Le jour du chien (29 mars 2017) de Patrick Bauwen

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu’elle me menace… Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l’apogée du mal. Sur les traces d’un tueur psychopathe, dans un Paris souterrain plus hallucinant que l’Enfer, le nouveau thriller de Patrick Bauwen, un des maîtres du genre depuis L’Œil de Caine.

Chronique : Ce livre ce lit comme une mini série à suspens, Patrick Bauwen arrive à nous offrir un thriller fascinant. L’auteur permet à la tension de construire à travers les nombreuses torsions et tours que l’histoire prend tel que par le dernier tiers du livre, vous êtes collé à elle. La meilleure partie était que la fin qui est complètement imprévisible et surprenante. Cette histoire a de quoi vous faire dresser les cheveux sur la tête ! L’auteur a mis en scène une machination implacable où l’écriture y est habile tant dans sa rédaction que dans sa présentation : l’auteur choisit, bien volontairement, de terminer systématiquement chacun de ses chapitres par quelques mots ou une idée qu’il reprend aussitôt au chapitre suivant. Et effectivement, le lecteur n’a pas d’autre alternative que de tourner avec « frénésie » les pages de ce thriller prenant.
Avec cela, un suspense maintenu jusque à la fin et un dénouement à la hauteurDe bout en bout haletant. Une écriture limpide sans fioritures.

Note : 8,5/10

  • Editeur : Albin Michel (29 mars 2017)
  • Collection : LITT.GENERALE
  • Langue : Français

51SWCy039-L._SX341_BO1,204,203,200_.jpg

Test DVD : Mr Wolff (The Accountant) (8 mars 2017) de Gavin O’Connor avec Ben Affleck, Anna Kendrick

Petit génie des mathématiques, Christian Wolff est plus à l’aise avec les chiffres qu’avec les gens. Expert-comptable dans le civil, il travaille en réalité pour plusieurs organisations mafieuses parmi les plus dangereuses au monde.

Chronique Film: « Mr Wolff » de Gavin O’Connor renouvelle en profondeur le genre des films de super héros par le choix de la personnalité même de celui qui en endossera le costume ! Ici c’est le costard cravate de l’expert-comptable doublé d’un génie des mathématiques et surtout atteint d’un autisme sévère ! Portrait pas évident avec des scènes fort réalistes et prenantes lors de l’enfance. L’arrivée à l’âge adulte semble donc continuer sur le même registre avec un Ben Affleck maîtrisé, impassible et presque impressionnant dans son mal être à communiquer avec autrui et pour cause. Puis le scénario bien travailler avec ce qu’il faut d’action, de règlements de compte  en font un film passionnant ! Avec une esthétique sobre, un jeu d’acteurs qui l’est tout autant mais avec un léger doute quand même quant à la possibilité de devenir un tel mafieux quand on est aussi profondément atteint par cette maladie ! Original et Haletant.

Note : 9/10

61lI69RYByL._SL1000_

Test DVD:

Image :Copie HD très détaillée (filmé en 35 mm), contraste excellent et lumière modelée, colorimétrie naturaliste sans excès, teintes nuancées et tons saturés. Les ambiances sont parfaitement retranscrite s’affichant une définition splendide.

Son : La VO s’illustre en DTS-HD Master Audio 5.1, proposant un paysage sonore sobre mais assurément pertinent, sachant occuper parfaitement l’espace lors des séquences orientées action. La VF Dolby Digital 5.1, plus sage, affiche quant à elle des surrounds dynamiques et un doublage FR soignée.

Bonus :  Côté Bonus, trois courts modules revenant sur les coulisses du tournage nous permet de découvrir de l’intérieur la création de ce film.

  • Acteurs : Alex Collins, Alison Wright, Andy Umberger, Anna Kendrick, Ben Affleck
  • Réalisateurs : Gavin O’Connor
  • Audio : Anglais
  • Sous-titres : Français
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.35:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 8 mars 2017
  • Durée : 123 minutes

713754869pL._SL1000_.jpg

Je te vois (22 mars 2017) de Clare Mackintosh

Le jour où Zoe Walker découvre son portrait dans les petites annonces d’un journal londonien, elle décide de mener sa propre enquête. L’image floue n’est accompagnée d’aucune explication, juste d’une adresse Internet et d’un numéro de téléphone. Pour les proches de Zoe, c’est la photo d’une femme qui lui ressemble vaguement, rien de plus. Mais le lendemain et le surlendemain, d’autres visages féminins figurent dans l’encart publicitaire.
S’agit-il d’une erreur ? D’une coïncidence ? Ou quelqu’un surveille-t-il leurs moindres faits et gestes ?

