Astérix – Astérix et le Griffon – n°39 Relié – Illustré, 21 octobre 2021

Achat : https://amzn.to/3b26lpK

Astérix, Obélix et Idéfix sont de retour pour une 39e aventure. Accompagnés du plus célèbre des druides, ils s’apprêtent à partir pour un long voyage en quête d’une créature étrange et terrifiante.

Chronique : 39e album des aventures d’Astérix et Obélix et 5e album sous la direction de Ferri/Conrad, « Astérix et le griffon » nous embarque pour un long voyage à la recherche du griffon, animal fantastique et créature mythologique représentée avec un corps d’aigle et de lion. Figurez-vous que la dernière idée de César est de capturer le griffon… vaste programme !
Nous voilà escortés dans une contrée froide, en pleine steppe, où les habitants comptent sur Astérix, Obélix et Panoramix pour les aider à repousser l’invasion des Romains. Ce sera un voyage semé d’embûches mais il ne faudra pas compter cette fois sur la potion magique (je vous laisse découvrir pourquoi), ni sur Idéfix bien occupé à s’amuser.

Pour cette nouvelle aventure, Jean-Yves Ferri offre un scénario qui bouscule certaines idées et Didier Conrad de belles planches colorées malgré un paysage enneigé. Le scénario tient la route, il colle davantage à l’actualité avec des clins d’oeil pas seulement à Tintin au Tibet mais à des personnages de notre époque, des situations actuelles.
La critique négative est très facile et n’est pas Goscinny et Uderzo qui veut mais leurs successeurs proposent une BD correcte où l’humour reste présent. N’est-ce pas l’essentiel ?

Éditeur ‏ : ‎ Editions Albert René; Illustrated édition (21 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 48 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2864973499 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2864973492

Fangs -23 septembre 2021 de Sarah ANDERSEN

Achat : https://amzn.to/3aZlAPW

Lorsqu’Elsie et Jimmy se rencontrent dans un bar, c’est le coup de foudre. S’engage alors une relation amoureuse tout ce qu’il y a de plus classique. Enfin, classique…

Chronique: À la base de ce livre, il s’agit d’une simple histoire de deux personnes tombant amoureuses, qui se trouvent être surnaturelles,

Il traite des bizarreries d’un vampire et d’un loup-garou vivant une vie normale au 21e siècle et de la façon dont cela affecte les petites choses quotidiennes de leur relation. Certains des scénarios imaginés par ces deux-là sont tout simplement hilarants. J’ai compté et j’ai ri aux éclats 18 fois en lisant ce livre. Je n’ai pas l’habitude de rire en lisant et cela m’a surpris. Non seulement c’est hilarant mais ce livre apporte une approche de tranche de vie au genre de la romance paranormale.

Lorsque j’ai commencé à lire ce livre, j’ai d’abord été surprise par la décision de Sarah Anderson d’écrire un roman d’amour pour adultes, avec ses sous-entendus sexuels et ses thèmes pour adultes. Je me suis rapidement adaptée et j’ai plutôt apprécié. C’est une excellente addition à la bibliographie d’Andersen, avec ses racines.

Ce roman est addictif et tellement facile à digérer. L’histoire est présentée de manière non-continue, par petits chapitres. La relation entre Elsie et Jimmy est tellement excentrique et mignonne. Non seulement ils ont une grande chimie qui brille sur la page, mais ils ont aussi un grand badinage. J’aime un bon badinage dans une romance. Une chose que j’ai particulièrement appréciée, c’est que l’histoire ne se concentre pas sur l’aspect paranormal de l’histoire, j’ai senti que l’aspect « tranche de vie » m’a permis de m’identifier immédiatement aux personnages et de les apprécier. Cela a ancré leur romance dans la réalité.

Mon seul reproche est que j’aurais aimé qu’il soit plus long. Je l’ai jeté en l’air et maintenant il m’en faut plus. J’aimerais qu’Andersen sorte de son format d’histoire par page et qu’elle propose des chapitres plus longs et plus de panneaux.

