Titane avec Vincent Lindon (Acteur), Agathe Rousselle (Acteur), Julia Ducournau (Réalisateur)

Achat : https://amzn.to/30HPGWB

Après une série de crimes inexpliqués, un père retrouve son fils disparu depuis 10 ans. Titane : Métal hautement résistant à la chaleur et à la corrosion, donnant des alliages très durs.

Chronique : Comme pour le premier long métrage de Ducournau  » Grave « ,  » Titane  » est fasciné par les vulnérabilités et les pulsions du corps, ses processus voraces, et comment le  » nous  » collectif tente de faire face à tout cela, soit en se gorgeant, soit, au contraire, en sublimant le besoin dans d’autres choses. Aucun des deux processus n’est agréable et/ou socialement acceptable. Vous ne pouvez pas contrôler ce qui est intrinsèquement incontrôlable. « Titane », lauréat de la Palme d’Or cette année au Festival de Cannes, est un film extrême, violent, impitoyable et drôle, mais l’espace qu’il offre non seulement à la tendresse mais à la contemplation en fait un film « extrêmement » stimulant car bien.

Tout ce qui ne va pas avec Alexia, et il y en a beaucoup qui ne vont pas, est antérieur à l’accident qui lui a cassé le crâne. On la voit pour la première fois, une enfant de type « mauvaise graine » aux yeux morts (jouée par Adèle Guigue ), jetant un regard noir à son père alors qu’elle fait des bruits de régime moteur de concert avec le véhicule en mouvement. Il est difficile d’éviter l’idée qu’elle veut que la voiture s’écrase, ou du moins qu’elle veuille que l’accident se produise. Sortant de l’hôpital, cicatrice agrafée tourbillonnant autour de son crâne à moitié rasé, elle jette ses bras autour de la voiture, embrassant la vitre. Des retrouvailles ravies. Des années plus tard : Alexia (maintenant jouée par Agathe Rousselle), le crâne encore à moitié rasé, gagne sa vie en se déshabillant dans les salons automobiles. C’est une figure solitaire et menaçante, d’autant plus lorsqu’elle assassine soudainement un fanboy agressif qui la suit jusqu’à sa voiture. Plus tard dans la nuit, elle rampe dans une Cadillac énergivore peinte à la flamme pour une autre réunion ravissante, mais cette fois, c’est sexuel. Le sexe en voiture entraîne une grossesse et Alexia, plaquée de titane, regarde avec terreur alors que son ventre se gonfle, ses seins fuient de l’huile à moteur et de l’huile noire s’écoule de son vagin sous la douche. Son corps est maintenant dans un voyage qui ne l’inclut pas.

Pendant ce temps, cependant, les corps s’entassent. Alexia est une meurtrière implacable. Ces meurtres sont horribles à l’extrême. Après avoir laissé un témoin lors d’une vague de meurtres, elle est forcée de s’enfuir. Lorsqu’elle voit une image générée par ordinateur de ce à quoi ressemblerait aujourd’hui un célèbre enfant disparu nommé Adrien, Alexia a une idée brillante. Sans hésiter, elle se casse le nez, bande ses seins et son ventre de femme enceinte, et se rend dans un commissariat, se présentant comme Adrien perdu depuis longtemps. C’est un rebondissement si pervers et drôle, et cela signale la seconde moitié du film, très différente de la première. Le père d’Adrien Vincent (un excellent Vincent Lindon) est un chef des pompiers musclé qui fond en larmes en voyant son fils. Seul la nuit, il se tire avec des stéroïdes, enfonçant l’aiguille dans son cul meurtri, son corps une façade veinée et torturée d’une impénétrabilité désormais défaillante.

