How it Ends : Explication de la fin ! Est-ce la fin du monde ?

Si vous souhaitez connaitre l’explication de la fin, lisez la suite ! Pour un film dont le titre traite de la fin, le final de How it Ends est étonnamment vague. Le thriller d’action de Netflix suit Will et Tom dans leur voyage à travers le pays pour sauver leur femme et leur fille, respectivement, d’un mystérieux événement apocalyptique qui balaie la nation.

Au cours de leur voyage, ils se heurtent à un manque de ressources de base et de décence humaine, alors que chaque personnage s’accroche à sa propre survie. À la fin de How it Ends, Will et Samantha se réunissent et jurent de ne plus jamais se quitter mais l’apocalypse est toujours là. La question que tout le monde se pose est donc la suivante : Will et Samantha survivront-ils à How it Ends ? On vous dit tout concernant la fin de How it Ends !

Explication de la fin de How it Ends

A la fin de How it Ends, Will finit par retrouver Sam, se rendant dans un Seattle recouvert de cendres pour découvrir qu’elle a laissé un mot pour lui griffonné sur le côté de leur appartement. Il la trouve dans la maison de Jeremiah. Jeremiah a l’air de manigancer quelque chose, et il n’aime pas Will. Will a des soupçons et, après une conversation tendue dans les bois, il tue Jeremiah. Au moment où il le fait, une explosion se produit à proximité. Puis, Will fait monter Sam dans la voiture et ils partent, une énorme explosion les suivant de près.

How It Ends sur Netflix a, ironiquement, une fin déroutante. Will et sa fiancée Sam, enceinte, montent dans leur voiture, une Jeep à quatre roues volée à une autre famille, et partent vers le soleil couchant. C’est comme Thelma & Louise à l’envers : Au lieu de se jeter d’une falaise, ils dérapent devant une ville qui explose.

Leur avenir est incertain. L’explosion de la ville est incertaine. La grossesse de Sam, un point majeur de l’intrigue pendant au moins 15 minutes du film, est incertaine. En fait, toute leur relation est incertaine, étant donné que quelques minutes auparavant, un autre personnage a insinué que lui et Sam avaient couché ensemble. How It Ends est un film de fin du monde sans fin narrative réelle.

how it ends fin

Le fait que la catastrophe ne soit jamais précisée est peut-être le but du film : lorsque le monde prendra fin, nous ne remarquerons peut-être pas que l’apocalypse est en train de se produire.

La fin de How It Ends peut signifier plusieurs choses. Elle pourrait signifier que How It Ends se prépare pour une suite. Cela pourrait signifier qu’il s’agit d’une simulation où la violence individuelle déclenche des catastrophes climatiques, ce qui en fait un récit édifiant. Cela pourrait signifier que c’était vraiment la fin du monde, mais que nous n’avons pas pu voir Will et Sam mourir à l’écran.

L’actrice Kat Graham a déclaré en interview qu’elle pense que la fin est censée être ouverte parce que la fin du monde est ouverte. On ne sait pas ce qui va se passer. « Elle pourrait être ouverte ou s’arrêter là, et je pense que c’est ce qui rend ce film si spécial », a-t-elle déclaré.

Quel que soit le côté de l’argument de la conclusion auquel vous appartenez, il y a beaucoup à disséquer dans le film. Que vous soyez un réaliste révisant frénétiquement ses propres plans en cas d’apocalypse ou un romantique ayant des visions de la future famille de Will et Samantha, How It Ends offre une fin à laquelle beaucoup ne cesseront de penser.

Djinn Intégrale tome 1 et 2 de Jean-Louis Fetjaine

Achat : https://amzn.to/3xf0ytf

1130, Princée d’Antioche, au nord de l’actuelle Syrie. Fille du roi Baudouin de Jérusalem, la princesse Alix s’apprête à accoucher en secret d’un enfant illégitime, fruit de ses amours avec le connétable Renaud Mazoir. Alors que le sort du nouveau-né paraît scellé, son père arrive à temps pour le sauver.

Chronique : Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en lisant le résumé de cette histoire: on y parle à la fois de chevaliers, de croisades, de Moyen-Orient, de djinns et de sectes des assassins. Ça fait beaucoup d’univers à priori différents et souvent séparés dans les livres. Du coup, j’avais un peu peur de me perdre dans ma lecture.

