La Dernière des Stanfield (20 avril 2017) de Marc Levy

Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.

Chronique : Cette histoire pleine de mystère s’articule autour d’un secret de famille révélé dans une lettre anonyme et raconte les aventures d’Eleanor-Rigby, une journaliste vivant à Londres. Quelques temps après la mort de sa mère, elle reçoit une lettre anonyme affirmant que sa mère avait un passé criminel dont sa fille ignorait l’existence.
Le corbeau lui propose d’en savoir plus et lui donne rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore aux Etats-Unis. De l’autre côté de l’Atlantique, une lettre et un rendez-vous similaires sont envoyés à George-Harrison, un jeune ébéniste résidant au Québec.
Tous deux se rendent à l’adresse indiquée et découvrent au mur du bar une photo de leurs mères ensemble. A partir de là, ils vont se lancer dans une véritable enquête pour découvrir leurs liens, et l’identité du corbeau.
Marc Levy construit une intrigue passionnante autour d’un secret de famille insoupçonné. Pleine de suspense et de rebondissements, cette histoire offre des personnages attachants que l’on a plus envie de lâcher. Il jongle avec beaucoup de talent entre les points de vue mais aussi les époques. Ainsi, il nous emmène dans la France occupée de 1944 au Baltimore des années 1980 en passant par Londres et Montréal de nos jours. Le suspense est entier jusqu’au dernier chapitre et quelle bonheur de partager l’histoire de ses personnages. Les personnages principaux se mettent en quête du passé de leurs mères après avoir reçu une lettre anonyme qui ne peut les empêcher de piquer leurs curiosités. Levy réussit son pari de nous embarquer dans une superbe saga familiale avec talent disséminés sur des générations et dévoilés doucement au lecteur au fur et à mesure des découvertes d’Eleanor-Rigby et Georges-Harrison, deux personnages très éloignés qui vont irrémédiablement finir par se rapprocher.
Marc Levy à très bien su gérer ses révélations jusqu’au bout sans faire languir le lecteur pour autant, en entremêlant le passé et le présent de manière à nous donner une vision plus globale et nous permettre de parfaitement comprendre l’histoire et les décisions de chacun

Note : 9/10

  • Broché: 480 pages
  • Editeur : Robert Laffont/Versilio (20 avril 2017)

51cOM1yxFkL.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s