Mais les apparences ne sont pas ce qu’elles semblent être. Vincent n’est pas sa surface, tout comme Alexia n’est pas la sienne (ou Adrien n’est pas la sienne). La caserne de pompiers est un monde sans femme d’hommes machos à moitié vêtus, et pourtant le décor est codé selon le genre, l’éclairage intérieur d’un rose fluo doux, le carrelage de la salle de bain rose vif. Aussi à plein régime que soit la première moitié de « Titane », c’est la seconde moitié où les choses décollent vraiment, où Ducournau creuse profondément son sujet, se déplaçant dans des eaux très étranges et complexes. Alexia n’est pas tant un personnage qu’elle est la personnification aux yeux sauvages et déchiquetés de Fight-or-Flight (bien qu’enceinte d’un bébé engendré par une Cadillac). Mais Vincent… Vincent est un vrai personnage, et Lindon apporte une profonde perspicacité à la table, révélant la confusion et la peur du petit garçon qui surgissent sous ces muscles.Les métaphores sont multiples et Ducournau garde intelligemment les choses fluides, permettant aux choses de fonctionner de manière subliminale et/ou visuelle par opposition à explicitement dans la langue. Il y a une scène où Vincent, les yeux muets par la misère, enfonce sa tête sur les genoux d’Alexia. Les deux personnages sont baignés de lumière rose. Cette image de Pietà fait beaucoup de travail, métaphoriquement.

Le langage du « prendre soin » les uns des autres revient à plusieurs reprises. Que signifie « prendre soin de soi » dans le monde de « Titane » ? Tout semble si périlleux et éphémère ! L’importance de la tendresse – et la douleur que la tendresse cause à ceux qui n’y sont pas habitués – contraste fortement avec les processus inexorables du corps humain, la pénétrabilité et la fragilité irritantes du corps, plaque de titane magique ou non. Ces différentes idées contradictoires ne s’articulent pas exactement tout le temps, et « Titane » oscille entre sa première moitié macabre et sa seconde moitié de mélodrame familial (ce qui la rend lourde en haut ou en bas, selon la façon dont vous le regardez) . Les révélations thématiques plus profondes peuvent arriver trop tard dans le jeu pour ceux qui sont soit désactivés, soit activés par l’impitoyable frénésie de la première mi-temps,mais Ducournau, inventive, hardie, intrépide dans son approche et sa sensibilité, ne perd pas son sang-froid.  » Titane  » non plus.

Video :. Toutes les pièces sont en ordre, y compris des couleurs vives et une clarté texturale à haut rendement, prise après coup. Le contraste a été légèrement augmenté, donnant à presque toutes les nuances une augmentation évidente du zeste qui confère au film une apparence légèrement hyperréaliste. Les lèvres et les yeux sont vraiment éclatants et les éléments de l’environnement – naturels et synthétiques – à l’intérieur et à l’extérieur – sont également présents avec une saturation intense. Les textures sont solides. La monture est parfaitement nette. Les traits du visage sont un délice, les vêtements sont définis avec précision. Un peu de bruit apparaît dans diverses situations de faible luminosité, ce qui est tout à fait normal pour une production numérique . Pourtant, l’image ne souffre d’aucune autre source et ne code pas pour le moins possible.

Titane: Garance Marillier

Audio : La bande son sans perte DTS-HD Master Audio 5.1 offre une expérience d’écoute complète et très complémentaire. Les auditeurs apprécieront les éléments sonores environnementaux de qualité, La définition musicale est forte, large et présente un complément positif à l’arrière. Le dialogue est fidèle au positionnement naturel, à la clarté et à la hiérarchisation.

Titane

Réalisateur ‏ : ‎ Julia Ducournau Format ‏ : ‎ Couleur, Cinémascope, PAL Durée ‏ : ‎ 1 heure et 44 minutes Date de sortie ‏ : ‎ 16 novembre 2021 Acteurs ‏ : ‎ Vincent Lindon, Agathe Rousselle, Garance Marillier, Laïs Salameh, Mara Cisse Sous-titres : ‏ : ‎ Français, Français Langue ‏ : ‎ Français (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 2.0) Studio  ‏ : ‎ Diaphana

Titane

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s