NOA de Marc Levy

achat : https://amzn.to/3xDI6ZN

De Londres à Kyïv, de Vilnius à Rome, un roman d’aventures et d’espionnage au suspense trépidant, une histoire qui interpelle et invite à réfléchir sur le monde qui nous entoure.

Chronique : Des vies sont en danger.Une reporter d’investigation va s’infiltrer en terrain ennemi.Le temps est compté.Le Groupe 9, plus uni que jamais, repart en mission.L’avenir de tout un peuple est en jeu. de Londres à Kyïv, de Vilnius à Rome, un roman d’aventures et d’espionnage au suspense trépidant, une histoire qui interpelle et invite à réfléchir sur le monde qui nous entoure.
« Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé… Oh, et puis merde » voici comment débute Noa, troisième tome de la série 9. Ce roman, je l’attendais avec impatience, j’en attendais beaucoup et je ne suis nullement déçue. Cette trilogie marque un tournant dans nos habitudes auquel Marc Levy a habitué ses lecteurs. Avec Noa, nous retrouvons notre belle équipe d’hackers qui cette fois, tentent gros : la dictature en Biélorussie. Faisant ouvertement référence à Poutine, Noa est mon préféré de la trilogie. Cette enquête est beaucoup plus stressante et fait monter l’adrénaline des différents personnages. Noa, c’est un roman d’actualité qui affirme par la même occasion la facilité de l’auteur à se renouveler. J’ai aimé le fait que Janice soit mise en avant. On la découvre différemment, ouvrant la porte de ses forces, mais aussi de ses faiblesses. Entre technologie et espionnage, l’enquête a porté ma lecture sans essoufflement. Entre réalité et fiction, Marc Levy ne nous laisse pas en reste de sa petite touche d’amour et d’humour qui a fait son succès. Noa, c’est un retour et un final excellent, menant de front une intrigue parfaitement ficelée, preuve d’un travail titanesque de la part de l’auteur. L’immersion auprès des 9 est d’un grand réalisme. Noa, c’est un compte à rebours explosif pour lequel j’avais hâte d’en connaître le dénouement, mais que je suis triste de quitter.

Éditeur ‏ : ‎ Robert Laffont/Versilio (17 mai 2022) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 367 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2221243595 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2221243596

Bayuk de Justine Niogret

Achat : https://amzn.to/3zJ5iIN

Une malédiction au cœur du plus sombre des bayous…

On raconte que c’est arrivé un soir sans Lune, au village de Coq-Fondu, dans l’endroit le plus reculé du bayou. Qu’une jeune fille a été maudite pour les crimes de sa mère, la pirate la plus redoutée des mers, qu’elle n’a jamais connue. Où qu’elle aille, les esprits iront aussi, la traquant sans merci.

Chronique : C’est une histoire vraiment originale, autant pour son univers, pour ses personnages, que pour son style. Il y a un aspect étrange à ce récit qui ne m’a pas lâché, un sentiment difficile à définir durant toute ma lecture, mais je ne le vois pas comme du négatif. Cette histoire m’a surtout amené en terrain inconnu, empli d’étrange, de fantômes de toutes sortes et de toutes formes.
Toma, Boone et Roi-Crocodile sont les pièces maîtresses de ce roman. Mais pas que. C’est leur histoire sans l’être. C’est l’histoire de leurs fantômes, des nôtres, d’une malédiction, au coeur du bayou, puis sur l’océan. Toma est la fille d’une pirate sanguinaire, l’Ecarlate, et elle va être maudite pour les crimes de sa mère. Pour survivre, elle part avec ses deux amis à la recherche d’une épave, mais rien ne sera facile durant leur voyage.
L’ambiance est un point primordial. Une atmosphère étouffante, spongieuse, difficile à respirer parfois. Comme celle du bayou. On s’enlise un peu, s’en défait, puis on prend l’air marin. On découvre les pirates, leurs codes, leur façon de vivre. L’autrice ne nous épargne rien, ni le sel, ni le sang, ni le goût des tortues de mer, tout passe sur notre langue.
Sur fond de légendes vaudous, de folklore des marais poisseux, l’autrice nous entraîne dans une histoire hors du commun, qui laisse un goût mi amer mi salé en bouche. C’est une histoire qui apporte des réflexions d’une étonnante profondeur. D’une philosophie pure et bafouée par les hommes. Elle nous guide, à travers ses personnages marquants, haut en couleurs, dans les tréfonds des âmes humaines. Mortes, vivantes, qui respirent encore ou qui vivent ailleurs. Je ne sais pas réellement quel sentiment poser sur cette histoire. J’ai passé un excellent moment, ça se lit vite, bien, ça interroge, ça gratte des choses, ça nous laisse tout sauf indifférent.
C’est de ces histoires qui laissent une trace, mais qu’il me faudra digérer pour savoir si j’ai adoré ou pas, ou un mélange.