Ça n’a pas été le cas. Malgré une intrigue assez complexe mêlant religion, folklore oriental et politique, j’ai quand même réussi à suivre le destin de la plupart des personnages de cette histoire. Ce qui n’est pas facile, parce qu’il y en a beaucoup et qu’ils sont tous très différents. D’ailleurs, là dessus, je suis frustrée: il aurait fallu développer plus la psychologie de tout un tas de personnages qui pouvaient être plus qu’intéressants. Là, on ne fait qu’effleurer leur histoire! J’aurais aimé voir grandir Fahd et Martin, comprendre leurs apprentissages, écouter un peu plus Saïf parler de sa vision du monde qui est très intéressante et qui ne prend que quelques pages de discussion. Les personnages de Zengi et Bernard de Valence ne sont pas assez montrés en action pour moi (oui parce que bon, j’aimerais bien comprendre pourquoi plusieurs personnages ne les apprécient pas!).

Et Alix, parlons d’Alix! C’est un personnage féminin destructeur, avec des motifs qui lui sont propres, qui suit son chemin dans un monde d’hommes où elle refuse d’être un pion. Ca, on le comprend bien. Le livre étant petit, c’est le côté relation magique avec le djinn qui est privilégié. Du coup, on est moins au clair sur ses motivations: est-ce qu’elles diffèrent de celles du djinn? Se remet-elle parfois en question ou reste-t-elle dans la rage?

Le monde de la magie oriental est bien décrit dans un chapitre, puis moins après, puisqu’on se concentre à nouveau sur la politique et les conquêtes, puis la religion,etc. Je suis bien d’accord que l’histoire de la Terre Sainte est des plus complexes, mais justement, ça mériterait d’être plus détaillé, plus approfondi, encore plus ancré dans une histoire et des coutumes.

En gros, ce livre va trop vite. Il y a énormément de choses intéressantes dedans, mais tous les sujets ne sont pour moi qu’effleurés. Je suis sûre qu’il y a un gros potentiel dans l’histoire que l’auteur a trouvée… Mais il faudrait plus qu’un livre pour lui permettre de développer le sujet..

Éditeur ‏ : ‎ Pocket (25 février 2022) Langue ‏ : ‎ Français Poche ‏ : ‎ 569 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2266313878 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2266313872

Plan de lutte contre les violences sexistes et sexuelles (VHSS dans le spectacle vivant) du ministère de la Culture

Le ministère de la Culture étend son action contre les violences sexistes et sexuelles (VHSS) par la publication de son Plan de lutte contre les violences et le harcèlement sexistes et sexuels dans le spectacle vivant. qui s’articule autour de 3 grands principes :

1 • Des obligations renforcées en matières de lutte contre les VHSS pour tous types de structures du spectacle vivant recevant des aides du ministère de la Culture

2 • Des moyens d’évaluation des actions engagées

3 • Un parcours de formation avec une prise en charge financière facilitée par l’AFDAS

-> Ainsi, à partir de janvier 2022, tous types de structures (structures labellisées, lieux non labellisés mais soutenus par le ministère de la Culture, festivals soutenus par le ministère, équipes artistiques et compagnies, etc) dont les fonds proviennent intégralement, partiellement ou ponctuellement de financements publics devront justifier de cinq actions en lutte contre toute discrimination ou harcèlement d’ordre sexuel et sexiste :

  • 1 • Être en conformité avec les obligations du code du travail en matière de santé, de sécurité et de harcèlement sexuel 2 • Créer un dispositif interne de signalement efficace et traiter chaque signalement reçu 3 • Former dès 2022 la direction, les encadrants, la DRH et les personnes désignées référentes au recueil de la parole et à la gestion des situations de VHSS 4 • Sensibiliser formellement les équipes et organiser la prévention des risques 5 • Engager un suivi et une évaluation des actions en matière de VHSS

->Les conventions pluriannuelles d’objectifs tout comme les candidatures à des appels d’offres intègreront ces points dès maintenant. Des documents justificatifs seront exigés, notamment concernant la désignation d’un référent, ou des programmes de formation. Un courrier de mise en demeure, ouvrant un accompagnement à une mise en conformité, peut être adressé en cas de non-respect de ces engagements.

