Berezina – 17 novembre 2021 de Virgile Dureuil / Sylvain Tesson (Auteur), Virgile Dureuil (Dessins, Writer), Sylvain Tesson (Writer)

Achat : https://amzn.to/3FzutNJ

Deux siècles après la retraite de Russie, Sylvain Tesson refait la route de l’armée napoléonienne déchue… en side-car et en plein hiver. Ils sont cinq : trois Français et deux Russes. Unis par l’amitié et par un grand défi, ils décident de commémorer à leur façon le bicentenaire de la retraite de Russie : en suivant le chemin emprunté par les troupes françaises en pleine débâcle.

Chronique : Récit de voyage en side-car Oural, hommage au sacrifice des Grognards de la Grande Armée, ode à la Russie, « Berezina » est tout cela et plus encore. Sylvain Tesson a réussi un livre inspiré, engagé qui pose in fine une seule question : quel peut-être aujourd’hui le terrain d’expression de l’héroïsme ?

C’est de Moscou que Tesson avec ses deux compères français Gras et Goisque et ses deux amis russes Vitaly et Vassili s’élance sur la parcours de la Retraite de Russie, Borodino, la Berezina, Smolensk, Vilnius pour suivre ensuite les traces du voyages retour de Napoléon jusqu’à Paris : « Pourquoi ne pas faire offrande de ces quatre mille kilomètres aux soldats de Napoléon ? A leurs fantômes. A leur sacrifice. En France, tout le monde se fout des Grognards. Ils sont tous occupés avec leur calendrier maya. Ils parlent de la « fin du monde » sans savoir que leur monde est déjà mort ».

L’auteur fait état de la théorie de son ami Gras sur les « hauts lieux » (hauts lieux de la tragédie, hauts lieux spirituels, hauts lieux géographiques, hauts lieux du souvenir, hauts lieux de la création, hauts lieux héraclitéens), mais c’est de son côté obsédé par les souffrances endurées par près d’un million d’hommes que Tesson se lance dans cette folle aventure et de toutes ces horreurs qu’il sait qu’il aura du mal à oublier, à force de les toucher à chaque étape de plus près. Il ne s’en rend compte qu’une fois parvenu en Lituanie : « Les soldats oubliés du charnier de Siaures miestelis avaient été inhumés dans le cimetière en 2003. Pour la première fois, nous abordions un lieu tangible de la Retraite, un espace qui n’était point seulement un décor du souvenir ou un théâtre historique. Il y avait sous cette neige les ossements des hommes dont nous suivions les traces depuis Moscou. Nous cessions de courir après les spectres. Nous nous tenions devant leurs restes ».

Faire la route dans le froid et dans la boue est également l’occasion de plaisirs plus légers : « Ce voyage était certes une façon de rendre les honneurs aux mânes du sergent Bourgogne et du prince Eugène, mais aussi une occasion de se jeter de nids-de-poule en bistrots avec deux de nos frères de l’Est pour sceller l’amour de la Russie, des routes défoncées et des matins glacés lavant les nuits d’ivresse ». Il donne aussi l’occasion à l’auteur d’exprimer son admiration pour le peuple russe : « Ô nous aimons ces Russes. Chez nous, l’opinion commune les méprisait. La presse les tenait, au mieux, pour des brutes à cheveux plats, incapables d’apprécier les mœurs aimables des peuplades du Caucase ou les subtilités de la social-démocratie et, au pire, pour un ramassis de Semi-Asiates aux yeux bleus méritant amplement la brutalité des strates sous le joug desquels ils s’alcoolisaient au cognac arménien pendant que leur femmes rêvaient de tapiner à Nice. Ils sortaient de soixante-dix ans de joug soviétique. Ils avaient subi dix années d’anarchie eltsinienne. Aujourd’hui, ils se revanchaient du siècle rouge, revenant à grands pas sur l’échiquier mondial. Ils disaient que des choses que nous jugions affreuses : ils étaient fiers de leur histoire, ils se sentaient pousser des idées patriotiques, ils plébiscitaient leur président, souhaitaient résister à l’hégémonie de l’OTAN et opposaient l’idée de l’Eurasie aux effets très sensibles de l’euro-atlantisme. En outre, ils ne pensaient pas que les Etats-Unis avaient vocation à s’impatroniser dans les marches de l’ex-URSS. Pouah! Ils étaient devenus infréquentables ».

En filigrane et au travers des siècles, la présence de Napoléon qui ne manque pas de fasciner Tesson : « Le spectacle était étrange de ces énarques du XXIe siècle, clapotant dans l’entre-soi et la cooptation et dégoisant sur « Le Mal napoléonien » sans reconnaître que l’Empereur avait su donner une forme civile et administrative aux élans abstraits des Lumières ».

Éditeur ‏ : ‎ CASTERMAN; Illustrated édition (17 novembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Relié ‏ : ‎ 136 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2203223529 ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2203223523

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s