Le charme discret de l’intestin : Tout sur un organe mal aimé de Giulia Enders et Jill Enders

Giulia Enders, jeune doctorante et nouvelle star allemande de la médecine, rend ici compte des dernières découvertes sur un organe sous-estimé. Elle explique le rôle que jouent notre « deuxième cerveau » et son microbiote (l’ensemble des organismes l’habitant) dans des problèmes tels que le surpoids, la dépression, la maladie de Parkinson, les allergies… Illustré avec beaucoup d’humour par la sœur de l’auteur, cet essai fait l’éloge d’un organe relégué dans le coin tabou de notre conscience. Avec enthousiasme, Giulia Enders invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments et à appliquer quelques règles très concrètes pour faire du bien à son ventre.

Critique:

La première partie, sur la digestion, est passionnante. C’est tellement bien qu’on se demande pourquoi les sciences naturelles ne sont pas enseignées sous cette forme, didactique, imagée, humoristique, holistique (on voit bien que chaque organe est partie d’un tour, en relation avec les autres organes) en cours de SNV.
Mais il y a la suite, ou l’auteure s’aventure à parler de psychologie …
Pour être tout à fait honnête la psychologie c’est mon métier à plein temps, et l’apologie des antidépresseurs, des dépressions d’origine biologique, j’ai un peu (beaucoup) de mal avec ce genre de théories, car ma pratique quotidienne me montre le contraire de ce qu’affirme l’auteure, qui est visiblement totalement hors de son domaine de compétence.
Les antidépresseurs, à part « transformer les gens en zombies » (l’expression est d’un confrère médecin), ne font pas grand-chose et encore moins « soigner ».
Quant à la dépression, mes collègues moi-même ont toujours pu identifier au moins une (dans la plupart des cas plusieurs) causes psychologiques. Certes il arrive souvent que les patients aient du mal à identifier eux-mêmes la (les) causes de leur mal-être, mais une dépression ça ne tombe jamais du ciel, sans raison.
Rajouter à cela des comptes rendus d’expérimentation animale, l’on va faire nager des souris jusqu’à épuisement (jusqu’à ce qu’elles se noient) sachant que l’expérimentation animale n’est pas transposable à l’homme (ce que l’auteure omet d’indiquer), j’ai beaucoup de réserves sur ce bouquin … qui avait pourtant bien commencé, quel dommage !

 

Note : 4/10

 

  • Broché: 350 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions; Édition : ACTE-SUD (1 avril 2015)
  • Collection : Essais Sciences

51Yp8fk3oIL._SX311_BO1,204,203,200_

 

Old Pa Anderson – tome 0 de Hermann et Yves H.

Etat du Mississippi, années 60. Toute sa vie, Anderson a courbé l’échine. Sa petite fille a été assassinée il y a quelques années. Le vieux Noir sait depuis toujours que les coupables sont des Blancs et que la justice ne les retrouvera jamais. Mais hier, la femme d’Anderson est morte de vieillesse. Et aujourd’hui, il n’a plus rien à perdre.

Critique: Voici le grand prix 2016 d’ Angoulême cette année. Hermann illustre une fois de plus un scénario de son fils Yves H ici  avec Old Pa Anderson, ils s’intéressent aux discriminations raciales dans le sud profond au milieu des années 50. Old Pa vient de perdre sa femme. Le vieil homme ne s’est par ailleurs jamais remis de la disparition de sa petite fille huit ans plus tôt. Lorsqu’il apprend que ce sont trois blancs qui l’ont enlevée, violée et tuée, il décide se venger. Conscient que ses actes vont le condamner à mort mais résolu à l’idée que, quoi qu’il arrive, il n’a plus rien à perdre, Old Pa se lance dans une odyssée tragique dont il connait l’inéluctable issue.

Rien de follement original mais l’album donne dans l’efficacité. L’ambiance poisseuse du Mississippi, le racisme ordinaire, la violence et la haine, tout y est. Et puis les aquarelles en couleur directe d’Hermann, son art du cadrage et son style très personnel en mettent plein les yeux.

