Querelle de Kevin Lambert

Tabernacle, ça envoie du bois

Une scierie en grève, des ouvriers déterminés, un patron au mépris de classe caractérisé, rien que de très banal de nos jours me direz-vous. Et pourtant, à partir de ce postulat de base, l’auteur Kevin Lambert tisse un récit dont les scènes vont se graver dans la rétine du lecteur.

Dès le prologue le ton est donné. Le récit sera trivial, décomplexé, outrancier mais sans jamais se départir d’une plume fouillée, teintée d’une poésie désabusée, même dans les moments les plus scabreux. Un style sans concessions qui interpelle, qui remue, qui vibre de passion et de colère mais qui, forcément, ne pourra pas plaire à tout le monde.

Car Querelle porte bien son nom. C’est un récit qui parle de lutte sous toutes ses formes. Lutte sociale oui mais aussi existentielle, avec Jezabel qui tente de se trouver une place dans un monde qui la révulse. Lutte d’affirmation, avec Querelle, le personnage-titre charismatique qui va bouleverser la tranquillité virile de la petite ville de Roberval. Lutte passéiste avec Jacques, le leader syndical qui assiste, impuissant, au délitement du monde qu’il a connu.

Le récit s’assemble autour de ces différents portraits de personnages, tous dépeints avec justesse, pour finir par s’apparenter une marmite bouillonnante d’une rage qui ne peut plus être contenue. Et lorsque la marmite déborde, il est trop tard, la fureur se déchaîne.

Il est dommage que l’auteur est préféré enchaîner les scènes violentes et dérangeantes plutôt que de tenter de narrer la révolte de manière crédible. Le dernier tiers du récit comporte un lot de scènes difficilement supportables qui extirpe toute crédibilité au récit. Celui-ci prend alors des allures de conte macabre qui atténue un peu le propos initial.

Malgré sa fin qui accumule les scènes choquantes sans véritable fond, Querelle reste une rencontre littéraire merveilleuse qui tantôt, ravie par ses portraits d’ouvriers en lutte, tantôt choque par ses scènes triviales qui en appel aux plus bas instincts.

Éditeur ‎NOUVEL ATTILA (23 août 2019)
Langue ‎Français
Broché ‎256 pages
ISBN-10 ‎2371000817
ISBN-13 ‎978-2371000810

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s