The French Dispatch : Explication de la fin ! Que signifie les histoires ?

Découvrez l’explication de la fin de The French Dispatch ! Quel message se cache derrière les histoires ?

The French Dispatch est disponible au cinéma ! Si vous souhaitez connaitre l’explication de la fin, lisez la suite ! The French Dispatch est une comédie dramatique d’anthologie décrite par son réalisateur et producteur Wes Anderson comme « une lettre d’amour aux journalistes ».

Il est centré sur quatre histoires distinctes se déroulant dans une ville française fictive du XXe siècle. L’une d’entre elles porte sur une période spécifique de troubles civils en France, tandis qu’une autre est centrée sur un marchand d’art.

Le film regorge de performances étonnantes de Benicio del Toro, Adrien Brody, Bill Murray, Tilda Swinton, Léa Seydoux, Frances McDormand et Timothée Chalamet. Vous êtes curieux d’en savoir plus sur le film ou de savoir où il peut être visionné en streaming ? Si vous souhaitez connaitre l’explication de la fin de The French Dispatch, lisez la suite !

Que comprendre de la scène de fin avec la salle de presse ?

La nécrologie de la salle de presse à la fin de The French Dispatch n’est pas seulement un adieu à la publication fictive du film, mais un remerciement nostalgique à une époque passionnante du journalisme imprimé. The French Dispatch est un hommage et une histoire fantôme de magazines et de publications comme The New Yorker, une forme d’art qui n’existe plus de la même manière aujourd’hui.

Le New Yorker d’aujourd’hui peut être considéré comme un fantôme de son époque passée, sous la direction d’Harold Ross, dont Anderson est si nostalgique, et il aurait été d’autant plus bouleversant qu’Anderson inclue une vignette des salles de rédaction d’aujourd’hui. En concluant The French Dispatch par le décès fictif de Howizter, Anderson suggère essentiellement que l’ère classique du New Yorker est morte pour lui avec Harold Ross.

Explication de la section avec Timothée Chalamet

L’une des sections les plus attendues de The French Dispatch était celle impliquant la jeune star hollywoodienne Timothée Chalamet, qui incarne un adolescent révolutionnaire nommé Zeffirelli dans la France de 1968. Cette section met en lumière un aspect important du journalisme qui continue de nuire à l’industrie, car Krementz s’implique trop dans l’article en séduisant Zeffirelli, en relisant son manifeste et en contredisant son intégrité et son éthique journalistiques.

La section peut sembler étrange lorsque Zeffirelli choisit entre une liaison avec Krementz et une romance avec son camarade révolutionnaire, mais elle est en fait basée sur une journaliste, une figure révolutionnaire et un mouvement réels d’une ville française en 1968.

La section « Révisions d’un manifeste » et les jeunes personnages de The French Dispatch sont une version absurde des révoltes de mai 1968 en France, menées par des jeunes aspirant à une plus grande liberté sous un président très conservateur. La jeunesse française commence à en avoir assez des ordres et des restrictions écrasants de la société, et les étudiants du campus de l’université de Paris à Nanterre commencent à protester en occupant les bâtiments administratifs.

En mai 1968, d’autres campus français ont manifesté en soutien à Nanterre, et de nombreux étudiants ont été arrêtés pour leurs occupations. La police française avait brutalement battu et emprisonné les étudiants protestataires, même si leur révolution était davantage fondée sur la culture et la société que sur la politique.

Non seulement la révolution des jeunes est issue d’un événement historique réel, mais le journaliste et l’article du magazine sont également basés sur les écrits réels de Mavis Gallant.

Explication de la section avec l’exposition du chef

L’histoire de The French Dispatch révèle également à quel point la simple poursuite d’un journaliste peut devenir pénible. Le personnage de Wright avait simplement l’intention de manger un repas préparé par le chef cuisinier au domicile du commissaire de police, pour que cela se transforme en un caprice d’enlèvement passionnant dans lequel le journaliste documente la tentative de la police de récupérer Gigi, le jeune fils du commissaire.

Bien que le chef n’ait que quelques instants de temps à l’écran dans The French Dispatch, il est toujours considéré comme le héros de l’histoire, car il prépare le plat qui empoisonne les kidnappeurs et sauve le jeune Gigi. Le symbolisme du chef cuisinier ressentant un tel bonheur dans une nouvelle saveur issue d’un poison tente également de transmettre la nature bouleversante du travail d’un artiste, dans lequel le voyage pour trouver son chef-d’œuvre peut également signifier des répercussions fatales.

the french dispatch fin

Explication de la fin de The French Dispatch

Dans l’ensemble, Wes Anderson rend hommage à une époque révolue du journalisme et à l’art de créer une publication aussi attachante. Anderson accorde autant d’importance aux auteurs des articles qu’aux artistes dont ils font le portrait. Tous les personnages sur lesquels les journalistes écrivent sont considérés comme des artistes, et Anderson les dépeint comme les héros de leurs propres histoires.

La salle de presse et les magazines de l’époque d’Harold Ross sont aujourd’hui un art perdu, et Wes Anderson écrit avec nostalgie la fin de The French Dispatch comme sa lettre d’amour au métier de journaliste et aux figures artistiques qu’ils éditorialisent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s