Note : 7/10

 

  • Album: 64 pages
  • Editeur : Le Lombard (22 janvier 2016)
  • Collection : Old Pa Anderson

51ljwMfjI4L._SX377_BO1,204,203,200_.jpg

 

Seul Survivant Tome 1/3 – Atlanta Miami de Christophe Martinolli et Thomas Martinetti

Depuis le terrible accident de bus dans lequel il a vu périr sa petite amie, Max est rongé par la douleur et l’incompréhension. Pourquoi a-t-il été épargné ? Que s’est-il réellement passé ? Pourquoi le coupable court toujours ? Pour lui changer les idées, ses amis l’invitent en vacances à Miami. Mais dès que l’avion décolle, les vieux démons refont surface. Max découvre que le pilote n’est autre que le chauffard qui a provoqué l’accident de bus…

Critique: Dans cette nouvelle série au scénario catastrophe le lecteur sera au cœur de la tourmente avec le personnage principal : Max et qui nous entraine dans  une descente aux enfers.

Si le concept est pas très novateur, l’introduction elle est bien forte pour ne nous pas nous lâcher et nous passionner dans cette nouvel série et être pris par cette histoire tragique portée par Max et comment tout cela va ce finir.

Le dessin est de Jorge Miguel qui nous donne un travail très abouti grâce à un trait réaliste et une très belle palette de couleurs.

Ce premier tome oppressant  est un vrai film catastrophe qui se serait suffit à lui seul mais un twist dramatique nous fait prendre un contre pied à l’histoire.

Note : 8/10

 

  • Album: 56 pages
  • Editeur : Les Humanoïdes Associés (16 mars 2016)
  • Collection : HUMANO.HUMANO.

51-Tyul6kLL._SX371_BO1,204,203,200_

 

Les nouvelles aventures d’Arsène Lupin: Les héritiers de Benoit Abtey et Pierre Deschodt

Qui est-il ? D’où vient-il ? Nul ne sait. Arsène Lupin est partout mais personne ne connaît son véritable visage. Il est le plus célèbre malfaiteur de son temps, le plus distingué aussi. Seulement, on ne s’en prend pas aux puissants de la terre sans subir leur colère… En 1897, au lendemain de l’incendie du Bazar de la Charité – temple de la bonne société parisienne – Lupin disparaît. On le rend responsable du drame. Athéna, surtout, l’amour de sa vie, meurt dans le brasier. Plus rien, désormais, ne compte à ses yeux. Dix ans plus tard, un scandale éclate et le ressuscite. Lupin, changé en monstre, serait-il passé à l’ennemi ? Un quotidien, Le Patriote, l’accuse d’avoir dérobé des secrets militaires pour les vendre à l’Allemagne ! La guerre est imminente. Lupin va-t-il enfin sortir de son silence ? Une aventure trépidante, des rues sombres de Paris au désert marocain…

Critique:Voici le grand retour du plus grand gentleman-cambrioleur français : Arsène Lupin. Les plus vieux le connaisse de ses aventures de Maurice Leblanc et les plus jeune soit par les adaptation cinéma où animé.

Avec ce nouveau roman d’Arsène Lupin les auteurs nous entraine à la fin du XIXème siècle puis en 1907. Comme tous les Lupin on ne sais jamais vraiment si notre héro est là.

Le livre est composé de quatre parties avec des chapitres assez courts ce qui rend le livre comme un trun over, on ne veux s’arrêter jusqu’à la fin ce qui est vraiment agréable on reste en haleine surtout avec le combat que mène Arsène contre son pire ennemi tout le livre est une parti de chat et de souris rudement mené jusqu’à la conclusion où le twist de fin est inattendu est prenant.

Les auteurs nous font voyagé entre la France et le Maroc et autre point positif est que nous suivons d’autres personnages qu’Arsène Lupin. Il y à des personnages comme Clémenceau, Bérenger de la Motte qui sont là tout au fil du récit pour au final arrivé à cette superbe fin.

Les auteurs nous font de très belle description des personnages, on arrive bien à s’imaginer comment ils sont physiquement et leurs caractères à chacun.