Chronique  : Un nouveau thriller de l’auteur du best-seller de « Te laisser partir ». Que feriez-vous si vous découvriez une photo de vous-même utilisé pour faire de la publicité pour une entreprise dont vous n’aviez jamais entendu parler?
L’histoire alterne entre la vie personnelle de Zoe Walker (première personne) et l’enquête de Kelly Swift. Zoe est une mère célibataire qui vit avec son petit ami dévoué et ses deux enfants. Bien que l’absence d’action au cours de la première moitié nous permet de se demander si la paranoïa de Zoe est justifiée, le fait de se concentrer sur les banalités de sa vie domestique rend l’histoire très intrigante. L’autre personnage qu’est : Kelly qui s’intéresse aux annonces classées après que Zoe l’ait alertée sur un lien possible avec l’affaire sur laquelle elle a travaillé où elle doit trouver une connexion entre les annonces classées et d’autres crimes pourrait l’aider à se racheter. Il y’a quatre ans, elle a été rétrogradée de l’équipe des infractions sexuelles à l’équipe de police de quartier.
Les parties les plus effrayantes ont lieu dans le souterrain de Londres ce qui rend claustrophobe. On ne sait jamais qui pourrait se cacher au coin de la rue, surveiller nos mouvements et attendre le bon moment pour frapper. Les foules et les caméras dans les tunnels. Il y’a un faux sentiment de sécurité parce qu’il y’a tant de témoins potentiels, mais tout le monde est pris dans leur propre vie et ses gadgets, inconscients du monde autour d’eux. La popularité des médias sociaux ajoute des préoccupations supplémentaires. Quelle part de l’information que nous publions volontairement peut être utilisée contre nous? Du côté de l’enquête, Kelly doit remettre en question son approche à l’égard des victimes. La victime est-elle tenue d’assister l’enquête? Doit-on faire pression sur une victime pour qu’elle témoigne contre sa volonté?  Le livre utilise une situation exagérée pour nous rappeler les risques que nous pourrions rencontrer dans notre vie quotidienne. La paranoïa et l’anxiété augmentent au fur et à mesure que Zoe passe pour un être incertain si elle a quelque chose à craindre de se sentir suivit. C’est un rappel troublant de rester vigilant, de faire confiance à votre intuition et d’être conscient de votre environnement. L’écriture est  soignée et les dialogues apportent du rythme. Ce livre est un thriller psychologique palpitant où le lecteur se fait délicieusement mener en bateau. Il présente en outre d’autres qualités comme les connaissances de l’auteur en matière d’enquêtes. Un vrai bonheur de lecture où les pages se tournent presque seules et dont on sort à la fois satisfait et très ému. A découvrir sans hésiter.

Note : 9,5/10

  • Broché: 462 pages
  • Editeur : Marabout (22 mars 2017)
  • Collection : Marabooks

51Jw6SwPsVL._SY346_.jpg

Une offrande à la tempête (16 mars 2017) de Dolores Redondo

Dans la vallée de Baztán, une petite fille décède étouffée dans son berceau. Alors que la police soupçonne le père d’être impliqué, la grand-mère attribue ce meurtre au génie maléfique Inguma, issu de la mythologie basque. Rapidement, cet étrange décès lève le voile sur une série de morts subites de nourrissons suspectes. L’inspectrice Amaia Salazar décide de se consacrer entièrement à cette nouvelle enquête, entre légendes mystiques et meurtres barbares, au risque de mettre de côté son rôle d’épouse et de mère.

Chronique : Dolores Redondo, née en 1969 à Saint-Sébastien, dans la province de Guipúzcoa, au Pays basque, est une romancière espagnole, auteur de romans historiques et policiers. Après des études de droit, elle travaille dans le commerce pendant plusieurs années avant de publier un premier roman en 2009. Mais sa renommée naissante elle la doit à sa trilogie, dite Trilogie de la vallée du Baztan qui comprend, Le Gardien invisible (2013), De chair et d’os (2015) et ce dernier volet qui paraît aujourd’hui, Une offrande à la tempête. Dans la fin de cette trilogie les rebondissements et les scènes d’action s’enchaînent à un rythme soutenu et le lecteur aura peu de temps pour réfléchir et mener sa propre enquête. Cette enquête sera d’autant plus compliquée pour le lecteur qu’il devra assimiler les nombreux protagonistes dans cette nouvelle affaire.Excellent dernier opus de la série,noirceur démoniaque et dépaysante. Le point négatif est que seuls les lecteurs de la première heure ayant lu L’homme invisible et de De chair et d’os pourront comprendre et suivre l’histoire et les conflits familiaux de l’inspectrice Amaia Salazar.

