Le somnambule (15 mars 2017) de Sebastian Fitzek

Enfant, Leo Nader était victime de crises de somnambulisme. Si intenses qu’on l’avait contraint à consulter un psychiatre, le docteur Volwarth. Bien des années plus tard, Leo se croit guéri. Mais, un matin, il découvre que son épouse a été agressée pendant la nuit et qu’elle s’apprête à le quitter. Il tente de la retenir, mais elle s’enfuit. Leo, qui se croit coupable, décide de retourner voir son psy. Ce qu’il va découvrir ira bien au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer…

Chronique : Ce livre est fascinant et vraiment passionnant. Il a un bon rythme, avec de courts chapitres qui vous laissent accrocher. L’auteur permet à la tension de construire à travers les nombreuses torsions et tours que l’histoire prend tel que par le dernier tiers du livre, vous êtes collé à elle. La meilleure partie était que la fin qui est complètement imprévisible et surprenante. Cette histoire a de quoi vous faire dresser les cheveux sur la tête ! L’auteur a mis en scène une machination implacable où l’écriture y est habile tant dans sa rédaction que dans sa présentation : l’auteur choisit, bien volontairement, de terminer systématiquement chacun de ses chapitres par quelques mots ou une idée qu’il reprend aussitôt au chapitre suivant. Et effectivement, le lecteur n’a pas d’autre alternative que de tourner avec « frénésie » les pages de ce thriller prenant.
Avec cela, un suspense maintenu jusque dans les trois dernières pages et un dénouement à la hauteurDe bout en bout haletant. Une écriture limpide sans fioritures.

Note : 8,5/10

 

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : Archipel (15 mars 2017)
  • Collection : Suspense

51qj3wje-+L._SX308_BO1,204,203,200_.jpeg

 

L’imprévu (02 mars 2017) de Chris BOHJALIAN

Dans une paisible banlieue de New York, Richard et Kristin Chapman mènent avec leur fille Melissa une existence tranquille. Ce sont des gens bien, en sécurité dans un environnement aisé où ni le danger ni l’imprévu n’ont leur place. Un soir, ils acceptent de prêter leur maison à Philip, le frère de Richard, qui veut y enterrer sa vie de garçon. Richard reste pour veiller en cas de débordements tandis que Kristin emmène leur fillette chez sa mère à Manhattan. Mais, au beau milieu de la nuit, elle reçoit un appel de Richard. Quelque chose est arrivé.

Chronique : Sombre et suspense le tout réfléchie et magnifiquement écrit. Une superbe histoire qui raconte sur ce que se passe-t-il lorsque les gens ordinaires sont poussés dans des circonstances extraordinaires? Que se passe-t-il lorsque vous essayez d’éviter une catastrophe, vous avez par inadvertance mis en place un autre, encore plus grand? Que se passe-t-il lorsqu’une nuit change votre vie et la vie de tous ceux que vous aimez?
C’est une histoire de ce qui se passe quand la vie réelle – laide, brutale, mortelle – envahit une vie bien planée, parfaitement rangée. C’est une histoire de confiance dans les mauvaises personnes. C’est une histoire sur l’abus de ceux qui sont au pouvoir et ont sur la vie des impuissants. Le sujet de la traite des êtres humains et de l’esclavage sexuel est tissé habilement dans l’histoire de l’effondrement d’une vie parfaite. Bohjalian ne tire aucun coup de poing, il ne recule pas de loin la réalité.
L’intrigue est rapide et les personnages sont réalistes. Les chapitres alternent entre ceux racontés par Alexandra, l’une des esclaves sexuelles, et des chapitres numérotés qui racontent les points de vue d’autres personnages. Cela donne au lecteur des aperçus intimes de chaque personnages. C’est une histoire très triste. Il ne s’agit pas seulement de la véritable question de l’esclavage sexuel et de la foule russe, mais aussi de la fragilité des familles. En outre, cette histoire traite de l’importance du respect de soi et la difficulté de le réparer une fois qu’il est endommagé. Il s’agit d’un bon homme qui fait une erreur. Celui-ci fait vraiment penser au lecteur.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (2 mars 2017)
  • Langue : Français