  • ASIN ‏ : ‎ B09PZV9Z8L
  • Éditeur ‏ : ‎ 404 Editions (25 mai 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 299 pages
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1032405659

Méfiez-vous des anges de Olivier Bal

Achat : https://amzn.to/3O7K0ZD

Sur les collines de Californie se dresse L’Enceinte, une communauté spirituelle en apparence parfaite. Paul Green, ancien journaliste cabossé par la vie, est persuadé que la jeune femme qu’il recherche est enfermée entre ces murs.

Chronique : Welcome to Los Angeles, la ville aux façades bling-bling où les faux semblants sont bien camouflés, où le taux de criminalité excelle ! C’est le monde en Technicolor…. Où la couleur rouge prédomine pour Sarah Shelley & Riley son co-equipier : un corps a été retrouvé, impossible à identifier tant il a été meurtri, la pulpe des doigts ayant été retirée.

En parallèle, Paul a quitté le vert de sa forêt pour se retrouver toujours aussi écorché dans l’âme mais aussi très dévoué à l’autre : il recherche des personnes portées disparues à Los Angeles.

Les deux histoires vont évidemment se rejoindre avec comme dénominateur commun une communauté dite spirituelle permettant à chacun de retrouver sa lumière intérieure, La Voie. Les Marcheurs, Les Purs, ils sont tous en quête d’un Guide pour leur montrer la voie dans un endoctrinement quasi infaillible.
Et puis dans tout ça s’entremêlera aussi La Sombra, une Mafia locale.
Le bien & le mal, en constante dichotomie.

Paul Green se livre un peu plus dans ce thriller haletant où le sujet de la communauté / secte est parfaitement dessiné par Olivier Bal. Comme toujours il nous entraîne dans un tourbillon où le serpent nous enserre un peu plus à chaque page pour une fin détonante

Éditeur ‏ : ‎ XO (28 avril 2022) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 462 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2374483924 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2374483924

L’Eclatante revanche de Susan Boyer de Sophie Endelys

Achat : https://amzn.to/3Qw9PUV

Au fil d’une enquête sur le passé d’une femme énigmatique, disparue à l’âge de dix-huit ans en même temps qu’un collier de grande valeur, se déroule une machination épatante de virtuosité.

Chronique : Le plaisir de lire et de sourire. On retrouve ici, une écriture alerte et légère pour raconter le cheminement d’une femme – trompée et humiliée – qui décide de prendre son destin en main. La célèbre escroquerie du collier de la reine va lui servir de trame de fond. Voici un puzzle, agréable et attachant, bien ficelé, aussi rocambolesque que l’affaire du collier, et qui offre au lecteur les réjouissances d’une vengeance méritée. On passe un bon moment devant le ridicule de gens délicieusement bernés. Inutile d’y rechercher l’action, le suspens ou un thriller, l’intrigue est en diamants et pacotilles.

  • Éditeur ‏ : ‎ Presses de la Cité (2 juin 2022)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 300 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2258197848

LEGO CON 2022 : Nouveauté LEGO Space 10497 Galaxy Explorer LL928, l’annonce officielle !

LEGO célèbre cette année ses 90 ans et sort la carte nostalgie avec ce joli set LEGO Space 10497 Galaxy Explorer (1246 pièces, 99,99€), un remake modernisé du vaisseau culte LL928 497 Galaxy Explorer de 1979, dévoilé à l’instant pendant le LEGO CON 2022.