-> Afin de faciliter les actions de formation et de sensibilisation pour la mise en œuvre de ce plan, le ministère de la Culture a accompagné l’AFDAS dans le développement d’une offre de formation «clé en main» destinée aux structures culturelles, aux intermittent.e.s du spectacle et aux artistes autrices et auteurs. 4 parcours de formation adaptés aux différents objectifs professionnels ont ainsi été conçus et seront proposés, avec une prise en charge financière facilitée par l’AFDAS (opérateur de compétences (OPCO) des secteurs de la culture, des industries créatives, des médias, de la communication, des loisirs et du divertissement…)

-> Afin de faciliter les actions de formation et de sensibilisation pour la mise en œuvre de ce plan, le ministère de la Culture a accompagné l’AFDAS dans le développement d’une offre de formation «clé en main» destinée aux structures culturelles, aux intermittent.e.s du spectacle et aux artistes autrices et auteurs. 4 parcours de formation adaptés aux différents objectifs professionnels ont ainsi été conçus et seront proposés, avec une prise en charge financière facilitée par l’AFDAS (opérateur de compétences (OPCO) des secteurs de la culture, des industries créatives, des médias, de la communication, des loisirs et du divertissement…

A noter : vous trouverez d’autres propositions de formation en distanciel ou par région sur le site de l’AFDAS

Chez LEGO : les nouveautés d’avril 2022 sont disponibles, le récap !

Les nouveautés LEGO d’avril 2022 sont maintenant disponibles sur la boutique en ligne officielle LEGO, avec évidemment la très attendue DeLorean 10300 Back to the Future Time Machine qui devrait faire un carton, accompagnée d’une poignée de boites Marvel.

LEGO avril 2022

Les sorties du 1er avril 2022 :

LEGO 10300 Back to the Future Time Machine
LEGO 40525 Endgame Battle Minifigure Pack
LEGO 40535 Iron Man
LEGO 40536 Miles Morales
LEGO 76202 Wolverine Mech Armor
LEGO 76203 Iron Man Mech Armor
LEGO 76204 Black Panther Mech Armor
LEGO 76219 Spider-Man & Green Goblin Mech Battle

Du côté des cadeaux, vous avez encore le polybag 30583 Easter Bunny offert dès 40€ d’achat et le set 40527 Easter Chicks offert dès 65€ d’achat (offres valables jusqu’au 16 avril), et toujours le taxi 40532 Vintage Taxi offert pour l’achat d’un Modular (jusqu’au 7 avril). Offres comme d’habitude valables dans la limite des stocks disponibles.

Il faudra encore patienter un peu pour le reste des nouveautés : les dinosaures, Buzz l’Eclair et les dioramas Star Wars sortiront plus tard dans le mois. Récap de ce qui sortira d’ici fin avril :

Les nouveautés LEGO Jurassic World 2022 sortiront le 17 avril :

LEGO 10938 Dinosaur Nursery
LEGO 76943 Pteranodon Chase 4+
LEGO 76944 T. Rex Dinosaur Breakout 4+
LEGO 76945 Atrociraptor Dinosaur: Bike Chase
LEGO 76946 Blue & Beta Velociraptor Capture
LEGO 76947 Quetzalcoatlus Plane Ambush
LEGO 76948 T. rex & Atrociraptor Dinosaur Breakout
LEGO 76950 Triceratops Pick-up Truck Ambush
LEGO 76951 Pyroraptor & Dilophosaurus Transport
LEGO 76956 T.Rex Breakout

Les nouveautés LEGO Disney Pixar Lightyear 2022 sortiront le 24 avril :

LEGO 76830 Zyclops Chase
LEGO 76831 Zurg Battle
LEGO 76832 XL-15 Spaceship

Les nouveautés LEGO Star Wars Diorama Collection 2022 et LEGO Marvel Thor Love and Thunder sortiront le 26 avril :

Les deux premières références sont déjà disponibles en précommande pour les plus pressés

L’Échiquier du mal de Dan Simmons

Achat : https://amzn.to/3G5K5sU

Dans les replis du pouvoir se cachent une poignée d’êtres qui jouissent du Talent. Dans l’ombre, ils murmurent à l’oreille des puissants, déclenchent des guerres et tuent sans se salir les mains. Des vampires psychiques qui se livrent à une partie d’échecs barbare où les hommes ne sont que des pions.

