Les contes de la ferme : « Le chaton a disparu »et »Une visite surprise »de Heather Amery et Stephen Cartwright

Des petits livres à collectionner où les tout-petits retrouveront avec plaisir les personnages de la ferme des Pommiers pour de charmantes aventures illustrées par Stephen Cartwright.
Sans oublier le célèbre petit canard jaune qui se cache sur chaque page.

Critique : Une nouvelle collection que sont « les contes de la ferme » qui propose des histoires simples, faciles à comprendre et mignonnes, sur l’univers attachant de la ferme. Le texte est vraiment adapté pour les enfants et des illustrations charmantes et adorables; et le bonus : la recherche du canard caché sur chaque page. Une réussite !

Note : 10/10

 

  • Editeur : Usborne (14 avril 2016)
  • Collection : CONTES FERME
  • Langue : Français

 

 

1 001 animaux à trouver de Teri Gower et Susannah Owen

Plus de 1 000 animaux à chercher, à compter et à nommer dans ce livre d’autocollants interactif. Les animaux et choses à chercher dans la grande illustration sont représentés tout autour en silhouette ; l’enfant doit trouver l’autocollant correspondant et le placer au bon endroit.

Critique : Encore une fois tous les livres de cette collection Usborne sont tous aussi beaux les uns que les autres -la couverture rigide cartonnée – l’intérieur très coloré et des heures de jeux garantis pour trouver et retrouver les objets; c’est à la fois ludique et en même temps tout à fait pédagogique pour les enfants qui apprennent à reconnaitre les animaux grâce à ce livre. Un vrai régal.

Note : 10/10

 

  • Broché: 32 pages
  • Editeur : Usborne (14 avril 2016)
  • Collection : 1001 CHOSES DE

51T25V6vJoL._SX429_BO1,204,203,200_.jpg

 

Le destin funeste de Michael Rockefeller de Carl Hoffman

21 novembre 1961. Michael C. Rockefeller, vingt-trois ans, jeune héritier de la célèbre et richissime famille Rockefeller, disparaît lors d une expédition en Nouvelle-Guinée néerlandaise. Le jeune homme avait pour mission d acheter des oeuvres d art tribales de l ethnie Asmat destinées aux collections du musée d Art primitif que son père, Nelson Rockefeller, gouverneur de New York, avait fondé en 1957. Alors que des millions de dollars sont investis dans la recherche de sa dépouille (à ce jour jamais retrouvée), une rumeur se répand : Michael Rockefeller aurait été tué puis dévoré par les villageois d Otsjanep, qui se seraient partagé son corps…Fasciné par cette histoire mêlant l une des familles les plus influentes du monde à une tribu dite primitive, Carl Hoffman signe un incroyable roman à énigme. Il étaye l hypothèse d un clash des civilisations qui aurait eu pour conséquence la mort d un rejeton parmi les plus puissants de la société occidentale

Critique : L’auteur a fait un travail formidable de recherche pour tenter de découvrir la vérité autour de la disparition et la mort de Michael Rockefeller en 1961 sur la Nouvelle-Guinée. Rockefeller, petit-fils de John D. et fils du gouverneur puis NY Nelson Rockefeller, étudiait la tribu Asmat native et leur art «primitif» en Nouvelle-Guinée. Tout en voyageant sur un catamaran avec un collègue néerlandais et deux guides indigènes, le bateau a chaviré dans l’eau rugueuse 10-15 miles du rivage. Les deux guides renflouées et tandis que son collègue néerlandais est resté sur une épave. Une recherche intense a suivi avec les autorités coloniales hollandaises, l’Australie et les États-Unis. En fin de compte la cause officielle de la mort a été jugé une noyade, mais des questions persistent. La Nouvelle-Guinée avait une partie du territoire des plus éloignés dans le monde, de nombreuses tribus autochtones avaient peu ou pas de contact avec quoi que ce soit moderne et certaines tribus pratiqué l’headhunting» ou autrement dit étaient cannibales. Est-ce que Michael c’est vraiment se noyer? A-il été mangé par un requin? ou a-t-il été mangé par une tribu indigène?

