Fils de l’Infini – Tome 1 – 16 septembre 2021 de Adam SILVERA

Achat : https://amzn.to/3l6jaoI

Emil et Brighton vivent à New York. Les jumeaux ont longtemps rêvé d’un destin extraordinaire. Il faut dire que trouver sa place dans un monde où ceux qu’on appelle les Célestes naissent avec des pouvoirs surnaturels est loin d’être évident… Surtout quand ces êtres s’illustrent régulièrement dans des combats grandioses en pleine ville contre les dangereux Spectres.

Chronique : Je ne vais pas mentir : j’ai abordé ce livre avec des attentes assez faibles, mais avec de grands espoirs. C’était Taylor qui passait de la country à la pop, et nous attendions tous avec impatience. J’avais vraiment envie d’aimer ce livre, mais je ne pensais pas que cela arriverait. Et bien, c’est arrivé !

Ce qu’Adam a fait, à mon humble avis, c’est tisser ensemble son art d’écrire des romans contemporains (et des personnages) et son cœur/rêve de vouloir écrire de la fantasy, et il a abouti à quelque chose de très spécial. Dans une version alternative de notre propre monde, il présente des personnages dotés de superpouvoirs. Je ne suis pas toujours le plus grand fan des romans de low fantasy se déroulant dans le monde moderne, mais j’ai vraiment apprécié celui-ci. Il ne s’agit en aucun cas d’une high fantasy avec une construction complexe du monde et autres, mais honnêtement, je ne pense pas que c’était le but d’Adam.

Le rythme du livre est assez rapide, mais il est cohérent du début à la fin. Bien sûr, ce livre aurait pu être plus long, comme les romans de fantasy ont tendance à l’être, mais cela ne m’a pas dérangé. Ce livre n’est en aucun cas parfait ou sans défaut, mais j’ai passé un moment épique à le lire. Il était beaucoup plus complexe et (légèrement) plus sombre que je ne l’avais imaginé – et j’ai adoré ça. Comme c’est la première fois qu’il s’essaie à la fantasy, je dirais qu’il s’en est très bien sorti.

Et puis il y a le groupe de personnages. Je les adore. Une collection diversifiée et moderne d’individus que j’ai hâte d’apprendre à connaître davantage dans les prochains livres. Chaque personnage apporte quelque chose à la table, et a encore beaucoup à explorer, ce qui ne veut pas dire qu’on n’apprend pas à les connaître dans ce premier roman. On a vraiment une idée de qui ils sont, de leur vraie nature, pour ainsi dire. La fraternité entre Emil et Brighton est une dynamique que j’ai beaucoup appréciée.

Lorsqu’ils sont pris au milieu d’une bataille entre des marcheurs et des lanceurs de sang qui se battent pour survivre assez longtemps pour rentrer chez eux sains et saufs, l’un des pouvoirs dormants du frère se révèle. Ils doivent maintenant courir et rejoindre le combat s’ils espèrent survivre.
Leur rêve d’avoir des pouvoirs, au moins pour l’un d’entre eux, est devenu réalité, mais ce n’est pas tout ce qu’ils pensaient. Alors qu’un secret de famille est enfin révélé, il menace de déchirer les frères. Ils luttent pour comprendre ce que cela signifie pour eux et quelle est leur place dans cette guerre. Alors que l’un d’entre eux se bat pour gérer ses nouveaux pouvoirs, les autres luttent contre leurs sentiments d’inadéquation et de jalousie. Ils veulent ce pouvoir pour eux-mêmes, mais peuvent-ils le mettre de côté et faire ce qui est juste ? Ou leur désir d’être quelque chose de plus que ce qu’ils sont va-t-il les détruire ? Les frères peuvent-ils prouver que le sang est plus épais que l’eau ?
Infinity Son est une œuvre fantastique étonnante qui m’a complètement envoûtée du début à la fin. Une belle histoire qui tisse magistralement des personnages dans des situations relatables traitant de problèmes réels que la plupart des jeunes adultes essaient de gérer aujourd’hui. L’auteur a vraiment créé une merveilleuse histoire fantastique qui a intégré des questions modernes réalistes.
Pour les lecteurs qui sont fans de romans tels que Mortal Instruments de Cassandra Clare, Fils de l’Infini doit absolument figurer sur votre liste de lecture ! J’espère vraiment qu’il y aura d’autres épisodes de la saga, je croise les doigts !