Note : 8/10

  • Broché: 592 pages
  • Editeur : Folio (16 mars 2017)
  • Collection : Folio Policier

61EYHZorteL._SX301_BO1,204,203,200_.jpg

Ragdoll (9 mars 2017) de Daniel COLE

Un  » cadavre  » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l’a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.
Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l’inspecteur  » Wolf  » Fawkes ;dirige l’enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter.
Chaque minute compte, d’autant que le tueur s’amuse à narguer les forces de l’ordre : il a diffusé une liste de six personnes, assortie des dates auxquelles il a prévu de les assassiner.
Le dernier nom est celui de Wolf.

Chronique : Un superbe livre digne des meilleurs thriller qui se lit comme une très bonne série ou film de David Fincher.  C’est un thriller très sanglant et pourtant l’humour dans une grande partie des dialogues vont vous faire rire; ce qui permet de détendre l’atmosphère parfois trop sombre du roman. Les personnages sont charmants en particulier le personnage principal, William Fawkes ou Wolf comme il est mieux connu
L’histoire est rapide et pleine d’action. Il y’a des meurtres en abondance avec un nombre disproportionné de parties du corps et des choses très bizarres qui se passe le long de l’enquête de Wolf.  Le lecteur va aimer regarder tout le travail de la police et la reconnaissance et ce livre montre que la plupart du travail est fastidieux et ennuyeux. Wolf est l’un de ces personnages que les écrivains du crime aiment ; il est celui qui préfère travailler seul, ne collabore jamais avec l’équipe mais il y arrive avec un dénouement  qui est surprenant, loin de ce que tout lecteur pourrait imaginer.
Ce thriller qui est un véritable page turner et place directement Daniel Cole comme un auteur à suivre.

Note : 9/10

  • Broché: 464 pages
  • Editeur : Robert Laffont (9 mars 2017)
  • Collection : La Bête noire

517SE8PBNWL._SX309_BO1,204,203,200_

Zanzara (9 mars 2017) de Paul COLIZE

Fred, 28 ans, est journaliste. Membre d’une team de jeunes pigistes web, il rêve de gloire et de signer un article papier qui fera date.
La nuit venue, Fred mène une double, voire une triple vie.
Avant tout, il aime une femme mariée. Une liaison passionnelle, mais sans espoir. Ensuite, il aime le risque, les paris et l’adrénaline. Fred se sent vivre quand il flirte avec les limites.
Ces savants cloisonnements vont voler en éclats le jour où il reçoit un coup de fil à la rédaction. Rendez-vous lui est donné le lendemain pour recueillir des révélations fracassantes.
Arrivé sur les lieux, Fred va faire une rencontre qui le poussera à enquêter sur un fait divers apparemment anodin. Son obstination va provoquer une réaction en chaîne, jusqu’au final, inattendu et époustouflant.

Chronique : Voici un roman sorti de nul part et merci au édition Fleuve pour cette belle découverte ; on ce retrouve face à un superbe roman à suspens moderne, on se retrouve en totale immersion. Le lecteur est tout de suite dans le bain et si vous ajoutez à cette enquête qui prend des proportions inattendues le menant à un fait historique proche : un massacre mystérieux alors vous vous trouvez à ne plus pouvoir lâcher le livre. Le mélange journalistique et du thriller est vraiment parfait et ajoute quelque chose de très agréable à l’histoire. Le personnage principal qu’est Fred est très fort et on s’habitue à lui direct, un homme sympa. Le style de l’auteur est très fort, il a su mêler habilement les genres pour le plus grand plaisir du lecteur. L’aventure est aussi passionnante par les personnages  rencontrés. Sous nos yeux se déroule l’incroyable, l’inédit, l’inconcevable. L’auteur réussit à nous tenir en joue, à nous berner avec une extraordinaire maîtrise.Un jeu diabolique et surprenant qui entraîne dans sa chute tous ces participants. Un thriller-choc qui ce lit d’une traite.

