Concrete Rose – Quand une rose pousse dans le béton – 6 janvier 2022 de Angie Thomas

Achat : https://amzn.to/33MZ2S9

En 1998, dans le quartier noir de Garden Heights. Maverick sèche le lycée, et il a déjà un pied dans les gangs. Malgré la poigne de sa mère qui l’élève seule, il s’apprête à marcher sur les traces de son père, un baron de la drogue en prison.

Chronique : Angie Thomas l’a encore fait. Elle a écrit le livre parfait. Dix sur toute la ligne.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à préciser qu’il s’agit d’une préquelle de THUG, donc si vous n’avez pas lu le livre ou vu le film, vous y trouverez des spoilers importants.

Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée que Maverick soit le personnage principal, surtout parce qu’il est un homme viril et hétéro et que je ne le suis pas. Mais j’ai vite compris qu’il était tout aussi attachant que Starr et Bri, et que ce livre est tout aussi valorisant et important que THUG et OTCU. Il est écrit spécialement pour les garçons noirs qui se retrouvent dans des situations désespérées, à qui l’on dit qu’ils ne valent rien, qu’ils sont des voyous, qu’ils n’ont pas le droit de rêver. Mais à travers Maverick, Angie montre que, même si leur vie est organisée de manière injuste, les garçons noirs des quartiers pauvres ont le droit d’avoir un avenir brillant comme tout le monde. Et parfois, tout ce dont vous avez besoin, c’est que quelqu’un vous fasse asseoir et vous dise que vous en valez la peine et que vous le méritez. Il y a aussi l’idée néfaste selon laquelle les garçons noirs ne lisent pas, ce qui, nous le savons, est faux, mais lorsque vous n’avez jamais l’occasion de vous voir représenté, vous ne réalisez peut-être pas que votre histoire vaut la peine d’être racontée. C’est exactement pourquoi ce livre est si nécessaire. Voici une citation du livre qui résume tout :

L’un des plus gros mensonges jamais racontés est que les hommes noirs ne ressentent pas d’émotions. Je suppose qu’il est plus facile de ne pas nous voir comme des humains quand on pense que nous sommes sans cœur. Le fait est que nous ressentons des choses. La douleur, la souffrance, la tristesse, tout ça. On a le droit de montrer nos sentiments autant que n’importe qui d’autre.

Il m’a fallu quelques chapitres pour vraiment entrer dans ce livre, mais j’ai eu exactement la même expérience avec le THUG et l’OTCU, alors je n’étais pas inquiète. Je savais que j’arriverais à m’y retrouver tôt ou tard. Il y a beaucoup de personnages et de détails à assimiler, et je pense qu’il me faut aussi une minute ou deux pour m’habituer au style d’écriture AAVE, que je ne rencontre pas souvent dans les livres. Je sais que des lecteurs et des critiques ont critiqué le style dans le passé, et je pense qu’il est normal de critiquer les styles d’écriture en général, mais se plaindre simplement parce que vous n’aimez pas un certain dialecte ou une certaine langue en dit plus sur vous que sur la qualité du livre. Honnêtement, je pense que l’écriture est belle et poignante. Angie parvient à trouver un équilibre entre les sentiments sans jamais être cucul ou cliché. J’aime aussi sa façon d’écrire les dialogues ; les plaisanteries sont pleines d’esprit et d’insolence, mais jamais blessantes. J’ai craqué plusieurs fois parce qu’Angie est vraiment drôle. Enfin, le livre contient des citations étonnantes, de véritables leçons de vie. Je me suis surprise à les relire encore et encore car elles saisissent le sens du moment avec une telle sagesse.

Il faut aimer suffisamment les gens pour les laisser partir, surtout quand on est la raison de leur départ.

En ce qui concerne les personnages et l’intrigue, je n’ai absolument rien à redire. Ils me semblent tous plus vrais que nature. Leur caractérisation a un sens total pour moi, leurs actions étaient en accord avec leurs motivations et ils avaient la profondeur nécessaire pour former un lien avec eux. J’ai adoré (adoré adoré) la représentation des parents homosexuels parce que c’est quelque chose de si joyeux et de si beau que l’on ne voit pas beaucoup, même s’ils ont toujours été là ; les arts et les médias n’ont tout simplement pas réussi à les représenter correctement. Et j’aime vraiment Angie pour avoir inclus cela.
Sur le plan de l’intrigue, tout a fonctionné pour moi aussi. C’est cool de voir tous ces petits détails que l’on retrouve ensuite dans THUG, comme le magasin, la relation entre les parents de Starr ainsi que Iesha et King et Carlos (qui était un vrai con, mon Dieu). Cela m’a donné envie de relire THUG, et c’est exactement ce que j’ai fait. En tant que lecteur, on sait aussi que l’intrigue va prendre un tournant pour le pire et que Maverick va devoir prendre des décisions douloureuses qui auront ou non des conséquences terribles. Mais cela ne semble pas forcé ou exagéré. Il s’est également terminé plus tôt que je ne le pensais et maintenant j’ai vraiment envie d’une suite, quelque chose qui se déroule entre Concrete Rose et THUG, peut-être du point de vue de Lisa ? Mais j’ai le sentiment que c’est peut-être le dernier livre de la série THUG, et je crois vraiment aux trilogies.

J’ai aussi adoré tous les oeufs de Pâques cachés entre les lignes. Il y a des clins d’œil à Nic Stone et à sa série Dear Martin, et Kobe Bryant est mentionné à plusieurs reprises. Je suis sûr qu’il y en a d’autres que j’ai manqués, mais ce qui m’a vraiment frappé, c’est de voir tous ces personnages qui ne parviennent pas ou ne survivent pas à THUG. Nous les voyons comme des bébés mignons et vulnérables, et cela montre que toutes les victimes de la brutalité policière et de la violence armée sont plus qu’un hasthag. D’autres, nous les voyons comme des adolescents et nous réalisons que ce qui les attend va leur causer une réelle douleur et un véritable chagrin d’amour.

Le chagrin vous frappe par vagues. Parfois, il me tire vers le large et me fait sombrer. Pas étonnant que j’aie du mal à me battre en pleurant.

Note : 9,5/10

Éditeur ‏ : ‎ Nathan (6 janvier 2022) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 400 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2092490710 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2092490716

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s