Chronique : Un livre que vous lirez les yeux écarquillés. Je n’irai pas jusqu’à affirmer que vous vous rongerez les ongles jusqu’au sang, mais il y a quand même quelques pages flippantes…
Le récit est simple et tordu à la fois. Vaguement complotiste, aussi. Dans l’air du temps, quoi ! et en même temps vieux comme le monde… Il part du principe que certaines personnes, dotées de pouvoirs télépathiques exceptionnels, peuvent dominer et contrôler les pensées de leurs congénères. Des hommes aussi différents que Raspoutine, Hitler, Khomeini, ou Ghandi auraient pu utiliser ce don…
L’histoire commence dans l’enfer de Sobibor ou deux officiers SS jouent aux échecs avec des juifs aux esprits contrôlés et transformés en pions humains. le jeune Saul Laski est l’un d’eux. Il échappera par miracle à la domination mentale de l’Oberst Wilhelm von Borchert.
Nous nous retrouvons ensuite dans les États-Unis des années quatre-vingt. Devenu psychiatre, Saul Laski passe son existence à traquer son ancien tortionnaire qu’il croit toujours en vie, même si entre temps il est forcément devenu un vieillard. Une série de meurtres inexpliqués à Charleston le remet sur sa piste.
Un flic obèse et une black croiront à son histoire aussi improbable que fantastique, et l’aideront dans sa traque.
En passant, Dan Simmons brosse un portrait peu flatteur de l’Amérique de Carter et de Reagan. Un pays toujours traumatisé par la guerre du Vietnam ; des communautés qui se regardent en chien de faïence ; une élite décadente…
Une histoire construite de manière originale comme une partie d’échec. L’ouverture pour ce premier tome. le milieu de partie et la finale pour les trois tomes qui suivent. D’ailleurs le jeu d’échec est une des obsessions de ces hommes dotés du Talent.
Un juif âgé, une jeune black, un flic obèse… C’est une sympathique et intrépide bande de pieds nickelés qui va s’attaquer à ces vampires de l’esprit sans foi ni loi. Car il n’y a pas que l’Oberst à être doté de ce talent nuisible… Sans trop en prendre conscience, ils vont mettre le doigt dans un engrenage infernal.

Éditeur ‏ : ‎ Pocket (14 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Poche ‏ : ‎ 1200 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2266298003 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2266298001

1984 de George Orwell

Achat : https://amzn.to/33c8YUZ

Winston Smith, obscur tâcheron au ministère de la Vérité, réécrit le passé et envoie dûment dans le vide-mémoire les documents devenus obsolètes.
Le Parti a toujours raison et aucun fait ne doit le contredire.
Comment penser, aimer, savourer la beauté ou dire que deux et deux font quatre dans un État qui a pris le contrôle de la réalité, de votre mémoire, de votre langue même ?

Chronique : Dans la description d’une société totalitaire, personne n’est jamais allé aussi loin. Proprement terrifiant.
Le contrôle des faits et des pensées des individus, la disparition totale du passé sans cesse réécrit au besoin du pouvoir, L’embrigadement total qui active le cerveau reptilien des personnes, la répression qui va jusqu’à dissoudre les opposants qui disparaissent de l’Etat civil (ils n’ont ainsi jamais vécus), le détournement de la sexualité au profit de la seule fonction reproductrice (l’amour est une source de pensée indépendante) et la surveillance perpétuelle jusqu’au plus profond de l’intimité des individus (Big Brother), tout cela est décrit minutieusement, tranquillement, dans une atmosphère prégnante de peur et d’angoisse.
Le chef d’oeuvre de George Orwell.

Éditeur ‏ : ‎ Larousse; Illustrated édition (10 novembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 256 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2035971039 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2035971036

Un si joli nulle part – 6 janvier 2022 de Alexis Schaitkin

Achat : https://amzn.to/3HLzlAu

Hiver 1995. Richard et Ellen Thomas, accompagnés de leurs filles de dix-huit et sept ans, Alison et Claire, partent pour des vacances de rêve dans les Caraïbes. La famille Thomas arrive à quatre. Une semaine plus tard, c’est à trois qu’ils quittent ce si joli nulle part ; le corps d’Alison a été retrouvé sans vie.