Ce nouveau cru d’ Arsène Lupin est à recommander et on à hâte d’être entrainer dans une seconde aventure de la part de ses deux auteurs.

Note : 8,5/10

  • 351 pages
  • Editeur : XO (3 mars 2016)
  • Langue : Français

51qBVqE5g2L._SX319_BO1,204,203,200_

 

Critique Livre : Te laisser partir de Clare Mackintosh

Synopsis: Une mère accablée par la mort de son enfant. Un capitaine de police déterminé à lui faire justice, jonglant entre tensions familiales et obligations professionnelles.
Une femme fuyant son passé, résolue à construire une nouvelle vie.

Critique: Très belle découverte que ce premier roman de Clare Mackintosh, si réussi qu’il ne présente pas les défauts habituels d’un premier roman. Je ne vous dévoilerai que le début de l’intrigue, à savoir un tragique accident de voiture avec délit de fuite, et ce afin de garder intactes les surprises que l’auteur nous réserve tout au long du roman.
A défaut de pouvoir entrer dans les détails de l’histoire, je vous dirai simplement que c’est un thriller psychologique palpitant où le lecteur se fait délicieusement mener en bateau. Il présente en outre d’autres qualités, telles la description de l’atmosphère d’un petit village au bord de la mer, les connaissances de l’auteur (ancienne policière) en matière d’enquêtes ou encore l’analyse à la fois fine et touchante du chagrin d’une mère. Un vrai bonheur de lecture où les pages se tournent presque seules et dont on sort à la fois satisfait et très ému. A découvrir sans hésiter !

Note : 9/10

 

 

  • Broché: 456 pages
  • Editeur : Marabout (3 février 2016)
  • Collection : Marabooks
  • Langue : Français

51-NMm9tzPL._SX322_BO1,204,203,200_

 

Prenez le temps d’e-penser – Tome 1 de Bruce Benamran

Vous vous interrogez sur des phénomènes simples sans retrouver dans quelle case de votre cerveau vous avez rangé ce que vous avez appris en 5ème.
Vous êtes curieux mais pas franchement scientifique, ce livre est pour vous.

Critique : Il s’agit du 1er livre du Youtuber Bruce Benamran, ce qui nous invite à avoir un peu de tolérance.
Au premier abord, on est surpris par l’humour employé ce qui peut déranger certaines personnes qui n’y sont pas habituées . L’impression qu’on a lors des premières pages, est que ce livre est une vulgarisation scientifique et donc pour vocation à s’adresser à un public plus large mais qui se limite finalement à son propre public, celui de ses abonnés Youtube. Et c’est bien dommage !
Bruce Benamran est un travailleur acharné, et le travail qu’il effectue pour rendre les gens curieux mérite l’attention du grand public.Cependant, au fil des pages, on prend habitude du ton employé et même on s’étonne à sourire sur une vanne sortie de nulle part…
Le contenu est clair, structuré, simple et très intéressant !
Il est vrai que des parties proviennent des vidéos Youtube et qui ont été ici retransmis mais quand on ne connais pas l’auteur c’est une bonne découverte, ce livre vient en complément des vidéos.Au final, il s’agit d’un très bon livre de vulgarisation scientifique.

Note : 8/10

 

  • Broché: 396 pages
  • Editeur : Marabout (4 novembre 2015)
  • Collection : Loisirs Illustrés

51fcAPvQPmL._SX344_BO1,204,203,200_

 

Le cycle de Lanmeur (Tome 3-Les rêveurs de l’Irgendwo) de Christian Léourier

De partout des vaisseaux convergent vers Lanmeur. Si cet afflux est encore contenu dans le territoire contrôlé de l’Enclave, les Mondes Rassemblés ne tarderont plus à contester sa suprématie. C’est dans ce contexte de crise historique que Persval ap Galad est envoyé à la rencontre d’un énigmatique artefact qui erre dans l’espace : dans ses entrailles repose peut-être l’explication de cet univers peuplé d’humanités que Lanmeur réunit depuis des siècles, comme les pièces égarées d’un même puzzle. Un univers dont les lois semblent se modifier avec le temps. Voici le troisième tome de l’intégrale des romans et nouvelles constituant Le cycle de Lanmeur, pièce maîtresse de l’œuvre de Christian Léourier et véritable classique de la science-fiction française. Il comprend, notamment, deux nouvelles inédites. La réédition du cycle a été couronnée par le prix spécial du Grand Prix de l’Imaginaire en 2013.