LEGO Space 10497 Galaxy Explorer

Du côté des dimensions : 52 cm de long, 32 cm de large et 13 cm de haut. Avec quatre minifigs de spacemen : deux rouges et deux blancs, comme dans le set original. Mais pas de zone d’atterrissage ici ni de plaque lunaire moulée, LEGO se concentre uniquement sur le vaisseau.

Disponibilité annoncée au 1er août 2022, avec des précommandes qui s’ouvrent dès aujourd’hui (à vérifier si les précommandes seront accessibles aussi en France).

LEGO CON 2022 : Nouveauté LEGO 10305 Lion Knights’ Castle, l’annonce officielle !

Pour fêter ses 90 ans, LEGO met à l’honneur la gamme LEGO Castle avec cet énorme château LEGO 10305 Lion Knights’ Castle (4514 pièces, 399,99€), dévoilé à l’instant pendant le LEGO CON 2022.

LEGO 10305 Lion Knights' Castle

Ce château rend hommage aux grandes heures de la marque dans les années 80-90 et reprend la faction des Lion Knights avec un beau modèle plus réaliste que ceux de l’époque, bourré de détails et de clins d’œil pour ceux qui ont grandi avec la gamme LEGO Castle.

Le set s’ouvre complètement pour accéder aussi à un intérieur détaillé, et mesure plus de 44 cm de large et 38 cm de haut lorsqu’il est replié. Avec 22 minifigs au total (des Lion Knights, des Black Falcon Knights, des Forestmen – identiques à ceux du cadeau 40567 Forest Hideout actuellement offert chez LEGO -, un magicien, etc…) et plusieurs animaux (chevaux, vache, agneau…). Les nostalgiques de la gamme y retrouveront notamment toute une collection de boucliers de l’époque !

Lancement le 3 août prochain en avant-première VIP, avant une disponibilité globale au 8 août 2022.

LEGO 71034 Collectible Minifigures Series 23 : les 12 personnages à collectionner

La page dédiée au LEGO CON 2022 permet de découvrir la toute nouvelle série LEGO 71034 Collectible Minifigures Series 23 et ses 12 personnages à collectionner :

LEGO 71034 Collectible Minifigures Series 23

Seules trois figurines avaient été dévoilées pendant l’évènement, mais nous pouvons donc maintenant découvrir l’intégralité des 12 personnages costumés qui seront disponibles à partir du 1er septembre 2022, toujours au prix de 3,99€ par sachet. Sur la page produit de la boutique en ligne officielle LEGO, seuls trois personnages sont actuellement visibles.

La liste des minifigs : le casse-noisettes (Nutcracker), la fée dragée (Sugar Fairy), le costume de dragon vert (Green Dragon Costume), le bonhomme de neige (Snowman), le costume de renne (Reindeer Costume), le lutin des fêtes (Christmas Elf), le costume de dinde (Turkey Costume), le robot en carton (Cardboard Robot), le costume de popcorn (Popcorn Costume), le costume de loup (Wolf Costume), le capitaine du ferry (Ferry Captain) et le chevalier du château jaune (Knight of the Yellow Castle). Chevalier dont les accessoires seront intéressants à récupérer pour le gros château LEGO 10305 Lion Knights’ Castle annoncé aujourd’hui.

A star is bored de Byron Lane

Une saison en enfer

Sur le thème éculé de la rencontre de deux solitaires évoluant dans des sphères différentes, Byron Lane aurait pu écrire un récit corrosif sur l’aspect néfaste de la célébrité malheureusement à trop vouloir décrire le quotidien d’un assistant sans creuser son sujet il a loupé l’occasion.

Pourtant il y avait largement de quoi faire avec les personnages de Charlie d’un côté, pigiste paumé et peu sûr de lui qui étouffe dans Los Angeles et sa course à la réussite, et Kathi Kannon de l’autre, une actrice sur le retour qui vit sur sa renommée et qui souffre de légers troubles mentaux.

Ces deux êtres fracassés vont se trouver, s’apprivoiser, se compléter. La relation interdépendante entre les deux personnages est touchante et offre les meilleurs passages du récit, notamment une scène hilarante dans un restaurant japonais. 