Note : 9/10

Éditeur ‏ : ‎ Robert Laffont (16 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 396 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2221247531 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2221247532

Infectés T02 – 8 septembre 2021 de Marc-André Pilon

Achat : https://amzn.to/3zKKDR5

Premiers jours de l’épidémie. Max, 19 ans, s’efforce de survivre. Tout autour de lui grouillent des créatures infernales aux yeux rougis et à la mâchoire hyperactive.

Chronique : Ce livre a un rythme très soutenu, une tension forte et une nervosité perceptible par son écriture , il y a un sentiment d’urgence. Les personnages sont à bout de nerfs. La grande épidémie arrive. La cause réelle de tout cela n’est pas vraiment importante. Ce qui compte est la survie de ces ados marqués par le traumatisme violent de la disparition de leurs parents. Chaque cœur est envahi par ces chocs, personnels et intraduisibles. Les dialogues les amènent à exprimer leur incompréhension face aux événements dont ils ont été témoins. La narration alterne ainsi les scènes d’action – moyen pour ces ados de cacher leur peur – et les scènes plus posées, plus dialoguées, révélatrices d’une incapacité à sortir ce qui leur pèse. Marc-André Pilon montre leur épuisement et la radicalité de leur âge. Il n’y a pas beaucoup de douceur ou de tendresse car tout cela est enfoui. Tout va très vite et rien n’est serein. Il y a une sorte de transition de maturité qui est traité, démontrant les failles ouvertes de chaque personnage. L’ensemble de cette communauté improvisée évolue en plein mystère très bien maintenu Cette évolution est symbolisé très facilement par l’énigme propre à ces récits d’apocalypse : qui sont vraiment les survivants ?

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Kennes Editions (8 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 264 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2380754896 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2380754896

ENFIN SEUL ! – 25 août 2021 de Barbara Nascimbeni

Achat : https://amzn.to/3CPi9Yj

Fridou le petit chien se retrouve seul tous les matins, quand sa maîtresse part au travail. « Sois bien sage et n’aie pas peur, je reviens vite », promet-elle au petit chien à la mine éplorée. Mais à peine la porte est-elle refermée que Fridou bondit : « Youpi !!! Enfin seul ! » C’est le début d’une jolie série de bêtises cocasses et jouissives, où le plaisir de la transgression est pour beaucoup…  Comme : dévorer tout ce qui est interdit dans le frigidaire, se déguiser avec les habits de sa maîtresse, inviter ses copains à faire la nouba et même, commander une pizza à la saucisse ! Qui arrivera après le retour de la maîtresse. Oups !

Chronique : Barbara Nascimbeni utilise habilement une situation comique pour présenter aux jeunes lecteurs les questions d’identité de genre et les illustrations simples de dessins animés parodient avec enjouement la variété des expressions animales et des bouffonneries. Ce livre est une histoire fantaisiste d’amour et d’acceptation.Une lecture à deux voix qui encourage la lecture et qui permet de passer un bon moment entre l’enfant et l’adulte. Parents et enseignants vont plébisciter cette histoire qui est vraiment destinée aux jeunes lecteurs en permettant une progressivité des apprentissages. L’histoire est facile à lire pour un enfant et peux donner à l’enfant l’envie de lire. Le texte est très réussies et l’auteur a su reconstitué la vie d’imaginaire d’un chien tout en mettant son récits à la portée de ses jeunes lecteurs. Une grande réussite .

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ SARBACANE; Illustrated édition (25 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 48 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2377316492 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2377316496

Scordatura -16 septembre 2021 de Floriane TURMEAU

Achat :https://amzn.to/3o7ul2g

Sao Mai, 11 ans, est une musicienne prodige. Pourtant, depuis qu’elle utilise le violon noir trouvé chez sa grand-mère, rien ne va plus : ses nuits sont peuplées de cauchemars, et elle a des visions terrifiantes chaque fois qu’elle joue. Achille, triangle de son orchestre et passionné d’ésotérisme, la met en garde : une Ombre la suit partout ! Sao Mai saura-t-elle utiliser son don pour renvoyer l’esprit maléfique d’où il vient ?

