L’imagerie des bébés Disney : La belle et le clochard & Pinocchio (28 avril 2017) de Disney

Pour faire découvrir les Disney aux tout-petits. Des arrêts sur image du dessin animé, interprétés en pâte à modeler, pour éveiller l’enfant au monde.

Chronique : Des jolis livres en pages cartonnée, facile d’utilisation pour les mains des enfant qui vont  les manipuler tous les jours, les histoires sont courtes et simples, les images sont magnifiques : tout est fait en pâte a modeler c’est extrêmement bien fait dans le moindre détail. L’histoire est racontée simplement. Les personnages sont bien représentés.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 – 6 années
  • Editeur : Fleurus (28 avril 2017)
  • Collection : L’imagerie des bébés

 

La dynastie Donald Duck, Tome 22 : Noël sur le Mont Ours et autres histoires (1947 / 1948) (15 février 2017) de Carl Barks

Retrouvez l’intégralité de l’ uvre de Carl Barks, l’auteur le plus réputé et le plus talentueux des aventures de Donald. Aventure, mystère et magie sont bien sûr au rendez-vous de ces histoires, mais aussi humour, amitié et cacophonie familiale ! En introduction, chaque volume propose un appareil critique de l’ uvre de l’auteur, et chaque histoire est précédée d’une courte fiche d’identité bibliographique permettant de la replacer dans le contexte de sa première publication.Cette intégrale, prévue en 24 volumes, est idéale pour les admirateurs de Carl Barks et les collectionneurs bibliophiles, vendue A plus de 200 000 exemplaires et dont le tome 4 a eu l’honneur de recevoir le Fauve Patrimoine lors du Festival d’Angoulême 2012. Depuis le tome 19, La Dynastie Donald Duck reprend chronologiquement, de ses débuts, l’ uvre de Carl Barks.

Chronique : Carl Barks est un des plus grands noms de la bande dessinée mondiale. Ses œuvres mettant en scène Donald, Picsou et leur famille ont été distillées anonymement pendant des décennies dans Le Journal de Mickey et Picsou Magazine. Voici le Tome 22 et comme toujours un très bon travail de Glénat pour ses rééditions.  Après les balbutiements de jeunesse, on retrouve enfin les grands moments de Barks, ceux qui me l’ont fait découvrir dans « les belles histoires Walt Disney » des années cinquante. Le fantôme du donjon n’est plus censuré, on voit l’ombre de son squelette sur les murs. On ne connaissais en France que certaines histoires que par les rééditions des années 70/80 qui étaient bien incomplètes ce qui fait plaisir de les trouver enfin en Français. S’il y a des tomes précédents qu’on peut négliger, celui là est vraiment indispensable. Pour les Nostalgiques et les jeunes lecteurs débutants, une incursion dans les prémices du monde de Donald, sa famille et ses amis.

Note : 9,5/10

71IlW4ZVfGL.jpg

  • Album: 384 pages
  • Editeur : GLENAT (15 février 2017)
  • Collection : Disney intégrale

51maofLkDBL._SX351_BO1,204,203,200_

La véritable histoire des contes de fées (8 juillet 2016) de Julie Grede

Dans les vrais contes, ceux dont s’inspirent régulièrement Walt Disney et ses successeurs, les happy end ne sont pas du tout systématiques. Les morales sont plus sèches, cruelles. Et si Disney (là-haut) avait décidé de passer en revue ses longs métrages inspirés de contes et de les comparer aux uvres originales ? Il ne l’a pas fait, ce livre le fait pour lui. Les contes cruels écrits pour préparer les enfants à un monde difficile sont devenus sous son regard des contes de fées pour endormir nos enfants.  La petite sirène n’épouse pas le prince Éric, chez Andersen, elle devient écume plutôt que de tuer celui qu’elle aime.La Blanche-Neige du conte n’a que 7 ans et si sa belle-mère désire ses poumons, et non son c ur, c’est pour s’en goinfrer.Quant à La Belle au Bois dormant, elle n’est pas embrassée mais violée par son prince dans son sommeil. De cette union naîtra des jumeaux… que la belle-mère du prince tentera de dévorer.Les belles-s urs de Cendrillon sont encore plus déterminées que dans la version de Walt Disney puisqu’elles n’hésitent pas à se mutiler les pieds, à se couper les orteils, à l’aide d’un couteau de boucher afin de les faire rentrer dans la pantoufle de vair.Pinocchio, lui, n’est pas vraiment un gentil garçon : il laisse Gepetto se faire emprisonner pour maltraitance sur enfant et n’hésite pas à ôter la vie à Jiminy Cricket à l’aide d’un maillet.