Hoffman a découvert de nombreuses sources primaires jamais vues ou examiné par la famille Rockefeller. l’auteur y a passé beaucoup de temps avec les tribus locales et conservées et avec les missionnaires néerlandais qui étaient présents lorsque Michael a disparu. Dans l’ensemble, la persistance et la volonté de l’auteur de se plonger sur une piste, où qu’elle conduira seront fournie et suffisamment concluante à cette histoire, sans parler des sources qu’il a à sa disposition.

Un très bon livre avec de belles recherches et une vraie volonté de découvrir la vérité sur ce qu’il sait réellement passer.

 

Note : 9/10

  • Roman: 280 pages
  • Editeur : GLOBE (13 avril 2016)

41BR4pfO1rL._SX337_BO1,204,203,200_

 

Histoire Barbapapa – Les chevaux de Alice Et Thomas TAYLOR

De jolis albums aux pages pelliculées, comprenant deux histoires inédites des Barbapapa, à la découverte des animaux du monde entier, ainsi que des pages de jeux et d’informations.
Accompagne-les en Californie en compagnie des chevaux, puis dans les plaines américaines, où Barbouille rencontre une moufette !

Critique : Une très belle surprise que cette collection Barbapapa, la qualité des pages, glacées est bien différente des autres livres pour enfants. Il y a 2 histoires à chaque fois et des petits jeux à la fin, c’est complet et cela peut servir à plusieurs âgés, au début on regarde les images, on tourne les pages, ensuite on apprend les animaux et ensuite, on fait les jeux et on apprend la géographie et les animaux ce qui permet aux enfants d’apprendre tout en lisant avec leurs personnages.

Note : 10/10

 

  • Album: 48 pages
  • Editeur : Dragon D’Or (7 avril 2016)
  • Collection : Les petites histoires de Barbapapa

515ki7vGQ8L._SX365_BO1,204,203,200_

 

L’Héritière de Jeanne-A DEBATS

Je m’appelle Agnès Cleyre et je suis orpheline. De ma mère sorcière, j’ai hérité du don de voir les fantômes. Plutôt une malédiction qui m’a obligée à vivre recluse, à l’abri de la violence des sentiments des morts. Mais depuis le jour où mon oncle notaire m’a prise sous son aile, ma vie a changé. Contrairement aux apparences, le quotidien de l’étude qu’il dirige n’est pas de tout repos : vampires, loups-garous, sirènes… À croire que tout l’AlterMonde a une succession à gérer ! Moi qui voulais de l’action, je ne suis pas déçue… Et le beau Navarre n’y est peut-être pas étranger.
Et comme l’AlterMonde n’est pas Vérone, à nous de faire en sorte que cette fois l’histoire ne se termine pas dans un bain de sang…

Critique : Ce livre est à placé dans l’univers de l’Urban Fantasy . Il se passe dans un Paris des plus fascinantshabitent des personnages qui le sont tout autantL’auteur nous plonge donc dans une fantaisie urbaine s’ancrant dans un Paris plein de fantômes, de vampires et de loup-garous. Ces créatures sont mêlées à la population, sous couvert d’anonymat et selon une hiérarchie. Partant d’un récit classique avec les vampires qui font partie de la société aisée et les loups-garous qui se retrouvent plutôt dans la couche populaire ici les vampires s’organisent en cénacles et les loups-garous se sont réparti les quartiers parisiens.

L’intrigue va s’articuler autour d’Agnès, qui doit aider son oncle à retrouver une héritière pour un vampire. C’est elle qui va nous raconte l’histoire où nous découvrons l’Altermonde . Elle va devoir y subir plusieurs métamorphoses comme un nouveau boulot, une confrontation avec le monde extérieur et ses premiers émois amoureux.
Navarre est un personnage intrigant mais ce qui est dommage est qu’il est éclipsé et n’a pas beaucoup de place dans le fil du récit.
Le rythme est très bon il est écrit de façon simple et claire, mâtiné d’humour.
L’Héritière est un livre qui pourrait se suffire à lui-même, pour un premier tome. Le second tome sort le 31 mars 2016. A lire pour tout fan de fantastique.

