Après – 3 novembre 2021 de Stephen King  (Auteur)

Jamie n’est pas un enfant comme les autres : il a le pouvoir de parler avec les morts. Mais si ce don extraordinaire n’a pas de prix, il peut lui coûter cher. C’est ce que Jamie va découvrir lorsqu’une inspectrice de la police de New York lui demande son aide pour traquer un tueur qui menace de frapper… depuis sa tombe.

Chronique : Des personnages puissants et des frayeurs en abondance ! La mort est toujours un facteur dans les romans de King, mais maintenant qu’il écrit plus tard dans sa vie, elle est devenue plus profonde. Ce que signifie vivre, ce que signifie mourir et ce qui pourrait nous attendre dans l’au-delà a été traité de manière experte dans un sens presque céleste avec son roman feel-good Elevation (2018). Mais si Elevation vous a fait penser au paradis, Later vous fera imaginer l’enfer.

Le plus effrayant, c’est sa crédibilité. L’imagination de King a trop souvent prédit l’avenir. La façon dont il décrit l’après-vie – ou du moins une partie de l’après-vie – dans ce roman est étrangement plausible. Au début, la mort semble être une chose paisible et ordinaire. Mais les entités macabres du monde des esprits la rendent plus compliquée que cela, surtout si vous êtes un enfant qui peut interagir avec elles.

Si nous aimons tous les gros pavés de King, il est aussi un maître du roman court. Avec ses moins de 300 pages, Plus tard passe à toute vitesse en quelques séances haletantes. Le nombre limité d’acteurs et la simplicité de l’intrigue permettent à tous les personnages de briller et à chaque détail de prendre de l’importance.

Je ne le qualifierais pas de « roman policier » et je ne le classerais pas parmi les romans policiers. Le narrateur décrit continuellement son récit comme une « histoire d’horreur », mais je ne sais pas si je l’appellerais horreur non plus. De la fiction spéculative, peut-être. Nous avons droit à une conclusion cinématographique grand public, mais le récit semble littéraire. Comme Elevation. Mais il y a aussi des traces des classiques de King, comme Pet Sematary et The Shining, ainsi que de nombreuses références directes à IT. J’irais même jusqu’à dire que c’est une pseudo coda de IT.

Fans de King, n’hésitez pas. Le maître est toujours au sommet de son art. Vous ne pourrez pas lâcher ce livre, même si, parfois, il est suffisamment effrayant pour que vous en ayez envie.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Éditeur ‏ : ‎ Albin Michel; ALBIN MICHEL édition (3 novembre 2021) Langue ‏ : ‎ Français Broché ‏ : ‎ 336 pages ISBN-10 ‏ : ‎ 2226459766

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s