Critique:  Avec « Ceci (n)’est pas qu’ une comédie romantique » voici un autre livre de Julie Grede où le lecteur va se retrouver dans un véritable échange entre Walt et son auditoire. Dans cette lecture, nous nous retrouvons au paradis en compagnie de Walt Disney qui va nous dispenser une série de cours. Ce sera notre professeur tout au long de notre lecture. On va y découvrir les contes qui ont bercé notre enfance ainsi que les dessins animés qui en découlent. L’auteur va nous fait voyager entre Blanches neige, la belle au bois dormant, Peter Pan, la petite sirène est bien d’autres, encore en exploitant à chaque fois le conte en lui-même et le dessin animé. Un réel parallèle est alors effectué entre les deux afin de démontrer les différences et similitudes de chacun. Chaque contes sera réparti par heures de cours et donc vraiment bien étudié et approfondi où Disney va nous raconter comment il part des frères Grimm pour en arriver au dessin animé. Chaque conte est approfondi et lorsque l’auteure nous parle d’un auteur, elle parcoure réellement sa vie. Les parallèles entre les contes d’antan, les Disney et les adaptations de nos jours sont bien trouvés. Une belle expérience de lecture si vous aimez l’univers de Disney vous en sortirait avec beaucoup d’informations.

Note : 9/10

  • Broché: 251 pages
  • Editeur : La boite à pandore (8 juillet 2016)
  • Collection : CURIEUSES HIST
  • Prix : 17,90 euros

51khyYFHA+L._SX316_BO1,204,203,200_.jpg

 

La Dynastie Donald Duck, tome 19 : 1942-1944 Carl Barks

Retrouvez l’intégralité de l’ oeuvre de Carl Barks, l’auteur le plus réputé et le plus talentueux des aventures de Donald. Aventure, mystère et magie sont bien sûr au rendez-vous de ces histoires, mais aussi humour, amitié et cacophonie familiale !

Critique : Ce volume regroupe les premières histoires de Barks. Même si la psychologie est évidemment plus sommaire (Donald se mesure à ses neveux, essentiellement), c’est intéressant de voir comme le trait à évolué par la suite… Et puis, avons-le, c’est plutôt drôle et certaines histoires (comme l’anneau de la momie) préfigurent les futurs classiques!

Note : 10/10

 

  • Album: 384 pages
  • Editeur : GLENAT (16 mars 2016)
  • Collection : Disney intégrale

51h8KQVU3LL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

 

 

Disney / Glénat – Une mystérieuse mélodie : ou comment Mickey rencontra Minnie de Cosey

États-Unis, 1927. Mickey Mouse termine l’écriture de son nouveau scénario : les prochaines aventures de Dog the Dog, la coqueluche d’Hollywood ! Mais lorsqu’il se rend chez Big Boss, son producteur, celui-ci lui demande de réfléchir à quelque chose de plus tragique. Comment faire ? Mickey n’a encore jamais écrit d’histoire triste… Alors qu’il étudie cette épineuse question sur le train du retour, sa voisine de siège s’endort sur son épaule. Les lumières ne fonctionnant plus, il fait nuit noire dans le wagon, si bien que Mickey n’a aucune idée de qui peut être cette inconnue qui fredonne un air de musique dans son sommeil. Une délicieuse et mystérieuse mélodie qui ne va pas le quitter durant toute la réécriture de son scénario.Dans une histoire douce et tendre comme un bon gruyère, Cosey imagine la rencontre entre Mickey et Minnie. Il livre une partition sans faute où l’on a plaisir à retrouver sous son trait minimaliste et délicat les personnages emblématiques du monde de Mickey, comme Dingo, Pluto, le commissaire Finot ou Horace et Clarabelle.

Critique : Dans un album à l’ancienne, reliure dos toilé, couverture cartonnée, beau papier raisonnablement épais, planches à trois bandes et belles couleurs pleines, Cosey propose un Mickey de 1927 dont le métier est de scénariser des dessins animés animaliers dans lesquels joue « Dog The Dog ». Le patron du Morning Star, à qui Mickey souhaite vendre ses scénarios, recommande à Mickey de potasser Shakespeare avant de revenir le voir. Dingo, le copain bouquiniste de Mickey a mis la main sur le manuscrit d’un inédit du grand Will ! Mais, une substitution va avoir lieu entre l’enveloppe qui contient cet ouvrage et celle dans laquelle Mickey avait rangé son scénario. Et Mickey va se voir délesté, lors d’un voyage en train, de l’enveloppe dans laquelle se trouve le précieux inédit.
L’histoire de type rocambolesque de la rencontre entre Mickey et Minnie telle qu’imaginée par Cosey est d’une lecture agréable. Même s’il associe un Dingo plus tardif à un Mickey en culotte rouge à gros boutons dorés des débuts, le dessinateur s’applique à restituer de manière fidèle au plan graphique, mais légèrement décalée tout en restant classique, l’univers défini par Walt Disney et ses collaborateurs.

Note 9,5/10

 

  • Album: 64 pages
  • Editeur : GLENAT (2 mars 2016)

61BTOb4ue4L._SX437_BO1,204,203,200_