Enola Holmes et la barouche noire de Nancy Springer

Achat : https://amzn.to/3G67aM6

Aidée de son frère Sherlock, Enola Holmes doit résoudre l’énigme de la disparition d’une jeune Lady. Son époux dit qu’elle est morte, mais elle aurait été emmenée par une mystérieuse calèche noire…
Avec son culot et sa débrouillardise légendaires, Enola va devoir affronter la folie et le monde secret des asiles pour mettre au jour une grande conspiration !

Chronique : J’ai adoré ce livre ! Je suis en retard puisque c’est le premier livre de la série que j’ai lu, mais il peut être lu seul. Le livre n° 6 de la série a été publié il y a plus de dix ans ! Ce nouveau livre de la série fait suite au succès de la projection du film Enola Holmes Netflix de 2020.

Enola est la jeune (encore) sœur de quinze ans de Sherlock et Mycroft Holmes. Le livre s’ouvre sur une brève présentation du personnage et de ses antécédents, puis se lance au galop dans un mystère amusant, au rythme soutenu, et dans une aventure historique qui convient parfaitement aux collégiens, aux jeunes adultes et aux adultes jeunes de cœur (comme moi).

Notre héroïne, Enola, n’est pas loin de l’arbre et est dotée de ses propres capacités de déduction ainsi que de plusieurs des brillants talents de détective de son frère aîné. En l’occurrence, une femme se rend au domicile de Sherlock à Baker Street. Enola, qui s’occupe de son frère, s’attache immédiatement à la femme et promet de l’aider. La femme, Tish (alias Letitia), demande l’aide de Holmes pour retrouver sa sœur jumelle, Felicity. Tish pense que Felicity a disparu ou qu’elle est indisposée – malgré la lettre laconique de son beau-frère Cad l’informant que Felicity est tombée subitement malade et qu’elle est morte (et d’ailleurs, voici une urne avec ses cendres…). Tish ne croit pas à la mort de sa sœur, et affirme qu’en tant que jumelle, elle aurait senti la mort de sa sœur si c’était vrai.

Le décor est planté pour l’enquête et l’aventure passionnante de ce mystère historique et atmosphérique. Il y a beaucoup de subterfuges sous couverture alors qu’Enola, avec son bon ami Tewky (d’un roman précédent), Sherlock et Tish travaillent ensemble pour découvrir ce qui est vraiment arrivé à Felicity aux mains de son mari débauché, le comte de Dunhench.

J’ai aimé la prose, qui a contribué à l’ambiance historique du roman. J’ai aimé la fougueuse et aventureuse Enola, à la fois infernale, s’échappant par la fenêtre du deuxième étage ou conduisant un buggy mené par un cheval fou et sauvage nommé Jezebel, et à d’autres moments, vêtue d’une  » delaine rousse bordée d’or muet, avec gants et parasol « , et d’un ravissant chapeau à la dernière mode, porté à l’arrière de la tête, incliné vers le haut pour culminer sur le devant, avec une écume de fleurs couleur automne glissée sous le bord », décrit par Sherlock comme « une frégate ayant besoin d’une figure de proue ».

Bien qu’il y ait beaucoup d’humour dans ce roman, il y a des descriptions troublantes des conditions de vie dans les asiles de fous de l’époque – rien que nous n’ayons déjà lu ou vu dans de nombreux autres ouvrages d’époque, mais néanmoins troublant.

Éditeur ‏ : ‎ Nathan (10 novembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 288 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2092494139 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2092494134

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s