Chronique : « Scordatura » est le genre de roman qui plonge dans les esprits, attrape le soleil vif de la mémoire et brille, laisse son odeur sur ses lecteurs, comme un parfum transféré entre amants. Mais dès que vous commencez à mettre des mots, vous titubez et vous êtes désorienté, comme si vous vouliez attraper quelque chose et que vous vous trompiez sur la distance, et que vous sentiez vos doigts se refermer sur rien d’autre que de l’air. C’est un livre d’une beauté et d’un lyrisme soutenus qui fonctionne également comme la mosaïque fracturée d’un roman – raconté par touches rapides et brutales, le tout enroulé dans de vertigineuses boucles de prose. Chaque mot valait la peine d’être savouré, et mon propre souffle semblait s’harmoniser. est un roman à la fois exaltant et épuisant, parfois simultanément. Même si je me jetais avidement sur la page suivante J’ai absolument adoré cette histoire ! Qui n’aimerait pas un livre sur la musique, la magie les histoires effrayantes et l’amitié ! Ne manquez pas celle-ci !

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Poulpe Fictions; Illustrated édition (16 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 168 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2377422152 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2377422159

Fais de beaux rêves… – 15 septembre 2021 de Philip Le Roy

Achat : https://amzn.to/3EUhNl4

Depuis le décès de ses parents, des archéologues excentriques, Joachim vit chez les Russo, une famille d’accueil. Il est en 3e dans la même classe que les jumeaux de la famille. Mais sa seule amie est Wata, une amie imaginaire.

Chronique : Ça pourrait être un début bien banal et pourtant il n’est pas mal du tout ce roman pour ados, même pour l’amateur de romans d’épouvante que je suis.
Qui réussira à terroriser le plus les autres ?
L’intrigue en elle-même est très classique également et respecte les codes du thriller d’anticipation. Cependant là encore l’auteur démontre une grande maîtrise dans la gestion de son intrigue. Le soin de l’auteur et la main ferme pour la caractérisation rendent tous ces très différents protagonistes extrêmement bien, et ils viennent à la vie comme ils interagissent les uns avec les autres, leurs supérieurs.
Une fois commencer ce roman on ne peut tout simplement pas le faire tomber.  L’écriture est très cinématographique, toujours dans l’action mais sans oublier de décrire le magnifique décors brumeux dans lequel les personnages se trouvent. On s’attache vite Joachim . L’ensemble donne un excellent roman pour les adolescents et jeunes adultes.

Note: 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Rageot Editeur (15 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 448 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2700276558

Les aventures inattendues d’Olympe Valoese – 9 septembre 2021 de S. L. PENNYWORTH

Achat : https://amzn.to/2XPj2AV

Et si l’Histoire s’était déroulée autrement ? Historienne, c’était le plan de carrière qu’Olympe Valoese avait formulé. Parcourir les écrits des anciens, comprendre leur manière de penser, établir des chronologies, mettre à jour des faits nouveaux : voilà ce qu’elle voulait faire de sa vie.

Chronique : Avec ce livre nous sommes immergés dans une atmosphère où la mélancolie qui nous touche immédiatement. On baigne dans quelque chose de presque lyrique, comme suspendu dans le temps et dans l’espace,  Un univers streampunk dans sa plus noble définition, à la fois sombre, mais d’une richesse incomparable. La magie et l’histoire en fait partie intégrante, nous faisant voir de la féerie dans tout ce qui nous entoure. Les paysages sont notamment d’un réalisme époustouflant, nous faisant littéralement rêver. Mais le côté obscur est tout aussi fascinant, nous faisant part d’un portrait tout à fait unique. Des personnages exceptionnels à mes yeux, différents de tous ceux que l’on a pu connaître.
Ce roman a tous les ingrédients pour plaire. Tout d’abord, le lieu choisi pour l’intrigue et ses personnages fantastiques, parfait pour ajouter un peu plus de mystères avec des descriptions sont toutes bien détaillées et travaillées. un début de saga où S. L. PENNYWORTH nous offre un récit puissant et touche le lecteur au plus profond de lui-même. S. L. PENNYWORTH nous mène dans les plus sombres recoins de l’âme humaine et de la folie à travers des personnages tous plus fort les uns que les autres et mélanges les thèmes de l’amour et de la haine, la passion et la folie avec une efficacité surprenante et nous offre un diptyque sensationnel.
Une lecture dont nous ne ressortons pas indemne.