Les relations toxiques avec leurs parents, le père pour Charlie et la mère pour Kathi, offrent également un aperçu de ce que le l’ouvrage aurait pu offrir. Durant ces passages les personnages se retrouvent dénudés et démunis face à la figure imposante de leur géniteur, l’empathie pour les personnages est totale.

Malheureusement de ce terreau psychologique l’auteur n’en fera rien, préférant aligner les scènes de comportement absurde de Kathi, ses crises maniaques, sa consommation de substances qu’elles avale comme si c’était des pastilles pour la gorge. Un long naufrage auquel assiste impuissant Charlie dans un récit qui tourne très vite en rond, aussi inspiré du réel soit-il.

La lecture s’en trouve donc mitigée, l’envers du décor hollywoodien ne se révèle pas suffisamment passionnant pour porter le récit tout comme le personnage de Kathi dont on ne fait que gratter la surface sans jamais explorer ce qui se cache derrière ses addictions et son mal-être.   

Résumé : Tous les matins, vous devez aller dans sa chambre, la réveiller doucement, lui donner ses pilules pour la journée bien gentiment, et vous assurer qu’elles ne vont pas la tuer.

Au petit déjeuner, Kathi prend un sachet de céréales amaigrissantes. Sans lait. Vous devez aussi lui apporter un verre rempli de glaçons avec une canette de Coca Zéro. Vous versez le Coca sur les glaçons pendant que vous êtes dans la chambre de façon à ce qu’elle entende le bruit des glaçons qui craquent. Ça va lui donner envie de boire et l’aider à se réveiller.

Éditeur ‎Michel Lafon (10 novembre 2021)
Langue ‎Français
Broché ‎352 pages
ISBN-10 ‎2749945348
ISBN-13 ‎978-2749945347

Fuir ses morts de Mike KNOWLES

Achat : https://amzn.to/3mUU2RL

Sam Jones, vétéran d’Irak et détective privé, tombe sur une inscription dans les toilettes d’un café: il va me tuer et je crois que je le veux. Après avoir passé six ans sur une affaire d’enlèvement qui s’est horriblement terminée, Jones décide de se racheter et de sauver l’auteur de ce messages, une jeune fille qui, il en est sûr, appelle à l’aide.