Note : 9/10

  • Broché: 320 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (9 mars 2017)
  • Collection : Fleuve noir

519urAWs2UL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

Test DVD – The Night Of (8 mars 2017) avec John Turturro, Riz Ahmed

Au lendemain d’une virée nocturne bien arrosée, le jeune Naz, d’origine Pakistanaise, se réveille aux côtés d’une jeune femme baignant dans son sang. Cette dernière a été poignardée et il ne se souvient de rien. Inculpé pour ce meurtre, il est désormais prisonnier du système judiciaire où, parfois, la vérité passe au second plan. Un avocat bon marché mais tenace se propose de l’aider.

Chronique série : Une série Tv incroyable par sa perfection et son histoire, tel un puzzle la série va  vous captivez jusqu’à la fin. Le point de vue de l’accusé est élucidé du début à la fin. Nous, les spectateurs, ressentons ce que l’accusé perçoit; L’événement, l’arrestation, l’entrevue au magasin de la police, l’expérience de la cellule de détention, la prison où l’accusé est logé en attendant son procès, etc. Et tout cela est réel, presque comme un documentaire . Vous sentez vraiment ce que l’on ressent d’être en prison. Si la série n’était centrée que sur Naz, l’impénétrable héros, elle serait déjà intéressante. Mais elle prend encore plus d’ampleur grâce aux autres personnages, des portraits déchirants de gens aux moralités douteuses, ambigües, aux dilemmes bien à eux. La principale attraction est l’avocat ébouriffé Jack Stone  interprété par John Turturro, dans une performance époustouflante.Le romancier Richard Price et le scénariste et réalisateur Steven Zaillian  signent la reconstitution pointilleuse de cette enquête criminelle, remarquablement mise en scène . Atypique et fascinant.

Note : 9,5/10

61fLyX6Lm8L._SL1000_

Test Blu-ray :

Image : Une image splendide piquée, très équilibrée en colorimétrie et fourmillant de détails  et fortes d’une définition précise, de noirs profonds et de contrastes somptueux, les images nous gratifient d’un rendu assez exceptionnel, notamment dans les séquences nocturnes.

Son : Une piste sonore splendide, riches en détail et d’une limpidité et un impact hautement satisfaisants dans les dialogues. La piste VO propose une DTS-HD Master 5.1 est clairement à privilégier, même si la piste VF se défend plutôt bien avec du DTS Digital Surround 5.1.

Bonus : Pas seul bonus pour cette série; ce qui est vraiment dommage au vu de sa qualité.

  • Acteurs : Riz Ahmed, Peyman Moaadi, Poorna Jagannathan, John Turturro, Syam M. Lafi
  • Réalisateurs : Steven Zaillian
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol
  • Sous-titres : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Studio : HBO
  • Date de sortie du DVD : 8 mars 2017
  • Durée : 416 minutes

61u0ddv-ScL._SY500_.jpg

Stabat Murder (9 mars 2017) de Sylvie Allouche

Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d’un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d’après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S’agit-il d’un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l’intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte…

Chronique : Ce roman est écrit comme un scénario de film à suspens; c’est comme si on regardait un excellent film de Brian de Palma . Un suspens amusant au possible ,une écriture virevoltante au possible ce qui permets de nous faire entrer dans une intrigue et d’être au plus proche de ces musiciens que sont Mia, Matthis, Sacha et Valentin qui sont tous pianistes. On suit cette affaire grâce à la commissaire Di Lazio et qui fera tout son possible pour retrouver ces enfants. Le rythme du roman est très entraînant. En quelques pages, on sent l’envie de comprendre cette histoire. Car rien n’est vraiment clair avant la fin. On nous donne beaucoup d’indice mais doute est là même si le lecteur entrevoit des réponses potentielles, mais chaque personnage reste assez secret pour se dire qu’on fait fausse route. Le paradoxe mis en place sur les personnages donne un côté très réaliste à l’histoire, et on frissonne à l’idée d’imaginer qu’il puisse exister de tels êtres sur Terre.  Un très bon thriller psychologique avec un découpage très intéressant et une intrigue prenante. À découvrir pour tous les amateurs de thrillers psychologiques

Note : 9/10

 

  • Broché: 304 pages
  • Editeur : Syros Jeunesse (9 mars 2017)