Chronique : Ce livre n’est pas un grand mystère sur le cas non résolu de la mort d’une jeune femme. Il ne s’agit pas non plus uniquement de l’obsession de la sœur qu’elle a laissée derrière elle ou du chagrin de toute une famille qui a récemment changé d’habitant et qui fait de son mieux pour avancer dans la vie.

Cette histoire traite surtout du racisme, des différences de classe et des privilèges. La narration vous captive et vous vous amusez à vous perdre dans les longues phrases pleines de sens de l’auteur. Elle nous emmène tout d’abord dans une région tropicale inexistante en nous montrant des détails photographiques, impeccablement visualisés, qui vous font croire que l’île et ses riches visiteurs sont réels. Et bien sûr, n’oubliez pas d’enfiler votre manteau le plus épais et de vous libérer l’esprit de la saleté, de la foule trop dense, d’être traîné ou bousculé par plusieurs personnes, car elle nous emmène aussi en voyage pour nous montrer les parties réalistes de New York (j’ai définitivement trouvé mon New York dans ces pages !).

Au milieu des années 1990, les vacances d’une famille sur une île tropicale spectaculaire ne se terminent pas comme prévu. Leur fille de 18 ans, Allison, a disparu. Un acteur célèbre et sa petite amie trouvent accidentellement son cadavre dans les eaux de Faraway Cay. La police interroge plusieurs personnes, dont un jeune homme blond qui a fréquenté Allison à plusieurs reprises, mais ne trouve aucun motif valable et le laisse partir. Cet événement devient un mystère local qui n’a jamais été résolu.

La petite sœur d’Allison (sept ans seulement) surveille tous les mouvements de sa sœur pendant leurs vacances, comme si elle était la responsable. Elle se fiche qu’Allison lui promette des ananas, des coquillages ou des étoiles, elle veut juste passer plus de temps avec elle. Une nuit, elle s’endort et quand elle se réveille, elle découvre que sa sœur ne reviendra jamais !

L’histoire se déroule donc à l’époque actuelle. Nous retrouvons Claire, adulte, qui vit dans la ville qui ne dort jamais et qui essaie de joindre les deux bouts. Un jour, elle monte dans un taxi et dès qu’elle découvre le nom du chauffeur : Clive Richardson, sa vie entière change car ce type est le même garçon blond qui a été interrogé puis relâché pendant leurs vacances. L’obsession de Claire prend le dessus pour découvrir ce qui est arrivé à sa sœur.

Ce que j’ai vraiment aimé dans ce livre : L’ÉCRITURE. L’ÉCRITURE. L’ÉCRITURE. Des descriptions photographiques, détaillées, objectives. Il remet en question l’injustice des privilèges et l’inégalité entre les riches et les pauvres, les races.

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre : Les deux filles étaient tellement ennuyeuses pour moi. (Allison dans le passé et Claire dans le présent.) J’ai envie de les gifler ou de leur crier au visage : « Trouvez une vie ! » Elles étaient des filles privilégiées, prétentieuses et gâtées que je déteste vraiment, alors bien sûr, j’ai eu beaucoup de mal à me lier à elles.
Et à propos de la fin : Bien sûr, ce n’est pas ce que j’attendais. Mais étonnamment, j’ai aimé la conclusion. Je sais que la plupart des lecteurs ne seront pas d’accord avec moi, mais j’aime toujours avoir un peu de recul sur le génie d’un auteur, surtout lorsqu’il s’agit de résoudre un mystère ou de révéler un secret, une vilaine vérité.

Note : 9/10

Éditeur ‏ : ‎ Les escales éditions (6 janvier 2022) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 455 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2365694373 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2365694377

Le scandale Ivermectine: Comment et pourquoi ils ont bloqué l’anti-covid-19 – 21 octobre 2021 de Jean-Loup Izambert (Auteur)

Achat : https://amzn.to/3sO06Qi

Or, contre toute attente, les dirigeants des multinationales pharmaceutiques, les autorités politiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Union européenne ont tout fait pour bloquer ce traitement, laissant ainsi mourir des centaines de milliers de personnes qui pouvaient être soignées et sauvées.