Note : 9,5/10

ASIN ‏ : ‎ B0948FF7TP Éditeur ‏ : ‎ 404 Editions (9 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 384 pages ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1032404737

Lilou la licorne : Qui suis-je ? – 9 septembre 2021 de LILOU MACÉ (Auteur), Marie-Rose BOISSON (Illustrations)

Lilou est une petite licorne gracieuse et pleine d’énergie, mais elle se sent différente des autres animaux. Elle ne sait pas qui elle est, ni pourquoi elle est venue sur Terre. Et si une merveilleuse rencontre pouvait l’aider à découvrir qui elle est vraiment ?

Achat : https://amzn.to/3tEwJi1

Chronique : Illustrations : J’ai beaucoup apprécié les couleurs vives utilisées dans ce livre ; la palette est un mélange saisissant de violets, de verts et de bleus. Les lignes étaient également douces et courbes, ce qui a permis à l’histoire de progresser sans inquiétude avec des lignes courbes et les rimes ludiques rappellent au lecteur que tout s’arrangera à la fin.

Les mots : Cette histoire nous parle du changement, de la diversité et parvient à en faire une histoire avec un texte qui est comme une douce ritournelle, où le lecteur peut compléter le refrain qui s’allonge à chaque double page Lilou Macé y ajoute une douceur et une vraie force dans le texte qu’on est bercé par l’histoire.

Ce livre ne m’a pas déçu. LILOU MACÉ &Marie-Rose BOISSON abordent avec brio des sujets importants dans ce livre et, avec les illustrations expressives et adorables, c’est un livre formidable, écrit avec un texte rythmé et optimiste, qui se lit à voix haute et qui est également une lecture importante sur les angoisses et le bien-être mental des jeunes.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Grund (9 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 32 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2324028867 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2324028861

Le second souffle – 25 août 2021 de Gilles Marchand et Jennifer Murzeau

Ulysse, 16 ans, vit avec d’autres sous la coupole protectrice du Centre, dont il n’est jamais sorti. Dehors règne la Bête. L’extérieur est hostile, empoisonné. Les enfants gravement asthmatiques, à la santé précaire, sont encadrés par des médecins.

Achat : https://amzn.to/2X5qurf

Chronique: Gilles Marchand et Jennifer Murzeau ont écrit ce que je pense être l’un des romans de fiction de cette rentrée le plus fort dans l’émotion. Dans Le second souffle Ulysse et Ava.
Ulysse vit dans un centre, dans un monde qui pourrait être le notre dans quelques années. Il est asthmatique, éduqué un minimum, il subit de nombreux examens de santé au fil des années. Il n’a pas le droit de sortir du centre car l’air extérieur est vicié, une bête rode… Il a deux amis, et il s’est fait la promesse qu’un jour il partirait du centre avec eux.

Parlant ouvertement et franchement des problèmes de santé , de l’adolescence , de l’amitié et de la famille. Ce livre, cependant, intègre si bien deux intrigues. C’est un livre jumeau de tant de façons un peu abominables. De toute façon les parcelles sont construites ensemble clairement. Le lecteur sent l’accumulation qui a besoin d’une libération. Une telle journée pour tous les personnages! On est sur le point de pleurer tant de fois à cause d’émotions intenses dans l’histoire d’Ulysse, mais l’autre moitié nous touche aussi. Ce livre traitait du désordre que la vie peut être, de la valeur de soi, de l’amour, de la religion, de l’amitié, du concept de famille, des esprits et bien plus encore, un livre dur mais sublime. Ce qui étonne également, c’est la violence de l’histoire, alors qu’elle est destinée à des adolescents. Les protagonistes ont beaux être des ados rien ne leur est épargné de la cruauté et de la barbarie . L’intrigue ne cesse de monter en puissance, enchaînant les révélations et les rebondissements à un rythme effréné. Impossible pour le lecteur de rester de marbre, tant les personnages sont crédibles et attachants . L’écriture est simple, épurée et les pages se tournent sans difficulté. Ces glissements furtifs dans l’étrange n’enlèvent rien à une réflexion juste sur le difficile passage à l’âge adulte.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Rageot Editeur (25 août 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 304 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 270027671X ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2700276718