C’est très court et pas compliqué, mais on retrouve tout le flair des romans graphiques et des bandes dessinées de Sarah Andersen. C’est l’histoire d’une romance entre un loup-garou et un vampire (d’où l’intérêt de ma fille, qui aimerait avoir un petit ami loup-garou et qui a dit de mon roman de fantasy urbaine « bien, mais pas de loups-garous ». Elle plaisantait surtout) et est raconté en vignettes de la taille d’une page. Certaines d’entre elles m’ont fait rire aux éclats et d’autres étaient tout simplement adorables. Il s’agit plus d’une collection de bandes dessinées que d’un roman graphique, mais il y a un arc narratif fort qui empêche que ce soit juste une collection de blagues isolées. Cela fonctionne très bien pour ce que c’est.

Note : 9,5/10

ASIN ‏ : ‎ B0948Y3D7G Éditeur ‏ : ‎ 404 Editions; Illustrated édition (23 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 120 pages ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1032404850

L’Incroyable histoire des animaux – 14 octobre 2021 de Karine Lou matignon (Auteur), Jacques-olivier Martin (Dessins)

Achat : Savez-vous que les loups et les hommes se sont apprivoisés ? Que les ânes sont à l’origine des tout premiers échanges commerciaux ? Que les chevaux ont rendu possibles les conquêtes et les empires ? Les animaux n’ont pas fait que subir l’histoire ; ils y ont joué un rôle essentiel.

Chronique : Cette BD pleine d’intelligence revient sur l’histoire des animaux. Cet ouvrage est parsemé de nombreux faits étonnants : pourquoi les chats ont-ils été déclarés diaboliques au Moyen Âge ? Qui sait qu’un mouton, un coq et un canard ont été les passagers du premier vol dans le ballon des frères Montgolfier ? Qu’une chienne a ouvert la conquête de l’espace, quatre ans avant Youri Gagarine ? Les auteurs savent nous montrer à travers un enchainement chronologique qui fonctionne de bout en bout ce que les animaux ont fait dans l’histoire. Que de richesse d’informations, au point que souvent on le sait. Bien écrit, le récit est rondement mené et permet de passer un bon moment de lecture. Très bon divertissant à lire.

Note : 9,5/10

ASIN ‏ : ‎ B07YTD3C9L Éditeur ‏ : ‎ Les Arènes (14 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 162 pages

Amelia Woods – Tome 01: Le Manoir de Lady Heme – 22 septembre 2021 de Carole Breteau et Morgane Lafille

Achat : https://amzn.to/3j4ENU

Angleterre, veille du XXe siècle, un manoir isolé au cœur d’une baie de carte postale. Amélia, jeune femme férue de rationalisme est venue pour étudier les oiseaux, s’éloignant de Londres et de son père, universitaire trop protecteur. Depuis le décès de sa mère, elle ne peut toucher autrui sans être assaillie par des flashs, des bribes de futurs étrangers, des émotions qui ne lui appartiennent pas et dont les irruptions la déstabilisent de plus en plus.

Chronique : Ce premier tome d’une cinquantaine de pages est prometteur. L’intrigue se pose rapidement et on s’attache très vite à Amélia qui est un peu perdue dans cette maison.

Les pages se tournent toujours aussi vite et avec le sourire. On ne doute pas que le public rigole et soit prit par le récit avec les bons mots trouvés par Carole Breteau . Une histoire qui commence tout en douceur pour continuer avec des courses poursuites… On ne s’ennuie jamais grâce au superbe dessin de Morgane Lafille et le petit plus, c’est qu’on parle de l’importance de la famille. La vérité est peut-être ailleurs parfois mais souvent elle peut se trouver dans le cœur . La trame de l’histoire n’est qu’un fil conducteur et secondaire. Ce qui tient le devant de la scène, ce sont cet univers enchanteur d’un pays magique. Les dessins sont beaux, expressifs, fournis, et la colorisation a des teintes douces et lumineuses. L’alliance des auteurs est une belle réussite. Une bd qui devrait en séduire plus d’un. Magie et amitié sont les mots clés de cette aventure. Au final, lorsqu’on referme l’ouvrage, on a juste envie de lire la suite.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Vents d’Ouest; Illustrated édition (22 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 56 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2749309492 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2749309491

Par la forêt – 13 octobre 2021 de Jean-Christophe Chauzy et Anthony Pastor

Achat : https://amzn.to/3vcojiq

Là où l’asphalte s’arrête, là où les sentiers s’effacent, là où les joggeuses se perdent… C’est au coeur de la forêt que vont s’entrecroiser les trajectoires d’une mère dont la fille unique a disparu et celles d’une jeune policière qui ne veut pas se résoudre à clore l’enquête. Dans ce roman graphique hypnotique, Jean-Christophe Chauzy et Antony Pastor explorent les lisières de notre société : les marginaux qui choisissent la rupture et les citoyens des banlieues pavillonnaires qui finissent par se dissoudre à force d’anonymat. Un magnifique portrait d’un monde qui déshumanise à force de consumérisme et de conformisme.