Chronique : Tous ceux qui s’intéressent un peu à la pandémie covid en cours, ont entendu parler de l’Ivermectine, un médicament ancien qui a supplanté l’Hydroxychloroquine pour le traitement, précoce principalement, de la maladie.
L’intérêt de ce livre est de rassembler un ensemble de données, d’informations et ainsi de présenter un panorama complet de cette situation proprement ahurissante, révoltante, dépassant même l’entendement : interdire des médicaments déjà prescrits durant des décénies sans effets secondaires notables (1), en les taxant soudain de poisons.

Certains ont affirmé que le mal révélait les valeurs.
Pour les organisations combattantes, seule l’issue de l’affrontement révèle la valeur. Ainsi, l’armée française en 1939 pouvait paraître, à de nombreux observateurs, être de premier plan. Ce n’est qu’après la débâcle de 1940 face à l’armée allemande véloce que sa piètre valeur est apparue aux yeux de tous. De même, les systèmes de santé sont des organisations combattantes, et là aussi, la médecine française, vantée souvent pour être la meilleure au monde a été mise en déroute par un virus inattendu et très rapide.
Le covid-19 a révélé les failles des systèmes sanitaires du monde occidental.
Certaines de ces failles sont largement décrites dans les différents chapitres de ce livre.
– Une bureaucratie obèse à tous niveaux
– Une technocratie et des procédures inadaptées et incapacitantes. En particulier, les essais randomisés complétement inadaptés face à un virus protéiforme, mutant rapidement. De plus, ces essais posent un problème moral pour le médecin car ils imposent de ne pas traiter certains patients pour permettre la comparaison. (Voir la vidéo de l’IHU Méditerranée du Pr. Philippe Brouqui : Pourquoi nous n’avons pas fait d’essais randomisés ? (10 Juin 2020).
– Une omniprésence de l’industrie pharmaceutique induisant des conflits d’intérêts voir de la corruption pour mettre en avant des médicaments récents beaucoup plus rémunérateurs.
On peut aussi avancer des facteurs mentaux :
1. Le Wokisme. Le refus et la diabolisation de traitements anciens peut s’inscrire dans l’air du temps, chercher à faire table rase du passé.
2. Le statut. L’utilisation de médicaments dédiés principalement à des pays pauvres, ex-colonies, peut être vu comme indigne des sociétés avancées occidentales. Inversement promouvoir des vaccins innovants made in USA, c’est réaffirmer la suprématie occidentale face à des pays de seconde zône, mais qui pour certains ont considérablement mieux réussi face à la pandémie.

Éditeur ‏ : ‎ IS Edition (21 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 174 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2368452915

Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même – 17 janvier 2013 de Lise Bourbeau (Auteur)

Achat : https://amzn.to/3mLdKQx

Apprendre à être soi-même.

Chronique : Lise Bourbeau, l’auteur de ces Cinq blessures qui empêchent d’être soi-même, a des convictions polémiques, notamment celles sur la réincarnation des âmes ou les maladies causées par les blessures mentales.
En outre, son écriture m’a semblé par moments pesante et poussive…
Pourtant, son livre m’a appris et apporté beaucoup de choses, et même aidé à mieux comprendre certains de mes fonctionnements.
Le propos en est très simple; il existe cinq blessures fondamentales dont nous souffrons : le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice.
Ce n’est pas la réalité des faits qui définit la blessure ressentie, mais plus notre construction mentale : ainsi, une personne souffrant d’humiliation se sentira humiliée si son partenaire l’abandonne ou si son patron lui fait subir une injustice…
Pour éviter de souffrir, nous nous construisons des masques, un pour chacune des blessures : le fuyant, le dépendant, le masochiste, le contrôlant, le rigide.
Nous les portons plus ou moins souvent, en fonction de la gravité de nos blessures, mais dans tous les cas notre corps et notre comportement en sont marqués.
Schématiquement, la personne souffrant d’humiliation, qui porte le masque de masochiste, aura tendance à s’habiller de vêtements qui ne l’avantagent pas et à se tacher en mangeant…
La solution selon Lise Bourbeau, c’est de comprendre quels sont nos blessures, de pardonner à ceux qui nous ont blessés, mais aussi à nous-mêmes de leur en avoir voulu… et d’apprendre à s’aimer, à retirer ses masques pour devenir soi-même. Pas sûr que ce livre y suffise, mais il peut peut-être y contribuer.