51ZZ+i7OMyL.jpeg

 

Test DVD : Viral (1 mars 2017) de Henry Joost, Ariel Schulman avec Sofia Black D’Elia, Analeigh Tipton

2016. Le monde est subitement infecté par un mystérieux virus… Dans une petite ville des États-Unis, Emma et sa soeur Stacey découvrent horrifiées que les habitants contaminés se transforment en créatures féroces. Coupées du monde extérieur et prises au piège dans la ville, elles vont tenter de trouver un abri en attendant les secours. Mais le danger est partout…

Critique Film: Après avoir délaissé les phénomènes paranormaux, le duo formé par Henry Joost et Ariel Schulman à qui l’on doit « Paranormal Activity » 3 & 4, s’intéressent aux infectés dans un film qui ressemble à « Sorgenfri« . Il est facile de trouver des similitudes dans ce genre de films, car il y a la même idée de départ, mais quand même… Les infectés sont assez similaires, il y a des moments identiques et l’on retrouve le même huis clos dans un petit quartier ainsi qu’une amourette d’adolescents. Néanmoins, « Viral » est de loin meilleur et il a une maîtrise et une intensité qu’il n’y a pas dans le film de Bo Mikkelsen. La première partie du film est très bonne et l’idée du huis clos peut faire peur mais elle nous démontre que non avec de très belle idée de mise en scène avec trois personnages et nous montré les possibilités qui sont peu nombreuses. Un bon film qui passe très vite.

Note : 8/10

Test Blu-ray :

Image :  L’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La saturation dans certaines scènes lumineuses ou d’autres plus sombres est parfaitement bien évitée

Son : La répartition du son lors du film est minutieuse, et les effets sonores sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes amenant le spectateur dans une certaine ambiance pour le faire sursauter.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déborder par les musiques ou les effets sonores.

Bonus : Pas de bonus ce qui est dommage pour un tel film.

Bande annonce :

 

  • Acteurs : Sofia Black-D’Elia, Analeigh Tipton, Travis Tope, Michael Kelly, Colson Baker
  • Réalisateurs : Henry Joost, Ariel Schulman
  • Format : PAL
  • Audio : Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Français
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Wild Side Video
  • Date de sortie du DVD : 1 mars 2017
  • Durée : 89 minutes

61XEli7clRL._SL1000_.jpeg

 

 

The Mountain Story (23 février 2017) de Lori Lansen

Un matin d’hiver, quatre randonneurs se retrouvent dans la cabine d’un téléphérique qui les dépose en haut d’Angel’s Peak. La météo change brusquement et une tempête de neige les bloque en altitude. Bravant une contrée aussi sublime qu’inhospitalière, Nola, Bridget, Vonn et Wolf – qui ne se connaissaient pas vingt-quatre heures plus tôt – seront confrontés à une question terrible : quels sacrifices sont-ils prêts à consentir pour sauver la vie d’un inconnu?

Chronique : On ne sait pas à quoi s’attendre avec ce livre et on est heureusement surpris. En théorie, c’est un livre sur 4 personnes qui survivent 5 jours sur une montagne sans nourriture et un abri mais c’est vraiment une histoire qui va plus loin.
Wolf, un garçon de 18 ans qui a passé son enfance avec un père irrégulier, indépendant, se sent perdu et rencontre 3 femmes par hasard sur le sommet d’une montagne perdu il essaie de les aider à trouver leur chemin vers le lac secret. Les mésaventures multiples les amènent à se perdre, perdent leur nourriture et passent 5 jours en train de tenter de sortir vivant. Dans ce temps, chacun des 4 révèle des choses à l’autre et montre leur meilleur  et pire côté et vont prendre soin de l’autre et ainsi développer un lien durable.
L’histoire est écrite comme une lettre par Wolf à son fils qui était sur le point de partir pour l’université. Le fils de Wolf a toujours voulu entendre toute mais Wolf n’a jamais partagé les détails. Dans cette lettre, il explique tout et espère que son fils sera capable d’accepter la vérité. Ces personnages grandissent avec vous. Au début, il n’y a pas de lien émotionnel avec les femmes mais à la fin on à l’impression de les connaître personnellement.
La fin a été superbe, et nous prend par surprise. Mountain Story est une lecture fascinante et engageante