Critique:

Les Masques du Réel : Ce premier texte va ainsi nous plonger, pour la première fois dans ce cycle, à la découverte de Lanmeur, la planète à l’origine du Rassemblement et de tout ce qui en découle. D’ailleurs on y découvre un Lanmeur en proie à de nombreux soucis, du fait de l’arrivée de plus en plus massives des étrangers rassemblés, voir même parfois on va dire « colonisés » comme on l’a vu dans les précédents tomes, ce qui crée ainsi de plus en plus de tensions et de discriminations. On va alors suivre Persval ap Galad, qui va être envoyé en mission par la Thoreïde pour essayer de lever le mystère d’un vaisseau qui apparait et disparait mystérieusement et qui pourrait se révéler d’une grande importance.

On quitte ainsi le Planète Opera pour se retrouver plus dans un Space-Opera que j’ai trouvé vraiment réussi et entrainant, nous offrant une intrigue qui va se révéler beaucoup plus complexe que le laissait présager les premières pages, avec son jeu de pouvoirs et de manipulations, où finalement chaque chapitre va apporter une pièce supplémentaire au puzzle qui se dessine, se révélant même un point crucial pour l’avenir du Rassemblement. Car oui cette découverte pourrait remettre en cause énormément de choses, principalement d’un point de vue politique. Ce récit se révèle d’ailleurs une pièce importante du cycle puisqu’on en apprend plus sur la politique de Lanmeur et ses convictions, mais aussi on constate un début de fragilité et de remise en cause qui soulève de nombreuses questions. Le rassemblement montre aussi ici ses limites, outre le fait qu’il s’agit plus d’une assimilation et d’une uniformisation, on se rend ici compte que ce projet amène de nombreuses difficultés, des rejets, de nombreuses réflexions aussi et surtout risque de se retourner contre ceux qui l’ont initié. Mais surtout il continue à poser cette question, comment espérer rassembler, voir faire coexister de nombreux peuples similaires et pourtant dans le fond si différent.

L’univers gagne toujours au fil des histoires en profondeur, ici par deux points que j’ai trouvé vraiment intéressants. Le premier vient de la découverte de la planète de Lanmeur, monde à la technologie extrêmement avancé et qui possède aussi une certaine poésie et une certaine beauté qui s’en dégage malgré une certaine froideur. L’autre point vient justement de l’aspect Space-Opera, qui permet ainsi de découvrir plusieurs planètes, mais aussi d’en apprendre un peu plus sur l’Espace qui entoure cet univers et les façon de se déplacer et de communiquer des uns et des autres. Ajouter à cela un travail sur les personnages et leurs relations que j’ai trouvé vraiment réussi, accrocheur bien porté par Persval, à la fois curieux, intelligent, mais qui pourtant selon Lanmeur se révèle « incomplet » du fait qu’il n’ait terminé aucune formation. Mon seul petit regret vient d’une fin que j’ai trouvé précipité et certains passages un peu classiques et prévisibles, mais franchement rien de vraiment gênant tant l’ensemble m’a fait passer un très bon moment de lecture offrant au lecteur de nombreuses surprises.

La Terre de Promesse : Ce texte va nous amener bien des années après Les Masques du Réel, la politique Lanmeurienne a fortement changé, obligé d’intégrer les peuples Rassemblés, elle a connu de nombreux bouleversements parfois destructifs, en tout cas pas toujours bénéfiques. Sauf que voilà le réseau de communication entres les planètes vient de s’éteindre sans raison. Gald l’annaliste va alors entamer un long voyage dans le monde virtuel d’Irgendwo pour essayer de comprendre cette disparition. On change de nouveau complètement de genre, puisqu’on se retrouve plonger ici dans un roman, certes de nouveau space-opera, mais que j’ai trouvé plus métaphysique dans sa façon d’appréhender l’intrigue et de pousser le lecteur à réfléchir.