Chronique : Après série « No War » Anthony Pastor est de retour et nous offre une bande dessinée a la saveur d’un roman d’Agatha Christie ou de Patricia Highsmith. Le design de Par la foret est similaire à celui d’un vrai pétrolier mélangé à des éléments d’un paquebot de croisière, ce qui donne l’impression d’être un mystère meurtrier dans une histoire de type paquebot de croisière !

L’art de Pastor est excellent et on adore la façon dont il présente cette histoire bien intrigante . Avec Jean-Christophe Chauzy au dessin,beaucoup de pages se distinguent visuellement. Ses choix vibrants, dérangeants et accrocheurs pour l’espace coloré et la direction étrange dans laquelle cette histoire s’engage vers la fin la rend si spectaculaire.

Par la forêt a l’atmosphère menaçante des films mêlés à un mystère policier presque traditionnel de type Poirot et parsemés de moments d’horreur à la Stephen King – c’est une combinaison aussi enivrante que ça en a l’air ! L’histoire commence lentement, mais récompense le lecteur patient au fur et à mesure qu’il prend de l’élan en vue d’un final cinématographique.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ CASTERMAN; Illustrated édition (13 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 160 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2203218320 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2203218321

Défense d’entrer! BD T03: À bas les traîtres! – 1 septembre 2021 de Caroline Héroux (Auteur), Lisette Morival (Avec la contribution de), Aurélie Guarino (Dessins)

Achat : https://amzn.to/3ETCr4G

Quelle drôle de rentrée! Lolo se fait de nouveaux amis rigolos, mais surtout il rencontre des difficultés qu’il n’avait pas imaginées. Au collège, c’est un peu comme si tout le monde trahissait tout le monde! Et au moment où tout semble s’arranger… une catastrophe vient bouleverser la vie de la famille. Lolo en bave dans cette nouvelle aventure. Mais nous… ça nous fait bien rire!

Chronique : Cet bd est l’adaptation du roman du même nom de Caroline Héroux, la plume de Lisette Morival surprendra les jeunes lecteurs qui pensaient lire une histoire de de gags, bien que c’est le sujet il creuse ici une belle histoire qu’il développe sur le long de la bd
Une BD surprenante qui explique en douceur et permet une réflexion sur l’amitié et la fraternité plutôt saine pour éviter parler de la vie scolaire.

Les illustrations en couleurs sont exceptionnelles sur les expressions des personnages, du fait du trait caricatural, ce qui va vous valoir des crises de fous rires !
Si vous souhaitez vous amuser intéressez-vous d’abord à ce personnage de lolo mal assorti qui vous montrera ce qu’il vous attend…
Vous avez soif de mésaventures… euh, d’aventures très marrantes avec des personnalités complètement décalées, cette bande dessinée est pour vous !

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Kennes Editions; Illustrated édition (1 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 48 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2380754837 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2380754834

Bon chien T03 – 8 septembre 2021 de Lapuss’ (Avec la contribution de), Tartuff (Avec la contribution de), Baba (Dessins)

Achat : https://amzn.to/3o44KXZ

Fidèles, affectueux et joueurs, les chiens illuminent le quotidien de leurs maîtres. Il faut cependant avouer que nos chers toutous se montrent aussi parfois un peu balourds et qu’ils provoquent, sans le vouloir, bien des catastrophes autour d’eux. Lapuss’ l’a bien compris. Après nous avoir délivré les pensées diaboliques de nos amis félins, il s’associe avec Baba et Tartuff pour vous raconter le quotidien haut en couleur d’un toutou un peu gaffeur. Découvrez vite ce spin-off de Putain de chat qui a du chien !