Un sort si noir et éternel – 8 septembre 2021 de Brigid Kemmerer

Un soir, dans les rues de Washington, Harper, 17 ans, est témoin d’une tentative d’enlèvement. Faisant fi du danger, la jeune femme, partiellement handicapée, s’interpose. Mais le kidnappeur lâche sa première proie et, après avoir maîtrisé Harper, l’emmène avec lui…

Achat : https://amzn.to/2VqlvRh

Chronique : L’une des principales difficultés de la fantasy YA est le rythme. Soit on nous donne beaucoup trop de détails (lenteur, déversement d’informations), soit on nous laisse avec un monde vague construit sur de petits détails qui nous entraîne à un rythme effréné (toute l’action, sans pauses). A Curse So Dark and Lonely a été une bouffée d’air frais. Il n’a pas semblé précipité, ni prolongé, ni sous-développé. Au risque de ressembler à un autre conte populaire, c’était juste ce qu’il fallait.

Suivre Harper, une jeune fille atteinte de paralysie cérébrale et dont l’histoire est intrigante, et Rhen, le prince/la bête, c’était chouette. Cela aurait été une chose de suivre Harper du début à la fin – elle est amusante, je ne l’ai pas trouvée irritante ou trop clichée – mais l’introduction d’un second point de vue en la personne de Rhen a vraiment aidé ce livre à se démarquer. Les parties de Rhen étaient instructives, étonnamment drôles d’une manière morbide (les façons dont il a essayé de contourner la malédiction en mourant de manière inventive sont hilarantes), et un contrepoids agréable à la prémisse limite stéréotypée de Harper. Kemmerer a dû travailler avec le concept de « Une fille est transportée de notre monde à l’autre », et donc les quelques tropes qui devaient exister pour rendre cette intrigue viable étaient présents. Le conflit lié à la vie qu’elle a laissée derrière elle, son désarroi face à la situation, ses émotions, etc. Kemmerer fait un travail fantastique pour garder cette histoire divertissante malgré le concept fatigué, mais je dois admettre que j’ai été ravie d’avoir le point de vue de Rhen interrompant occasionnellement celui d’Harper, car cela a) a permis à l’intrigue d’avancer et b) a donné au livre un sentiment de fraîcheur et de nouveauté au sein des tropes du genre.

Autres points positifs : Grey (le commandant de la garde de Rhen et le précieux petit pain à la cannelle), les interactions saines entre Harper et les habitants du royaume d’Emberfall, la représentation de la paralysie cérébrale (et les interactions A+ des personnages qui l’entourent), la croissance de Rhen, l’implication surprenante des tactiques militaires et des intrigues de la cour, l’allusion à un triangle romantique SANS que cela ne devienne un triangle amoureux, et l’humour.

Lecture recommandée pour ceux qui aiment la fantasy YA avec un peu de tout et qui n’ont pas peur de revisiter des tropes communs, des personnages bien développés et un peu d’humour avec leur fantasy.

De plus, Grey est mon précieux et je le veux en toutes choses. Il faut espérer que le travail préparatoire de cette première série mène à la fin heureuse que je souhaite pour Grey, car OUI, cela rendrait cette histoire tellement meilleure.

La chose la plus importante que cette histoire réussit à faire est que son récit et ses conflits aient un sens. Cela semble tellement évident, mais le plus souvent, beaucoup de livres de fantasy ne sont pas à la hauteur à cet égard. Ce faux pas affecte tout, rendant difficile la compréhension des personnages et de leurs actions ultérieures. Ici, tout se tient. Par conséquent, tous les choix difficiles qui suivent sont authentiques et crédibles.

J’ai aussi particulièrement apprécié l’histoire d’amour. Beaucoup de romans jeunesse se précipitent sur cette partie, la rendant superficielle et instantanée. Mais cette histoire prend vraiment son temps. Les deux personnages principaux sont tous deux prudents, ayant été blessés et déçus de nombreuses fois auparavant. C’est une satisfaction et une joie de voir leur partenariat se développer lentement, avant de se transformer en quelque chose de plus.