L’importance du roman ne vient, ainsi, pas tant de la réponse à cette subite panne de communication, mais plus par le voyage et les réflexions que vont soulever les nombreuses aventures et les nombreuses rencontres que va faire Gald le héros principal, qui va alors découvrir un univers de rêveurs qui devaient être parfaits mais qui ne le sont pas, où finalement la guerre et la destruction sont toujours présentes et où l’utopie est bien loin. On se retrouve aussi à se poser énormément de questions sur la réalité, le virtuel, développant un aspect philosophique sur notre existence, où somme-nous finalement le fruit d’une imagination, ce qui apporte ainsi une dose philosophique que j’ai trouvé vraiment fascinante. Surtout que l’auteur reste concis, précis et clair, il ne plonge jamais vraiment dans des explications trop complexes ou ennuyeuses, le tout bien porté par une plume toujours aussi soignée et efficace.

Cela n’empêche pas non plus à l’auteur de nous faire voyager, de nous faire découvrir de nouveaux mondes, à la fois hostiles, passionnants à découvrir, avec leurs us et leurs coutumes parfois étranges, mais qui donnent en tout cas envie d’en apprendre plus. Les personnages m’ont paru peut-être un peu moins profonds et denses que les autres histoires du cycle, ou en tout cas tout du moins plus présents pour faire évoluer l’intrigue, mais cela ne les empêche pas de se révéler intéressant à découvrir et à partager leurs aventures qui ne manquent pas non plus d’action et de rebondissements. Mon seul regret vient de quelques longueurs que se ressentent par moment dans l’histoire, un peu comme si l’auteur ralentissait un chouïa trop son histoire pour ne pas offrir sa conclusion trop rapidement.

De nouveau Christian Léourier propose deux récits qui se révèlent riches, que ce soit aussi bien en réflexions, en personnages ou encore en décors que l’on découvre au fil des pages. Le cycle continue à se densifier pour aboutir à ce dernier texte de cette troisième intégrale qui offre une conclusion ouverte à la fois fascinante, déroutantes et intelligente j’ai trouvé. On continue ainsi à se poser des questions sur l’identité, l’existence ou encore la réalité, le tout toujours porté par une plume fluide, soignée et poétique qui happe très rapidement le lecteur pour ne plus vraiment le lâcher.  Il ne me reste plus qu’à me lancer prochainement dans la quatrième intégrale qui lui reviendra sur les origines du rassemblement.

En Résumé : J’ai passé un très bon moment de lecture avec cette troisième intégrale du cycle de Lanmeur qui, à travers deux textes, vient nous en dévoiler plus sur la planète de Lanmeur ainsi que cette idéologie du Rassemblement. L’auteur nous propose ainsi deux intrigues différentes mais pourtant que j’ai trouvé réussies, efficaces et entrainantes, proposant aussi au lecteur de nombreuses réflexions, qu’elle soit métaphysique ou plus contemporaine. Comme souvent on rencontre aussi des planètes et des lieux qui ne manquent pas d’attraits et donnent envie d’en apprendre plus que ce soit aussi bien d’un point de vue social que par des descriptions de planète, magnifique, hostiles et attirantes. Les personnages sont toujours aussi soignés, accrocheurs et denses, malgré peut-être un léger manque de profondeurs sur certains dans le second texte. Au final je regretterai juste pour le premier texte une conclusion un peu rapide et quelques éléments trop prévisibles et pour le second quelques longueurs, mais franchement rien de non plus bloquant tant je me suis retrouvé emporter par ces histoire, bien portés par une plume toujours aussi soignée, fluide et captivante.

Note 7/10

 

  • Poche: 544 pages
  • Editeur : Folio (29 mai 2015)
  • Collection : Folio SF

516i+YFuXNL._SX301_BO1,204,203,200_