Note : 9/10

  • Date de parution 23/02/2017
  • Editeur Denoël
  • Collection Grand Public
  • Nombre de pages 356

1540-1

A chacun son chat (8 février 2017) de Brendan Wenzel

Un chat vagabonde. Il croise d’abord un enfant, puis un chien, puis un poisson… et chacun le perçoit différemment. Mais au fait, que voit-il, lui

Chronique : À chacun son chat de Brendan Wenzel est un livre animé par un dessin coloré, luxuriant et foisonnant dans des illustrations regorgeant de mille détails.
Les petits observeront les différentes apparences du chat. Pour les plus grands, ce livre pourra être une invitation à réfléchir sur les apparences et la façon dont nous nous percevons.
Il y a très peu de texte et les phrases sont très simples; des très belles découvertes à relire dès l’ouvrage fini.

Note : 9/10

 

  • Album: 36 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Kaléidoscope (8 février 2017)

41-sjem72fl-_sy443_bo1204203200_

 

Nina en colère (15 février 2017) de Marianne Barcilon et Christine Naumann-Villemin

Il y a des jours comme ça : rien ne va comme on veut. On essaie de garder son calme, mais c’est difficile. Pauvre Nina ! Elle va devoir laisser sa colère s’exprimer avant de trouver LA bonne idée pour l’anniversaire de sa maman. A partir de 3 ans.

Chronique: Marianne Barcilon et Christine Naumann-Villemin nous offrent un album vraiment mignon avec un personnage comme Nina qui est une petite fille à croquer avec des expressions adorables pour les parents et enfants.
L’histoire proposée est courte et simple pour plaire aux petits et cette idée du maintien de la colère que Nina a du mal à contrôler amuseront les enfants qui se reconnaîtront en elle. avec le beau texte de Christine Naumann-Villemin les illustrations de Marianne Barcilon sont vraiment sublimes avec un beau trait enfantin mais sans trop en faire arrivent à donner un plus au récit, les enfants ne sachant pas encore lire seul comprendront l’histoire . Le fait que l’histoire ne soit pas trop moralisatrice mais fait réfléchir les enfants sur leur comportement, c’est ludique et plein de fraicheur.

Note : 9/10

  • Album: 28 pages
  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Kaléidoscope (15 février 2017)

51hKGPz-RdL._SY411_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Rage (16 mars 2017) de Orianne Charpentier

RAGE… C’est le surnom que son amie lui a donné.
C’est désormais ainsi qu »elle se nomme, pour oublier son prénom, ce nom d’avant, celui de son enfance, d’avant l’exil, la déchirure. Son pays d’origine, on ne le connaîtra pas.
Il nous suffit de deviner que Rage a eu affaire à la violence des hommes, de la guerre. Et voilà réfugiée en France, sans plus de repères, ni de famille. Telle une bête traquée, elle se méfie de tous. Mais un soir, sa route croise celle d’un chien – dangereux, blessé, visiblement maltraité. Désormais, sa propre survie passe par celle de l’animal…

Chronique : Merci à Gallimard pour cette merveille d’écriture et de sensibilité. Le livre ne sortant que le 16 mars je vous le présente avant sa sortie auquel nous nous en reparleront. C’est un livre coup de cœur écrit comme un conte symbolique et intemporel sur le sort des migrants. Le livre étant en plein dans l’actualité il se lit très rapidement. L’histoire ce centre sur Rage, qui est arrivé en France en tant que réfugié et on s’y attache malgré sa froideur et distance mais cela est aussi dû par son passé. Orianne Charpentier sensibilise ses lecteurs à un sujet délicat pour leur expliquer qu’accueillir les réfugiés est évident. En quelques pages elle arrive sans racisme n’y polémique à montrer du doigt l’horreur du monde et inculquer des valeurs et parler de sujets humains et politiques tout en justesse et avec poésie. Un livre dur et sensible à lire d’urgence dès sa sortie.

Note : 9,5/10

 

  • Editeur : Gallimard Jeunesse (16 mars 2017)
  • Collection : Scripto

51qweqowe2l-_sx323_bo1204203200_