Chronique de ☀️🐻 GP 🐱☀️

Éditeur ‏ : ‎ Pocket (17 janvier 2013) Langue ‏ : ‎ Français Poche ‏ : ‎ 256 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2266229486

Dieu – La science Les preuves – 13 octobre 2021 de Michel-Yves Bolloré (Auteur), Olivier Bonnassies (Auteur)

Achat : https://amzn.to/3sGqgo8

Pendant près de quatre siècles, de Copernic à Freud en passant par Galilée et Darwin, les découvertes scientifiques se sont accumulées de façon spectaculaire, donnant l’impression qu’il était possible d’expliquer l’Univers sans avoir besoin de recourir à un dieu créateur. Et c’est ainsi qu’au début du XXe siècle, le matérialisme triomphait intellectuellement.

Chronique : Je ne connais pas de religion qui croit au Père Noël. La religion est souvent ridiculisée. Elle est néanmoins loin d’être irrationnelle ou absurde.

S’il y a des arguments qui semblent en défaveur de l’existence de Dieu et qui semblent cohérents de prime abord, les arguments en faveur de Dieu sont beaucoup plus solides. Pour reprendre le titre d’un livre, il faut beaucoup de foi pour être athée. J’aimerais connaître vos preuves de l’inexistence de Dieu.

J’invite toute personne ouverte d’esprit à lire ce livre ou Les fondements du christianisme (Mere Christianity) de C.S. Lewis, De la génétique à Dieu de Francis Collins, La foi et la raison de Henri Blocher, les livres de Lydia Jaeger, de Timothy Keller, Croire en Dieu, est-ce rationnel ? de Amy Orr-Ewing, la Somme théologique 1 à 4 de Thomas d’Aquin ou plus important encore, la Bible d’étude Semeur, en commençant par les Proverbes ou les Évangiles.

Si la science répond au comment des choses, la philosophie répond au pourquoi des choses.

La foi chrétienne répond à beaucoup de questions auxquelles la science ne répond pas : d’où venons-nous ? Quel est le sens de la vie ? Pourquoi sommes-nous sur Terre ? Où allons-nous après la mort physique ? Est-ce qu’une « juste justice » sera faite pour toutes les personnes victimes de divers abus ou maux ?

L’histoire chrétienne connaît beaucoup de scandales qui décrédibilisent le christianisme. Cependant, jeter le bébé avec l’eau du bain est une erreur que l’on commet si facilement.

Aussi, les généralisations, les soupçons ou les accusations inutiles sont dommageables pour nous tous. Les guerres ou les croisades en paroles vis-à-vis de ceux que l’on considère comme adversaires est une manière de reproduire ce que l’on reproche au passé.

Une ouverture d’esprit, une tolérance, un respect et une bienveillance à écouter ou lire ce que l’autre camp pense ne peut que nous enrichir.

Un monde où l’on accepte la différence (pas le mal) et où le respect de l’autre a sa place, qu’il soit étranger dans sa pensée, ne peut qu’être meilleur. La religion peut être un mal, comme d’autres domaines, mais ne généralisons pas, quel que soit le sujet !

La théologie, la science (connaissance) de Dieu est essentielle. L’un dira, je ne crois pas en Dieu parce que…, un autre dira je ne sais pas ou je ne veux pas savoir, et un autre encore dira, je crois en Dieu parce que… C’est ici qu’il est essentiel de connaître clairement les diverses positions (pas les caricatures) des divers points de vue. (voir par exemple le débat entre John Lennox et Richard Dawkins ou encore Unbelievable? avec Justin Brierley sur Youtube).

Car, finalement, notre avenir à tous dépend de notre science ou connaissance de Dieu !

Chronique de GospelMag.fr

Éditeur ‏ : ‎ Les éditions Trédaniel; Illustrated édition (13 octobre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 577 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2813225851