Chronique : J’adore les chiens, les chats et.. la série Putain de Chat de Lapuss’
Fidèles, affectueux et joueurs, les chiens illuminent le quotidien de leurs maîtres. Il faut cependant avouer que nos chers toutous se montrent aussi parfois un peu balourds et qu’ils provoquent, sans le vouloir, bien des catastrophes autour d’eux. D’un point de vue esthétique, nous sommes sur la même ligne directrice que Putain de Chat. Les anecdotes sont en noir et blanc. Les traits sont fins et simples. Il y a peu de décor et de détails. Encore une réussite avec cette lecture qui m’a fait passer un agréable moment.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Kennes Editions; Illustrated édition (8 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 64 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2380754888

Médée, l’intégrale – 1 septembre 2021 de Blandine Le Callet et Nancy Peña

Achat : https://amzn.to/3lDPWfV

Qui Médée était-elle vraiment ? Une mère aimante et une amoureuse assumant ses désirs, que sa passion finit par égarer ? Une femme libre refusant la tyrannie des hommes ? Une barbare venue semer la confusion dans le monde civilisé des Grecs ?

Chronique : Passionné d’histoire et de littérature gréco-romaine,de mythologie,et de BD j’ai fortement apprécié de trouver dans la grotte quand elle rédige ses mémoires la reproduction à peine ébauchée sur les cratères et autres hydries de peintures datant de 300 ans av JC dont certaines sont visibles au Louvre comme le meurtre de son fils ou Médée triomphante sur son char tiré par des dragons(musée de Cleveland). On voit également Jason,Médée, le serpent et la toison d ‘or.(Je suis également féru de céramiques et de mosaïques).

Ici nous sommes face à une sorte de biographie d’une, d’abord adolescente puis jeune femme, qui dans une époque où la masculinité est de mise fait des choix profondément modernes. Je ne ferai pas de la psychanalyse à deux balles mais l’on peut se poser des questions ou plutôt avoir des réponses quand on voit le père de la jeune fille, dans le genre castrateur y a pas mieux. Bon ceci n’explique sans doute pas cela mais cela pose un contexte que les auteures montrent bien par petites touches dans cette BD intelligente et non seulement divertissante mais grâce à laquelle on apprend pas mal de choses.

Franchement, cette série est une réussite, tant au niveau du récit que des dessins. Tout est en finesse et en subtilité, alors que le sujet s’y prêtait difficilement. Médée est un personnage tant haï, tant craint (le comble de l’horreur, le symbole même du mal féminin) qu’il semblait impossible d’en dresser un tableau aussi beau, aussi sensible, aussi triste. Merci infiniment à Blandine Le Callet et Nancy Peña d’être sorties de manière aussi magistrale des sentiers battus.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ CASTERMAN; Illustrated édition (1 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 320 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2203186135 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2203186132

Lucien et les mystérieux Phénomènes : Sorcière ! 15 septembre 2021 de Horellou Alexis/le Lay Delphine (Auteur), Alexis Horellou (Couleurs, Dessins), Delphine Le Lay (Couleurs, Writer)

Achat : https://amzn.to/3lFq3MU

Lucien, Violette et leurs copains partent en voyage scolaire dans un vieux château au coeur d’un cadre naturel magnifique. Les enfants y suivent des ateliers éducatifs sur la biodiversité, l’histoire du domaine et ses légendes.

Chronique : La couverture, avec ses enfants m’a tout de suite intriguée. Et je dois dire que l’histoire, qui m’a beaucoup plu, a pris une tournure quelque peu inattendue. D’ailleurs, je préfère vous prévenir tout de suite, si c’est une histoire de fantômes que vous cherchez, vous risquez d’être quelque peu déçus, le fantastique n’étant présent que par petites touches…

L’autrice nous propose ici un récit plein d’émotions et d’intelligence qui aborde des thèmes divers et variés : le harcèlement scolaire ou du moins, le mal-être infantile qui entraîne des comportements problématiques, le chômage pouvant fragiliser une famille, la difficulté de s’intégrer, notamment pour deux enfants qui arrivent dans une école où tout le monde se connaît…

Mais ce qui fait surtout le charme de cette BD, du moins pour moi, c’est sa portée écologique et la force des liens et des échanges intergénérationnels entre un homme qui a choisi de rester caché afin de pouvoir vivre selon ses convictions et deux enfants qui vont bouleverser son quotidien.