Chronique : Le détective privé canadien Sam Jones a eu une vie difficile, et récemment, elle n’a fait qu’empirer. Vétéran de la guerre en Irak, âgé de 42 ans, Sam a perdu un bras pendant le conflit. De retour des combats et désormais civil, il se trouve dans un café de Toronto et tente d’accepter ce qu’il vient de voir et ce qu’il vient de faire. Remarquant des taches de sang sur sa manche, il se rend aux toilettes pour s’en débarrasser. Le sang n’est pas le sien, mais il sait que la police va bientôt le rechercher, et qu’elle veut une explication pour deux personnes mortes – dont un simple garçon – gisant dans le sous-sol d’une maison qu’il a quittée peu de temps auparavant.
Sam est également préoccupé par ce qu’il va dire à la mère du garçon. Six ans plus tôt, il s’était mis à la recherche du garçon dans l’espoir de le lui ramener vivant. Mais aujourd’hui, il a réalisé qu’il avait échoué. Cela, plus que tout autre chose, le trouble énormément.
Alors qu’il nettoie le sang de sa chemise, Sam remarque un graffiti contenant un message énigmatique près d’une charnière de la porte de la salle de bain : Je sais que tu l’es, mais que suis-je ? Un défi agressif ou un appel au secours ? Sheena, une barista tatouée d’une vingtaine d’années, s’occupe du comptoir. Elle n’est pas en mesure d’aider Sam à identifier l’auteur des mots, c’est donc à lui de le faire. Pris de remords de ne pas avoir réussi à retrouver le garçon vivant et à le rendre à sa mère, il est poussé à essayer d’identifier l’auteur du graffiti, manifestement en difficulté, et à tenter de l’aider.
C’est ainsi que commence l’odyssée d’un homme bon pris dans un monde mauvais. Avant qu’elle ne s’achève, Sam s’assurera l’aide improbable d’un ancien braqueur de banque vieillissant alors qu’il navigue dans les rues sombres de Toronto, où les jeunes femmes vulnérables sont des proies faciles pour les hommes qui ne peuvent voir au-delà de leurs propres vies tordues, tout en fuyant la police, qui veut l’interroger sur la maison avec deux corps au sous-sol.
Et comme si cela ne suffisait pas à alourdir ses épaules déjà bien chargées, alors que Sam est aux prises avec une jeune femme troublée qui ne veut peut-être pas être trouvée – et qui ne veut peut-être pas être aidée – il y a sa rencontre imminente avec la mère du garçon mort. Pour ajouter à ses malheurs, Sam doit également s’occuper de son père de 80 ans, qui se trouve dans une maison de soins . Il s’agit d’un récit à haute teneur en émotions, marqué par des dialogues crépitants et agrémenté d’une narration sombre et d’une utilisation habile de la métaphore, comme dans ce passage où Sam compare sa course pour échapper à la police au comportement des requins :
« Les requins devaient rester en mouvement constant pour pouvoir respirer. Peu importe la quantité d’eau environnante – si le requin cessait de nager, il suffoquait au milieu de l’océan… Pour la même raison qu’il traversait la ville en voiture un lundi – cela l’empêchait de s’arrêter. S’il s’arrêtait, s’il perdait son élan, cela signifiait qu’il devait affronter l’inévitable, et… Jones avait une semaine avant que l’inévitable ne devienne inévitable. Sept jours – sa propre semaine Shark – à moins qu’il ne cesse d’avancer.
Mais il y a aussi de l’humour noir, comme lorsqu’on demande à Sam comment il a perdu son bras et qu’il répond : « Je ne l’ai pas perdu. Je sais exactement où il est ».
Les lecteurs à la recherche d’un roman sans compromis de notre époque troublée, racontée de manière exquise, trouveront beaucoup à admirer cet auteur.

Éditeur ‏ : ‎ Calmann-Lévy (8 juin 2022) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 360 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2702182909 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2702182901

Désert noir d’Adrien Pauchet

Drogue, fantômes et fusillades

Le risque lorsqu’un auteur écrit un récit à la croisée des genres c’est que l’un d’entre eux prenne le pas sur les autres et éclipse le propos initial. Malheureusement pour Adrien Pauchet c’est ce qui s’est passé pour son ouvrage Désert noir.

Le récit bouillonne de bonnes idées mal, ou peu, exploitées. Comme une recette qui dispose de bons ingrédients mais qui donne un résultat brouillon. L’auteur brasse quantité de thèmes sans jamais réellement les développer, la difficulté de faire son deuil, la rédemption, la résilience et bien d’autres encore. Un traitement de surface peu satisfaisant dû à une narration trop axée sur le thriller au détriment du développement des personnages, peut-être trop nombreux aussi.

Perdus entre la frénésie narrative d’un thriller grand public et la réflexion sur le deuil, l’ouvrage ne raconte finalement pas grand-chose. L’aspect onirique de l’intrigue offre une jolie mise en page qui invoque le néant mais peine à faire oublier les incohérences et le manque d’approfondissement de l’intrigue et des personnages.

Désert noir s’avère être une œuvre brouillonne qui veut trop en dire sur trop de sujets, qui aurait mérité un affinage de son intrigue et de ses personnages. Une jolie attention gâchée. 

Résumé : Jocelyn est un jeune flic qui, après une sale affaire, se retrouve mis à l’épreuve. Il intègre une équipe qui a pour mission de démanteler un trafic à Paris d’une nouvelle drogue qui permet, à celui qui la consomme, de revoir chacun des êtres chers qu’il a perdus. En butte à l’hostilité d’une partie de la police, sur le qui-vive, il finit par avoir l’impression de chercher à sauver une société qui ne veut pas l’être.

Éditeur ‎FORGES VULCAIN (9 octobre 2020)
Langue ‎Français
Broché ‎240 pages
ISBN-10 ‎2373050587
ISBN-13 ‎978-2373050585