’il ne sait pas de lui, puis s’identifier à lui. La question n’est pourtant pas de savoir si Carrère à raison ou par lorsqu l attribue la lettre de Jacques à Saint Luc ou lorsque sa recherche le conduit, après bien d’autres, jusqu’à la fameuse source Q, les 250 versets qui, lorsqu’on les lit, résonne littéralement du son de la voix de Jésus, de son phrasé si particulier et de ses enseignements sans équivalent. Ce qui compte ce sont les raisons pour lesquelles il emprunte ce chemin et dans quel but.
En restituant parfaitement ce que l’on peut savoir du 1er siècle par. J-C., au travers de ses héros, mais aussi par l’intermédiaire d’auteurs latins comme Martial, juifs comme Flavius Josèphe et Grecs, l’auteur donne une dimension particulièrement vivante à son texte. On s’y croirait et c’est là l’effet d’une écriture savamment élaborée. L’ordonnancement du livre et de son « scénario » impressionne par sa maturité, pour aboutir dans l’épilogue à une remarquable simplicité. « Le Royaume » parvient à rester de ce point de vue la vision d’un homme, l’émanation de sa perception des choses, puisée dans l’observation d’un simple sourire comme dans la consultation des livres d’une bibliothèque trop pleine de textes érudits. Entre ces deux sources, l’auteur semble finalement avoir fait son choix, paradoxal mais logique. Toute enquête sur un autre est avant tout une quête de soi-même.

Note : 8,5/10

  • Poche: 608 pages
  • Editeur : Folio (25 août 2016)
  • Collection : Folio

41QdpCFGQqL._SX303_BO1,204,203,200_.jpg

 

Où est Charlie ? (21 mai 2015) de Martin HANDFORD

Voici regroupées intégralement dans une édition collector les 7 aventures de Charlie, le célèbre globe-trotter qui se cache aux quatre coins de la planète : Où est Charlie ?, Charlie remonte le temps, Où est Charlie ? Le Voyage fantastique, Où est Charlie ? À Hollywood, Où est Charlie ? Le Livre magique, Où est Charlie ? La Grande Expo, Où est Charlie ? Le Carnet secret, dans un format poche, idéal pour l’emmener partout !

Critique : Un livre parfait pour tous les fans de Charlie. Il regroupe tous les livres et donc toutes les planches. Chaque volume possédant ses spécificités; au travers des double-pages pleines de détails et bourrées d’humour, certaines noires de monde, trouver Charlie et ses amis humains Pouah, Blanchebarbe et Félicie ne semble de prime abord pas très évident. Avec un peu d’habitude, d’observation, la tâche ne semble plus si ardue que cela, et avec des yeux entraînés on peut se concentrer sur les objets à trouver : clefs de Charlie, les jumelles de le Pouah, le parchemin de Blanchebarbe, l’appareil photo de Félicie, et l’os de Ouaf.
Mais les choses ne s’arrêtent pas là, car Charlie perd un objet à chaque page, et ses 25 fans sont disséminés dans les 12 tableaux de manière irrégulière, dont l’un a même égaré un ponpon. De nouvelles investigations qui forcent à revenir sur chacun des tableaux, avec l’aide éventuelle d’un bloc-note pour être sûr de recenser tous les fans.
Mais les choses ne s’arrêtent toujours pas là, puisqu’un personnage mystère dont nous n’avons ni description ni même indice se cache encore dans chaque page.

Au final, les heures passées à chercher ne sont aucunement des heures perdues, même pour un adulte, puisqu’elles laissent place à la satisfaction de trouver par soi-même. Par ailleurs, il n’y a pas de possibilité de tricher, puisqu’aucun indice ni aucune solution ne sont proposés, ce qui est assurément une grande marque de respect envers le lecteur. L’auteur s’est amusé à élaborer tous ces tableaux, et cela s’en ressent à la qualité du défi. Un plaisir partagé.

Note : 10/10

 

  • Poche: 172 pages
  • Editeur : Grund; Édition : édition 2015 (21 mai 2015)
  • Collection : Charlie
  • Prix : 12,95 euros

61nO3SWo9jL._SX395_BO1,204,203,200_.jpg

 

Haut les nains ! (1 novembre 2013) de Laurent Dufreney

La fabuleuse et célèbre histoire du nain de jardin qui voulait aller au château de Miolans.

Critique: Voici un joli conte pour enfants qui est d’une grande qualité pour une si belle histoire et auquel on plonge avec délice dans cette histoire de nain qui est bien écrite. Facile à lire sans difficulté pour les plus petits avec des dessins magnifique, colorés, clair, et servent l’histoire avec une réflexion sur les possibilités de réaliser ses rêves avec de l’humour et de la poésie qui montre la région du massif des Bauges. Un vrai bijou à obtenir et à avoir dans sa bibliothèque.

  Note : 10/10

 

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Editions Boule de neige (1 novembre 2013)
  • Collection : Première étoile

51BKTeGepcL._SX339_BO1,204,203,200_

 

Nom d’un chien de André Alexis

Tout commence par un pari alcoolisé entre Hermès et Apollon : si les animaux avaient l’intelligence humaine, seraient-ils aussi malheureux que les hommes ? Les deux dieux décident alors d’accorder conscience et langage à un groupe de chiens passant la nuit dans une clinique vétérinaire de Toronto. Tout à coup capable d’élaborer des raisonnements plus complexes, la meute se divise : d’un côté les chiens qui refusent de se soumettre à ce nouveau mode de pensée, de l’autre les canidés progressistes qui y adhèrent sans condition. Depuis l’Olympe, les dieux les observent, témoins de leurs tâtonnements dans ce nouveau monde qui s’offre à eux. Car, si Hermès veut l’emporter, au moins un des chiens doit être heureux à la fin de sa vie.

Critique : Sur une toile de fond fantastique sur le  pari entre les dieux d’Olympe, une quinzaine de chiens accèdent subitement à l’intelligence humaine et on suit au long de ce roman leur évolution. Ceci permet une réflexion autant sur la nature humaine qu’animale. Car, outre diverses péripéties, cette meute est aussi confrontée à une crise identitaire majeure. Les destins individuels présentés étonnent et enchantent parfois: un poète, un dictateur, un égocentrique, un philosophe, etc. La relation chienne humaine dans cette nouvelle donne change aussi radicalement. Ce livre met en lumière les côtés sombres de l’humanité, mais aussi ses qualités trop peu exploitées, et présente aussi assez bien une perspective canine quoique certains traits, de dominance notamment, soient très exagérés. Il n’en demeure pas moins que c’est une lecture très agréable qui porte son lot de questionnements.

Note 8,5/10

 

  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Denoël (18 février 2016)
  • Collection : Y

61RdfHEN1+L._AA324_PIkin4,BottomRight,-51,22_AA346_SH20_OU08_