Ce que j’aime le plus dans la lecture, c’est qu’on ne sait jamais comment un livre peut nous surprendre. En lisant ce livre, je savais qu’il serait amusant et excitant, voire un peu romantique. Mais il s’est avéré être bien plus que cela. Quelque chose dans cette histoire magique m’a vraiment parlé et a illuminé ma journée au moment précis où j’en avais le plus besoin.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Rageot Editeur (8 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 704 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2700276442 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2700276442

The last one to die – 16 septembre 2021 de Cynthia MURPHY

Elle pensait vivre le meilleur été de sa vie… ce sera peut-être le dernier.

Niamh, 17 ans, a travaillé comme une dingue pour pouvoir se payer des cours d’été dans la plus grande école d’art dramatique de Londres. Elle s’imagine découvrir une ville accueillante mais se heurte à une ambiance glaçante : de nombreuses jeunes filles, dont ses nouvelles amies, se font violemment agresser. Toutes ont le même profil, celui de Niamh… qui va se retrouver au coeur
du plus effrayant des films d’horreur !

Achat : https://amzn.to/3BU70Vr

Chronique : Niamh se rend d’Irlande à Londres pour suivre des cours de théâtre. Elle espère y apprendre de nouvelles techniques de jeu et se faire de nouveaux amis. À son arrivée, elle se lie d’amitié avec Sara et change de dortoir avec elle, mais peu après, Niamh découvre que Sara a été sauvagement assassinée dans sa chambre. Ce qui suit est une série d’attaques sinistres sur des jeunes femmes. Le fait que les victimes aient toutes un lien avec Niamh et lui ressemblent étrangement rend la situation encore plus inquiétante.

Pour se distraire, elle se consacre entièrement à son stage dans un vieux musée victorien. Le passé meurtrier et surnaturel du musée joue un rôle important pour Niamh, de même que le rôle de Jane (qui était une personne réelle), ce qui la met mal à l’aise car elle présente également une ressemblance frappante avec Niamh. Lorsqu’elle se lie d’amitié avec le mystérieux et magnifique collègue Tommy, ils s’entendent bien et la possibilité d’une romance semble être la distraction bienvenue dont elle a besoin. Les sombres secrets de Tommy l’amèneront-ils à être blessée de plus d’une manière, y a-t-il un lien surnaturel entre le tueur en série du passé et celui du présent, et le meurtrier frappera-t-il à nouveau et fera-t-il de Niamh sa prochaine victime ?

Ce livre est vraiment superbe car c’est une histoire captivante et pleine de suspense qui m’a accrochée dès le premier chapitre. J’ai aimé la disposition des chapitres qui sont relativement courts, ce qui a permis de garder le rythme et d’augmenter la tension de l’intrigue. La combinaison d’une histoire criminelle moderne, d’un tueur en série victorien et d’un contexte historique a ajouté des dimensions différentes au récit. Niamh est indépendante, forte et va au bout de ses rêves, ce qui fait d’elle un point central intéressant de l’histoire. J’ai été ravie que Niamh soit originaire d’Irlande et qu’elle ait des traits de caractère, un argot et un passé irlandais. J’ai trouvé que cela contribuait à étoffer le personnage et à donner de la profondeur à sa personnalité. Le seul inconvénient est que certains moments de danger pour Niamh semblaient se résoudre trop facilement, mais dans l’ensemble, c’est un thriller bien exécuté avec une touche de surnaturel.

Les personnages avec lesquels Niamh interagit sont tous chaleureux et, à la fin du livre, j’avais personnellement l’impression qu’ils étaient mes amis. Je leur ai fait confiance, je les ai aimés, je les ai adorés, mais aurais-je dû leur faire confiance à tous ?

De la vibrante couverture de Jamie Gregory à la toute dernière page, Le dernier à mourir est d’une qualité époustouflante ! Le récit est si complet que vous tirerez plus de profit de la lecture de ce livre que de la recherche de votre chemin dans Londres sur Google Map ! Cela renforce l’atmosphère, cruciale pour ce livre, où le folklore anglais se fraye un chemin à travers les pages !

Si vous aimez les livres captivants avec un protagoniste plein d’esprit et de force d’âme, remplis de suspense, de cliffhangers en fin de chapitre et d’un tueur rôdant sur les pages et causant plus que de simples coupures de papier, alors ce livre est fait pour vous ! La fin m’a touché à la jugulaire ! Je ne m’attendais pas à ce que le livre se termine comme il l’a fait, wow !

Note : 9/10

Éditeur ‏ : ‎ Slalom (16 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 272 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2375543017 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2375543016