51wAYKI8FxL._SX338_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Les noirs et les rouges (16 février 2017) de Alberto Garlini

Stefano Guerra, étudiant d’extrême droite, naît à la politique en 1968. Alors qu’il participe aux affrontements à Rome, il commet l’irréparable : il tue par accident un jeune homme qu’il voulait seulement menacer. Ce crime marque le début d’une longue dérive, du militantisme à la clandestinité, de la politique à la violence, dans un monde où hommes d’État, criminels et agents des services secrets se mêlent. Au bout du compte, qui est Stefano Guerra ? Un tueur psychopathe, un terroriste ? Un Pinocchio moderne, un exalté ? Ou un dangereux idéaliste, engagé dans une cavale qui pourrait bien se révéler sans issue ?

Chronique : Un livre dérangeant et bouleversant sur le parcours politique d’un soldat fasciste dans l’Italie contemporaine (1968-1971). Une initiation à la haine viscérale de l’ordre bourgeois et une invitation à la rédemption où le roman de Garlini est d’une puissance incroyable. Fulgurant, dans la description des combats et des corps à corps ; dense, dans son évocation des luttes intestines ou des rapports entre communistes et fascistes. Quand Alberto Garlini décélère quelque peu, le romancier sait se faire poète et philosophe : le séjour en Afghanistan et le dénouement en Terre de feu sont époustouflants. Et que dire de l’histoire d’amour entre Stefano et Antonella : elle est passionnelle, exacerbée, suicidaire, d’un romantisme noir comme le charbon ce roman montre bien la porosité entre leur monde,certains milieux anarchistes,la police et le banditisme;de beaux portraits alternent avec des morceaux de bravoure :les scènes de bataille de la Valle Giulia ,entre autres,montrent une grande maîtrise du métier d’écrivain.

Note : 8,5/10

 

  • Poche: 928 pages
  • Editeur : Folio (16 février 2017)
  • Collection : Folio Policier

51ye4XpipQL._SX302_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Profil bas (2 février 2017 de Nugent,Liz

« Mon mari n’avait pas l’intention de tuer Annie Doyle, mais cette petite menteuse l’avait bien cherché ». Lydia vit dans une superbe demeure dublinoise avec son mari, le très respectable juge Fitzsimons, et leur fils adolescent. Ils forment une famille unie et heureuse. Il manque juste un petit quelque chose pour que le bonheur de Lydia soit total… et ce petit quelque chose, elle est prête à tout pour l’obtenir. Même à tuer ? Comme dans Oliver ou La fabrique d’un manipulateur (Denoël, 2015), Liz Nugent nous livre les pensées les plus sombres d’un être capable de causer la perte de tous ceux qu’elle aime sans éprouver le moindre remords.

Chronique :Profil bas est un roman effrayant rempli de jeux de puissance, nauséabond de secrets où la culpabilité et la folie sont au rendez-vous. C’est la recette parfaite pour un thriller psychologique sombre et tordu. On lit ce livre d’une traite. Il nous pend du début et on ne peut pas le poser. Il est clair dès le début qu’une série de catastrophes se met en marche et qu’on est fasciné et repoussé par ce qui s’y passe. Liz Nugent a écrit une histoire impressionnante remplie de suspense et de terribles surprises.
Le style d’écriture est facile à lire avec un contraste entre la manière accessible que l’auteur écrit et les choses horribles qui se produisent dans l’histoire. On se sent fasciné et indigné en même temps. L’écriture de Liz Nugent est comme un spectacle de théâtre, elle est le maître de marionnettes qui contrôle tout et tout le monde et elle sait exactement quand elle a besoin de tirer quelle corde. Cela rend cette histoire extraordinaire.
Profil bas est un livre étonnant. C’est une histoire dont on s’en souviendra. Il y a tellement de bonté dans certains des personnages principaux, mais il y a aussi un grand mal. C’est une histoire remplie d’oppositions, de scrupules et de décisions impossibles avec beaucoup de torsions et de tours intéressants et l’auteur réussit à surprendre le lecteur encore et encore. La fin est fantastique et inattendue, créative et brillamment mise en scène. Si vous aimez le genre du policier à suspense, vous ne voulez pas manquer cette histoire.

Note : 9/10

 

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Denoël (2 février 2017)
  • Collection : POLICIER – SUSP

51ZWmZQnEpL._SX343_BO1,204,203,200_.jpeg