Fisher King : Le roi pêcheur (Édition Collector Blu-ray + DVD) De Terry Gilliam Avec Jeff Bridges, Robin Williams, Amanda Plummer

Achat : https://amzn.to/3AY04FW

Jack Lucas anime à New York une émission de radio agressive, suivie par un grand nombre d’auditeurs, parmi lesquels un certain nombre de détraqués. L’un d’eux, Edwin Malnick, prenant au mot une diatribe de Jack contre les « yuppies », s’arme d’une carabine et abat plusieurs clients d’un bar chic, dont l’épouse d’un jeune professeur, Henry Sagan. Bourré de remords, Jack abandonne son émission et sombre dans l’alcoolisme…

Chronique : Lorsqu’un de ses auditeurs réguliers se lance dans une tuerie, Jack Lucas (Jeff Bridgess, Crazy Heart ) quitte son travail et devient une ombre ambulante à la périphérie de New York. C’est là que Jack rencontre Parry (Robin Williams, Good Will Hunting ), un ex-universitaire qui a perdu sa femme et a fait une grave dépression nerveuse qui l’a effectivement détaché du monde réel. Perry dit à Jack qu’il est en mission pour trouver le Saint Graal.

Les deux hommes décident finalement d’entrer dans la somptueuse demeure d’un milliardaire de Manhattan, où apparemment le Saint Graal est caché. Avant qu’ils ne le fassent, cependant, Parry montre à Jack une fille geek solitaire (Amanda Plummer, Ma vie sans moi) qui a volé son cœur sans savoir qu’il existe réellement. Convaincu que la fille peut aider Parry à récupérer, Jack encourage son nouvel ami à rassembler le courage de lui demander de sortir. Il lui présente également sa petite amie (Mercedes Ruehl, Mariée à la foule ), un propriétaire de magasin de vidéo blasé et un ancien dateur en série qui sait exactement ce que veulent les femmes seules.

Le scénario intelligent de Richard LaGravenese donne au film deux identités complètement différentes. Le premier est celui d’un conte d’aventure hilarant sur deux personnes qui se lancent dans un voyage à travers une ville mystérieuse aux contrastes extrêmes. C’est le territoire classique de Terry Gilliam – un endroit où la fantaisie et la réalité se chevauchent constamment et où l’extraordinaire devient ordinaire. (Cela peut ressembler à New York, mais ce n’est pas le même endroit que les films de Martin Scorsese ).

La seconde identité est celle d’un drame plein d’esprit sur des adultes dont la vie a été remplie d’amères déceptions. Le film, cependant, ne s’intéresse pas particulièrement aux événements spécifiques qui ont déclenché ces déceptions. Ils ne fournissent qu’un point de départ qui est effectivement utilisé pour livrer une série d’excellentes observations sur le véritable amour et le bonheur.

Le degré d’appréciation de The Fisher King sera probablement déterminé par sa volonté d’accepter le fait que Gilliam ne favorise pas l’une des deux identités. Ce que cela signifie, c’est que le film est autorisé à évoluer sans aucune crainte de voir coexister le idiot et le sérieux ou le triste et le drôle. Ils le font juste et Gilliam n’essaie pas d’expliquer logiquement pourquoi.

Dans cet environnement à la limite du surréalisme, les comédiens font de leur mieux avec les personnages qu’on leur demande de jouer. Dans certaines séquences, ils ravissent, mais ailleurs, ils luttent avec des lignes et des attitudes qui leur semblent clairement étrangères. (Le regretté Roger Ebert a décrit la séquence de double rendez-vous comme « embarrassante », et à juste titre).

Les visuels, cependant, sont absolument frappants. Gilliam et le directeur de la photographie Roger Pratt transforment à plusieurs reprises la ville de New York d’une métropole moderne en un royaume gothique dans lequel les chevaliers et les taxis jaunes semblent parfaitement normaux. On pourrait même être dupe de croire qu’il y a quelques châteaux cachés parmi les gratte-ciel géants.

La partition orchestrale luxuriante de George Fenton renforce efficacement l’atmosphère unique du film. Certaines des séquences les plus mémorables comportent également des morceaux classiques de Harry Nilsson (« How About You? »), Ray Charles (« Hit The Road Jack ») et John Coltrane (« I Wish I Knew »).

Vidéo :

Présenté dans un format de 1,78:1, codé avec MPEG-4 AVC et doté d’un transfert 1080p, The Fisher King de Terry Gilliam arrive sur Blu-ray avec un superbe transfert .

Si le film est vieux la restauration fait qu’il y quelques écarts notables lors de séquences plus sombres – où la lumière est limitée et quelques-unes des scènes extérieures nocturnes . Le grain est uniformément réparti et toujours visible. Il n’y a absolument aucune trace de réglages de netteté problématiques. La stabilité de l’image est excellente et il n’y a pas de problèmes de transition. Enfin, il n’y a pas de cadres déchirés, de grosses coupures, de débris ou de taches. Pour tout résumer,c’est une excellente présentation du film qui permet d’apprécier facilement la vision unique de son créateur.

Fisher King : Le roi pêcheur: Jeff Bridges, Robin Williams, Amanda Plummer, Mercedes Ruehl

Audio :

La profondeur et la clarté sont excellentes tout au long du film. Lorsque le chevalier rouge apparaît, la séparation est également impressionnante, ce qui permet d’identifier très facilement des sons et des bruits spécifiques. J’ai aussi aimé l’intensité dynamique, même si vous ne devriez pas vous attendre au type d’activité que les blockbusters modernes offrent. Le score de George Fenton respire facilement et il n’y a aucun problème d’équilibre à signaler. Le dialogue est très propre, stable et facile à suivre. Enfin, il n’y a pas de pops, de fissures, de pertes audio ou de distorsions numériques à signale.

Fisher King : Le roi pêcheur: Jeff
        Bridges, Robin
        Williams

Bonus :

  • Conte de fées à Manhattan – Superbe entretien avec Terry Gilliam sur le film fait par Albert Dupontel
  • Le clochard céleste – dans cette interview vidéo d’archives, feu Robin Williams parle de ses premières impressions sur le scénario de The Fisher King , des méthodes de travail de Terry Gilliam, du tournage de diverses scènes à New York, du sex-appeal de Jeff Bridges, etc.

Rapport de forme ‏ : ‎ 1.77:1 Classé ‏ : ‎ Tous publics Dimensions du colis ‏ : ‎ 19.3 x 14.3 x 1.9 cm; 300 grammes Réalisateur ‏ : ‎ Terry Gilliam Format ‏ : ‎ Couleur, Cinémascope Durée ‏ : ‎ 2 heures et 17 minutes Date de sortie ‏ : ‎ 20 octobre 2021 Acteurs ‏ : ‎ Jeff Bridges, Robin Williams, Amanda Plummer, Mercedes Ruehl, Kathy Najimy Doublé : ‏ : ‎ Anglais, Français Sous-titres : ‏ : ‎ Français Langue ‏ : ‎ Anglais (DTS-HD 2.0), Français (DTS-HD 2.0), Anglais (DTS-HD 5.1) Studio  ‏ : ‎ Wild Side Video

Fisher King

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s