Note : 9/10

  • Nombre de pages : 380 pages
  • Editeur : Editions ActuSF

index

 

 

 

Eos de G. D. Arthur

« Le sombre destin d’un jeune poète épris de liberté, une tragédie douce-amère, mêlant action, suspense et amours libertaires. »
Inspiré par les espoirs d’une république refondée, Eos, un jeune homme amoureux et rebelle, aime vivre l’instant présent. Son utopie en marche ? Une petite colonie, le Val-de-la-lune, qui oscille entre durs travaux et fêtes chaleureuses, jusqu’au soir maudit où elle est sauvagement attaquée par des créatures monstrueuses, réputées disparues depuis longtemps… Eos se révèle alors un combattant sans pitié, au grand dam de ses compagnons et de ses amours. Mais il est loin de se douter qu’il va rencontrer, ce jour-là, son destin.

Critique : Lorsque l’on aime la fantasy, et être plongé dans un monde somme toute assez noir, avec un héros charismatique et un peu perdu dans son code moral et son éthique, on appréciera forcément ce livre qui  est un vrai coup de cœur .Dans une république naissante qui supplante un ancien pouvoir archaïque, nous suivons les tribulations d’un petit groupe de colons utopistes, volontaires, chaleureux, profondément humains qui décident de s’installer dans de nouveaux territoires à défricher et plus particulièrement d’Eos, le jeune poète épris de liberté dont le destin basculera à tout jamais, au grand dam de ses compagnons et de ses amours…

L’auteur nous narre, à l’aide de sa plume déliée, précise et acérée, d’un style redoutable et captivant, un monde qui est le nôtre sans être vraiment le nôtre, avec une précision hallucinante qui fait plonger tout droit au coeur du récit et la féérie de peuples de fantasy, qui foulent la terre et ont tous d’immenses particularités. Un univers, donc, riche, est original.

Quand l’amitié se confronte à la trahison, on n’est pas toujours sûr de la chute de l’histoire… C’est cru, cruel, terriblement réaliste et presque désillusionné, un monde dur, sans pitié, où les uns combattent pour le Pouvoir tandis que les autres se débattent pour la survie de leur peuple…

Un livre entre tragédies douces-amères, paradis perdu, amours libertaires, redoutables épreuves de vie, résurgences de sombres secrets, un roman à conseiller.

 

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 350 pages
  • Editeur : MNEMOS (2 avril 2016)
  • Collection : Icares

51Rg4iSTGlL._SX331_BO1,204,203,200_

 

Nos enfants sont des poètes de Dominique Resch

– Moi, j’aimerais trop y aller, à l’école des femmes. Ça doit être chaud.Rafik, 15 ans– Franchement, je ne vois pas pourquoi on se pose plein de questions sur la mort alors que quand on sera mort on ne se posera pas de questions sur la vie.Margaux, 18 ans– Putain, c’est qui le bâtard qui m’a niqué mon quatre couleurs?– Demande poliment, s’il te plaît.Nathan et Djamel, 13 et 14 ansQu’il soit question d’autorité, de culture générale, de la vie à l’école ou à la maison, de Dieu, de Ronaldo ou de Cyrano, nos enfants ont le sens de la formule !

Critique : L’auteur est professeur de français, d’histoire-géographie et d’éducation dans un lycée professionnel des quartiers Nord de Marseille, il est aussi écrivain, il a déjà publié trois romans. Dans ce petit livre de citations enfantines Dominique Resch nous fait partager des magnifiques phrases de ses élèves, tous plus drôles l’une que l’autre .
Avec beaucoup d’humour et un immense respect, ce professeur rend un hommage à tous ses élèves qui ont de belles reparties. Un beau petit livre à offrir où à s’offrir pour passer un beau moment avec ses enfants.

Note : 9,5/10

 

  • Nombre de pages  : 176 pages
  • Editeur : Autrement (30 mars 2016)

411e3ltM1pL._SX297_BO1,204,203,200_