Au-delà de l’univers mystérieux, il y a aussi d’autres thèmes abordés comme le racisme et le harcèlement. C’est fait de manière subtile, mais percutante. De quoi interpeller les plus petits et les plus grands. Les planches sont très bien réalisées ; elles donnent envie et sont en raccord avec l’univers. J’ai passé pour ma part un très bon moment en compagnie des personnages. La lecture est rapide, mais elle a un bon rythme. Le suspense est bien travaillé, de cette façon on ne décroche pas de notre lecture facilement. À la fin de la BD, il y a aussi des petites activités à réaliser dans un style écologique et je trouve ça super d’intégrer lecture et divertissements manuels au même endroit.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ CASTERMAN (15 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 96 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2203221771 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2203221772

How I live Now: Maintenant, c’est ma vie – 8 septembre 2021 de Lylian et Christine Circosta d’aprés Meg Rosoff

Achat : https://amzn.to/3EuAZFz

Elisabeth préfère qu’on l’appelle Daisy. Au prétexte de la guerre qui s’annonce, cette new-yorkaise de 15 ans en conflit avec son père et sa nouvelle compagne est envoyée au fin fond de la campagne anglaise, chez une tante et des cousins qu’elle ne connait pas. Edmond, Piper, Tante Penn, Isaac et Osbert l’accueillent avec une gentillesse désarmante et ce nouveau cadre familial déstabilise Daisy avant de la charmer, lui faisant presque oublier la mort de sa mère..

Chronique : Cette adaptation en bd du roman de Meg Rosoff de I how i live now est excellent à bien des égards. L’intrigue est bien construite, Daisy racontant son histoire depuis le futur en laissant échapper des indices inquiétants par le biais de la préfiguration. Certains critiques se plaignent de la grammaire unique de Daisy, de la structure erratique de ses phrases et des majuscules aléatoires, mais je pense que le style choisi par les auteurs pour son anti-héroïne renforce la confusion dans l’esprit de Daisy ainsi que le chaos de la guerre. Les circonstances entourant la guerre sont étrangement pertinentes pour le type d’attaques virales non structurées auxquelles le monde est confronté aujourd’hui, et l’attitude initialement blasée des cousins envers un ennemi apparemment distant est réaliste. Bien que j’aie été désorientée par le saut narratif entre le sauvetage de Daisy et six ans après la guerre, j’ai trouvé la conclusion satisfaisante et puissante – même si je savais que la famille me manquerait dès que j’aurais tourné la dernière page.

Tout d’abord, un livre d’un énorme lyrisme et d’une grande poésie – sur les gens, les paysages, les relations et les sentiments. Deuxièmement, un livre sur un groupe d’enfants qui vivent une aventure, le voyage étant une partie importante de cette aventure. Troisièmement, c’est un livre qui parle de la guerre, de la mort, de la peur, de la perte et de la souffrance humaine et animale, mais de manière quelque peu atténuée. De temps en temps, on en parle, mais la plupart du temps, on ne le voit qu’en deuxième ou troisième main bravo à Christine Circosta pour ses dessins si beaux. Un léger brouhaha en arrière-plan. Quatrièmement, il s’agissait d’un livre sur le réalisme magique, avec des personnages qui ne correspondaient pas tout à fait à la réalité (Edmund fumait et conduisait une voiture. Vraiment, le pouvait-il ? Je ne pense pas.) Et Daisy et lui communiquaient dans un état de rêve, même lorsqu’ils étaient séparés par des kilomètres, et l’anorexie de Daisy était traitée comme une légère faiblesse plutôt que comme quelque chose de sérieux. Donc, c’était un peu étrange.

J’étais assez accro à la lecture de cette bd, et j’ai eu du mal à le lâcher. Pour moi, c’était une histoire étrange, assez différente de ce que je lis habituellement, mais elle était heureuse, triste, enchanteresse et captivante. Mais c’était joyeux, triste, enchanteur et captivant. Par-dessus tout, j’ai gardé le goût de la chaleur et de l’affection entre les personnages, et les belles qualités lyriques de l’écriture et du dessin. J’ai trouvé que c’était une excellente lecture.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Glénat BD; Illustrated édition (8 septembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 144 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2344013725 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2344013724